Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI. 1. – Opérations de terrain

Langeais (Indre-et-Loire). Bel-Air

Responsable d’opération : Virginie Serna
p. 2283-284

Entrées d’index

Année de l'opération :

2015, 2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : ministère de la Culture et de la Communication

Texte intégral

1Entre juin et novembre 2015, l’étiage particulièrement prononcé des cours d’eau du bassin de la Loire a permis la mise au jour d’une épave à Langeais (37), d’un chaland de Loire d’au moins 25 m de long et d’une partie de sa cargaison.

2Apparu en 2011, puis en 2014, le site archéologique a été particulièrement visible en juillet 2015, à la faveur d’une incision récente du lit du fleuve, d’une érosion active dans ce secteur et d’une baisse des eaux très importante. Jusqu’à ces dates, le site se trouvait sous un banc de sable voire une île dont le substrat assurait la conservation.

3Le site archéologique se compose aujourd’hui de l’épave d’un grand bateau assemblé, un chaland de Loire, échoué perpendiculairement au courant actuel, dont une partie du fond et des bordés est visible. La cargaison du chaland se concentre autour de l’épave et se répand en aval sur 900 m environ. Une partie du bateau reste encore enfouie sous le sable, ce qui constitue sa meilleure protection. Des boulets d’artillerie de marine de différents calibres (4, 6, 8, 12, 18 et 24 livres) constituent le chargement le plus dense de l’épave. Encore en place à l’intérieur et autour de la coque, ils forment des artefacts précieux pour comprendre l’organisation du chargement dans le bateau. Ce dernier est également composé de roues de caissons et de caissons d’artillerie (fermés avec ferrures et couvercles en bâtière en place). Ce type d’objet est bien connu, il s’agit d’un caisson d’artillerie, de type « Gribeauval », mis au point entre 1775 et 1788. Très commun pendant toute cette période, s’apparentant à une charrette, le caisson d’artillerie est conçu pour être éphémère, produit à très grande échelle, dans un matériau périssable et composite (bois et fer).

4Le procès-verbal a été retrouvé dans les minutes notariales d’Indre-et-Loire. Intitulé Procès-verbal d’avary de battaux… et daté du 15 Ventôse an 3 (5 mars 1795). Ce document d’archive est une pièce majeure à verser à l’étude du site de Langeais. La campagne 2016 a permis d’acquérir des premières données sur des éléments de la coque du chaland (système d’assemblage, bordés et procédés de calfatage), sur la partie avant et arrière du bateau (observations sur deux arronçoirs) et sur des éléments de la cargaison (roue de caisson et caisson d’artillerie) et leur état sanitaire.

5Le bordé observé témoigne d’une pratique ligérienne bien attestée : le palatrage. Cette opération est destinée à rendre le bateau étanche et consiste à clouer à l’intérieur du bateau, sur tous les joints structurels (couture entre les planches) ou accidentels, fentes ou nœuds de bois, des planchettes de bois. Ces planchettes sont appelées palâtres, elles maintiennent un tapis continu de feutre ou de mousse. Dans le cas présent, il s’agit sans doute de mousse (prélèvement en cours d’identification – C. Lavier, LAMS). Le procédé du palatrage s’effectue avec des palâtres de bois, des planchettes de chêne fendu d’environ 1 cm d’épaisseur sur 10 cm de largeur, cloutées sur un lit de mousse qu’elles compriment fortement. L’étanchéité des joints des clins était assurée selon le même principe avec une fine latte de châtaigner fendu, le gavet ou ganel comprimant un cordon de mousse introduit dans le joint largement ouvert par un chanfrein ménagé au rabot.

6Un arronçoir (ARR1) a été mis au jour, relevé et étudié. L’arronçoir est une pièce tout à fait spécifique et emblématique des grands bateaux ligériens. Cette pièce se présente sous la forme d’une solide planche crantée, en bois de chêne ou d’orme, d’une longueur proportionnelle la taille des bateaux, pour une épaisseur variant de 10 à 20 cm selon les dimensions de la coque. Les arronçoirs sont fixés horizontalement par de fortes chevilles sur la partie supérieure des jettros qui renforcent latéralement l’avant et l’arrière de chacun des deux bords de la coque des grands bateaux ligériens. Sur la partie inférieure des arronçoirs est sculptée une succession d’encoches, en dents de scie, orientées vers l’avant ou vers l’arrière du bateau.

7Les arronçoirs sont utilisés à la descente, lors de la manœuvre particulièrement efficace mais fort dangereuse du bournaiage, manœuvre qui consiste à faire dévier rapidement la course d’un bateau en vue d’un obstacle. La fouille programmée se poursuivra en 2017 et 2018 au sein du projet collectif de recherche « Épaves et naufrages en eau douce – Archéologie d’une réalité nautique en milieu ligérien ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Serna, « Langeais (Indre-et-Loire). Bel-Air », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 2283-284.

Référence électronique

Virginie Serna, « Langeais (Indre-et-Loire). Bel-Air » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/5537

Haut de page

Auteur

Virginie Serna

ministère de la Culture et de la Communication

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Virginie Serna

ministère de la Culture et de la Communication

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals