Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Chronique des fouilles médiévales...III. – Constructions et habitats ...III 2. – ProspectionsSaint-Denis-le-Thiboult (Seine-Ma...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2003
III. – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Saint-Denis-le-Thiboult (Seine-Maritime). Le Bois-de-Saint-Denis

Responsable d’opération : Anne-Marie Flambard Héricher

Texte intégral

1Situé à l’est de Rouen, à l’ouest de Gournay-en-Bray, et au nord des Andelys, le village de Saint-Denis-le-Thiboult est localisé dans la vallée du Crevon, affluent de rive droite de l’Andelle, à une vingtaine de kilomètres de sa rencontre avec la Seine au niveau de Pitres. La motte domine l’église et le village. De forme tronconique, elle a été construite en entaillant le rebord du plateau pour en isoler le tertre principal ; ainsi, elle est entourée d’un fossé périphérique incomplet dessinant un arc de cercle qui s’achève par l’escarpement naturel. La fragilité de ce versant et ses effondrements récents et répétés posent problème tant pour la fortification elle-même que pour les riverains qui résident en contrebas. Du côté du plateau, à l’est, la motte est flanquée d’une basse-cour quadrangulaire au relief peu marqué. Dans le village, entre l’église et le Crevon, à proximité d’un étang subsistent des vestiges d’élévations maçonnés déjà repérés par l’abbé Cochet. La basse-cour se présente actuellement sous la forme d’un trapèze dont le plus grand côté, qui borde le chemin d’accès à la fortification et à la forêt mesure 53 m de long ; à l’est, du côté de la forêt, elle est limitée par un talus qui s’allonge sur 50,50 m. Sa plus grande largeur, du côté du chemin d’accès mesure 31,50 m, elle forme le talus nord ; à l’opposé, le talus qui la limite, au sud, s’allonge sur 19 m. L’espace constituant la basse-cour n’a pas fait l’objet de travaux de terrassement importants, sa surface est grossièrement tabulaire et s’incline en pente douce depuis l’est, vers l’ouest et la motte. L’observation permet de supposer que la basse-cour disposait d’une entrée franchissant le talus est et donnant sur une cour dans laquelle devaient s’étendre cinq ou six petits bâtiments orthogonaux aux talus. La faible quantité de matériaux de démolition indique qu’ils étaient probablement bâtis en pan de bois sur solin. Les vestiges observés montrent qu’un muret de pierre peu épais devait surmonter le talus et porter soit d’une palissade, soit un pan de bois. Un large et profond fossé entoure, sur les trois-quarts de sa périphérie, la motte, à laquelle on accède par l’est, en empruntant un isthme de terre qui la relie au chemin et la reliait autrefois à la basse-cour. Les lambeaux de deux murs maçonnés parallèles retenant les terres révèlent la présence primitive d’un pont qui donnait accès à la plate-forme de la motte. La pente du fossé est régulière, qu’il s’agisse de l’escarpe ou de la contrescarpe. Seul le sommet de l’escarpe, du côté de la motte montre, un peu au-dessous du sommet, un replat bien marqué dessinant une sorte de marche. Ce relief est probablement dû à la présence d’un mur situé légèrement en retrait par rapport au bord de la plate-forme. Cette dernière peut être assimilée à un quadrilatère d’environ 34 m de longueur sur 28 m de largeur, aux angles arrondis et à l’arête ouest altérée par des éboulements successifs. À l’origine, elle devait dessiner un polygone irrégulier. Le sommet est grossièrement plat. La partie la plus basse est matérialisée par un puits et la partie la plus haute surplombe l’angle sud-est. À l’exception de la partie effondrée de l’ouest, il est entouré d’un bourrelet périphérique en relief qui correspond à l’ultime trace d’une courtine maçonnée. Cette observation a permis à Bruno Lepeuple, dans son mémoire de maîtrise (« Châteaux et paysages dans la vallée de l’Andelle », mémoire de maîtrise de l’Université de Rouen, 2001, p. 55), d’assimiler avec vraisemblance cette fortification à un shell keep. L’entrée de la plate-forme est marquée par une dépression aux limites nettes située dans l’axe du pont. Les bourrelets très marqués qui l’encadrent semblent indiquer la présence d’un porche. L’arête sud-est apparaît pratiquement rectiligne, quant à l’angle sud-est, il pouvait être droit ou coupé, mais est devenu à présent légèrement arrondi, probablement en raison de l’érosion. Un long bâtiment de forme rectangulaire ou plus probablement en L, suivant le dessin des courbes de niveau et se poursuivant le long du rebord sud de la plate-forme devait occuper cet angle de la plate-forme. Ce bâtiment de 13,10 m de longueur SN et 5,70 m de largeur EO formerait un retour en L s’allongeant sur une quinzaine de mètres et d’une largeur de 5 à 6 m. À l’ouest de ce bâtiment, vers le centre de la plate-forme, on observe une dénivellation en pente douce vers une cuvette qui remonte très légèrement vers l’ouest. Cette dépression laisserait penser à une cour entourée d’éventuels bâtiments. Sur la surface centrale relativement plane on observe, presque au centre, un puits maçonné, très légèrement ovalaire, d’environ 1,50 m de diamètre, légèrement déporté vers le nord par rapport à l’axe de l’entrée. Il était sans doute moins excentré avant les éboulements de la partie occidentale de la motte. Autour de lui les courbes de niveau dessinent un polygone irrégulier (pentagone ou hexagone ?). L’arête sud est légèrement bombée et entaillée à deux reprises. La première trouée correspond à l’entrée d’un chemin creusé postérieurement à la construction de la fortification. La deuxième trouée, presque parallèle à la première et située un peu plus à l’ouest, a été percée beaucoup plus tardivement dans le bourrelet périphérique. Elle permet d’observer la constitution du bourrelet en nous fournissant une coupe éclairante sur la chronologie du site. On y observe deux phases de construction qui montrent qu’une reprise de la courtine a eu lieu au moins à cet endroit et peut-être sur la totalité de la périphérie du tertre ce qui indique une occupation relativement longue du site. Le château se composait d’une basse-cour avec accès à l’est, presque rectangulaire, rattachée par un pont mi-fixe, mi-mobile, à une motte fortement défendue. La basse-cour, dans laquelle s’élevaient cinq à six bâtiments distincts les uns des autres et parallèles aux murs d’enceinte, était entourée d’un muret de pierre et d’un fossé périphérique peu profond. On accédait à la motte après avoir traversé la basse-cour en diagonale et franchi le pont surveillé par un porche d’entrée maçonné. Une partie du pont était mobile. Après avoir franchi la porte d’entrée le visiteur débouchait dans une petite cour polygonale au centre de laquelle se trouvait un puits. Autour de cette cour, les bâtiments étaient adossés à la courtine dont ils adoptaient le contour irrégulier. Seule la partie occidentale était peut-être dépourvue de constructions adossées au rempart mais devait, au minimum, être munie d’un chemin de ronde permettant d’observer la vallée du Crevon et les hauteurs du mont Écaché. Les environs du site ont été prospectés sans pouvoir repérer les deux ouvrages satellites mentionnés par l’Abbé Cochet, en revanche en contrebas de la motte se dressent dans le parc de la Héronnière, des vestiges maçonnés qu’il évoque et attribue au xiiie s. On distingue deux ensembles conséquents conservés en élévation sur au moins 6 m. Tous deux sont recouverts d’une épaisse végétation qui rend leur lecture difficile. Ils sont éloignés l’un de l’autre d’environ 75 m. Toujours dans le parc, un colombier de dimensions réduites pourrait avoir réutilisé à sa base des pierres appartenant à l’ancienne construction à moins qu’il ne s’agisse de la base d’une ancienne tour de la fortification primitive. Toutefois aucune trace d’arrachement n’est repérable sur la maçonnerie qu’elle aurait pu être rattachée aux autres vestiges. Enfin, quelques vestiges sont encore visibles dans la cave de la demeure actuelle de la Héronnière. Ils appartiennent à une construction médiévale comme en témoignent la taille de la pierre et la facture d’ensemble, mais ils ont été réemployés notamment en les combinant avec de la brique. Nous avons d’abord pu observer un claveau sculpté représentant un visage d’homme coiffé d’un chaperon qui s’apparenterait au vêtement porté à la fin du Moyen Âge, ainsi qu’une série d’arcs en calcaire manifestement réemployés et un pan de mur constitué de blocs calcaires de grandes dimensions sans doute en place Ces multiples indices révèlent clairement l’existence, dans la vallée du Crevon, d’une demeure aristocratique, probablement entourée d’une enceinte. La topographie : présence de l’église et du village, de la motte, des étangs, et les dérivations du Crevon montrant la présence d’un moulin, du bois, et aussi de vastes parcelles immédiatement au nord, portant le toponyme « Le manoir », rattachent cet ensemble aux structures féodales médiévales, voire modernes. Au début du xiiie s., au moins à partir de 1236 avec l’arrivée de la famille des Hotot, la seigneurie de Vascœuil change de mains, elle passera plus tard dans celles de la famille d’Estouteville en 1419. Les vestiges observés semblent correspondre à cette évolution. La fortification primitive située sur la motte au-dessus du village et édifiée dans la première moitié du xiie s. aurait été délaissée dès le xiiie s., alors que le rattachement au royaume de France et les nouveaux goûts de confort rendent caduques les fortifications sur sites terrassés. C’est alors (dans la première moitié du xiiie s.) que serait édifié le château de vallée dont ne subsistent que quelques robustes pans de murs. Des aménagements sinon une refonte de fond en comble sont probables à la fin du Moyen Âge, c’est de cette phase que proviendrait le claveau sculpté de la cave de la Héronnière. Enfin des aménagements modernes sont à envisager notamment le pignon à appareil en damier d’un petit bâtiment du parc dont la base réemploie des matériaux provenant de constructions plus anciennes.

Saint-Denis-le-Thiboult, Le Bois-de-Saint-Denis.

Saint-Denis-le-Thiboult, Le Bois-de-Saint-Denis.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Denis-le-Thiboult, Le Bois-de-Saint-Denis.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/52968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 761k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Flambard Héricher, « Saint-Denis-le-Thiboult (Seine-Maritime). Le Bois-de-Saint-Denis » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 34 | 2004, mis en ligne le 15 septembre 2023, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/52968 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.52968

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Flambard Héricher

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Anne-Marie Flambard Héricher

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search