Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 1. – Sites fouillésVillemomble (Seine-Saint-Denis). ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2003
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 1. – Sites fouillés

Villemomble (Seine-Saint-Denis). Château seigneurial

Responsable d’opération : Ivan Lafarge

Texte intégral

1L’existence d’un château à Villemomble dès 1215 est certaine, même si sa localisation demeure problématique, en revanche dès le xvie s., un château décrit en 1639 dans le Supplément au Théâtre des Antiquités de Paris par F. Jacques Dubreuil s’y élève. Ce château a en effet été reconstruit entre 1767 et 1770. L’ancienne mairie, dénommée « château seigneurial » en est le dernier avatar. Le bâtiment actuel, constitué d’un corps principal flanqué de deux collatéraux faisant saillie sur la façade sud et construit en blocs de gypse hourdés au plâtre, est un bel exemple du style Louis XVI, notamment du fait de décors de gypserie d’une grande subtilité. Transformé en mairie vers 1880, il est inscrit à l’Inventaire supplémentaire des monuments Hhstoriques depuis le 10 décembre 1986. Le bâtiment s’est fortement dégradé au cours du xxe s. et l’effondrement d’un sol a provoqué son évacuation en 1985. La ville de Villemomble, propriétaire des murs, a engagé une restauration – réhabilitation lourde du bâtiment, qui bénéficie d’une surveillance archéologique. Les travaux sont en cours, mais on peut d’ores et déjà présenter quelques résultats. Les éléments les plus anciens actuellement mis au jour correspondent à une série de murs très massifs, découverts lors de l’ouverture d’un drain en tranchée sur tout le périmètre du bâtiment, et du décaissement des sols de cave. Ces murs, de facture similaire (blocs de gypse assisés et liés au plâtre), sont d’une largeur comprise entre 1,50 m et 4,50 m, et certains présentent des enduits de parement. Aucun sol associé n’a été observé. Seul un mur en arc de cercle, large de 1,50 m, est associé à un sol constitué de plâtre et peut-être de lait de chaux. Ce sol était couvert d’une couche d’abandon meuble caractérisée par la décomposition d’une importante quantité de matière organique, peut-être du bois ? Aucun indice ne permet de l’assimiler à un remplissage de type latrines. Cette couche a en outre livré une forte quantité de mobilier du xive s., pichets, poêlon, cruches, un lot de verres à tige, un fragment de coffret décoré d’appliques et un élément de tissu brodé de fil d’or. La couche d’abandon est recouverte par un remblai de démolition qui livre le même type de mobilier. Un sondage mené contre le parement externe du mur ne révèle que des dépôts naturels, au xive s., cette zone est sans doute profonde et donne peut-être sur l’extérieur. Cette structure est actuellement interprétée comme une tour du château médiéval. Le mur le plus large, observé sous les caves, dont quelques assises sont conservées dans la fondation du xviiie s. présente des descentes de latrines reliées à une canalisation voûtée et enterrée qui se dirige vers l’extérieur de l’emprise du bâtiment actuel, peut-être la fosse réceptacle est-elle conservée ? La démolition de cet ensemble est à situer d’après la céramique au xvie s., mais sa construction n’est pas datée. Enfin un sondage a révélé la présence dans une des pièces de la cave d’une fosse à fond perdu ; si elle n’est pas datée par le mobilier, on peut en situer l’utilisation entre le bas Moyen Âge et l’époque moderne. Il n’est pas possible à l’heure actuelle d’établir une chronologie relative de ces constructions. Les fondations du château du xviiie s., associées à un remblai de terrasse reposent directement sur l’arase des murs attribués au bas Moyen Âge ou à l’époque moderne. Les élévations montrent de nombreuses reprises dans les maçonneries jusqu’au xxe s., mais permettent une lecture continue des conduits de cheminée du rez-de-chaussée aux combles associés au système d’aération des caves. Les ouvertures montrent également de nombreuses reprises, ainsi les accès aux caves et aux étages ont été réorganisés dès le xviiie s. Une porte en arc surbaissé a été mise au jour au second étage. Au premier étage, un graffiti tracé à la sanguine représentant un personnage fumant la pipe que sa perruque permet de placer à la fin du xviiie s., a été découvert dans le bouchage d’une porte condamnée après la création d’un escalier. Les remaniements du xixe s. sont très nombreux, ils concernent en grande partie les deux pavillons latéraux : la réfection des planchers du premier étage et la réfection totale des charpentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Lafarge, « Villemomble (Seine-Saint-Denis). Château seigneurial » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 34 | 2004, mis en ligne le 15 septembre 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/52928 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.52928

Haut de page

Responsable d’opération

Ivan Lafarge

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search