Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...VI. – Archéologie subaquatique, é...VI. 1. – Opérations de terrainRochelle (La) (Charente-Maritime)...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI. 1. – Opérations de terrain

Rochelle (La) (Charente-Maritime). Quai Meyer

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 284-285

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Texte intégral

1La première mention de La Rochelle apparaît dans une charte de l’abbaye Saint-Cyprien de Poitiers (998-1000). La ville ne se développe véritablement qu’à partir du xiie s. La première enceinte, probablement fondée dans les années 1160-1170, permet d’asseoir le statut de cette nouvelle cité portuaire qui s’émancipe progressivement des pouvoirs locaux, notamment au début du xiiie s. en englobant deux nouveaux quartiers – Saint-Jean du Perrot et Saint-Nicolas – qui se sont développés sur deux îlots encadrant, à l’ouest et à l’est, le havre.

2La fouille archéologique a été réalisée sur la rive SO du port, appelée « Petite Rive ». D’abord située en dehors de l’enceinte, qui ceinturait le quartier Saint-Nicolas, elle fut, à partir de 1373, partiellement protégée par la construction d’un nouveau mur d’enceinte qui joignait la tour Saint-Nicolas et fermait, avec la tour de la Chaîne, l’entrée du port.

3Toutefois, les différentes formes d’occupation de cet espace situé sur les marges de la ville demeurent peu documentées jusqu’au xviiie s. Un sondage archéologique réalisé au début de l’année 2016 (Barbier, 2016) avait permis de confirmer le bon état de conservation des vestiges protégés, dans l’emprise du square, par un remblai limoneux relativement dense.

4Cette fouille a été motivée par un vaste projet de réhabilitation paysager du lieu qui impliquait de nombreux terrassements plus ou moins profonds. Parmi ces travaux, les creusements de nombreuses fosses d’arbres (13) en périphérie du futur square étaient notamment envisagés.

5Ainsi, l’emprise de la fouille fut limitée à cette bande de travaux. Contrairement aux observations réalisées au cours du diagnostic, les vestiges sont apparus mieux conservés que ceux mis au jour dans le square actuel, ces derniers ayant fait l’objet de terrassements.

6L’espace ne paraît pas aménagé durant le Moyen Âge. Des remblais composés d’apport successifs de galets et de rejets divers s’y accumulent. Ils attestent d’une utilisation de l’espace comme dépotoir. La nature de ces différents dépôts a pu être partiellement observée au gré de quelques sondages. Ils sont composés de nombreux rejets alimentaires, dont de nombreux coquillages, mêlés à un sédiment assez organique. Une phase de stabilisation des remblais est perceptible sur l’ensemble de l’espace. Celle-ci est composée de matériaux calcaires micro-fragmentés dont la surface légèrement indurée témoigne d’une circulation régulière.

7La fin du siège de La Rochelle (1628) s’accompagne du démantèlement d’une partie des fortifications. À ce titre, la ville s’affranchit progressivement de l’enceinte médiévale qui fermait, en confrontation du port, le quartier Saint Nicolas. L’urbanisation gagne la rive sud du port. Des bâtiments sont édifiés au détriment des niveaux de circulation. Ceux-ci se concentrent toutefois sur la partie est de l’emprise située au plus près de l’enceinte médiévale. Au contraire, la partie ouest ne paraît pas bâtie et se présente comme une vaste esplanade ouverte sur le port. Trois phases distinctes de construction ont été identifiées au sein des deux îlots partiellement dégagés. Les niveaux d’occupation de ces différents bâtiments bénéficient d’une conservation très sommaire. Toutefois, la présence d’une fosse à latrine et d’une citerne permettent de mieux appréhender la nature de ces bâtiments qui ne semblent pas uniquement dédiés au stockage des marchandises. Des aménagements de confort (cheminées ouvragées, pierres de taille), observés au sein des déblais de démolition confirment cette hypothèse. Des murets semblent par ailleurs délimiter des espaces qui pourraient être assimilés à des boxes (écuries ?) attenants au bâtiment principal. L’absence notable d’aménagement entre les deux îlots permettrait d’identifier un jardin. Au plus près du port, des niveaux de sols sont successivement aménagés.

8Cette occupation est brutalement abandonnée à la fin du xviiie s. suite à la décision d’édifier un nouveau bassin pour les navires. Son creusement est opéré, au détriment du quartier nouvellement installé sur la Petite Rive du port. Ce dernier est entièrement détruit, une partie du lapidaire assurant le remblaiement des zones légèrement excavées.

9L’espace restant est réhabilité en jardin. Des aménagements paysagers se manifestent tant par le creusement de nombreuses fosses à plantations que par l’installation d’espaces dédiés à la circulation. Deux petits enclos bâtis se distinguent même à la pointe du square. La quiétude du lieu, qui connaît toutefois quelques réaménagements, demeure jusqu’à la seconde guerre mondiale.

10Au cours de cette période, un blockhaus prend place sur la pointe du square. Démantelé à la fin des années 1970, ses fondations ferraillées demeurent encore nettement visibles.

11La fouille a donc révélé un ensemble de vestiges méconnus qui constituent de fidèles témoins du passé récent de la cité rochelaise. Soucieuse de s’émanciper de ses murs, la ville s’est progressivement développée en période de paix au-delà des limites imposées par son enceinte. La rive du port apparait dès lors comme un lieu paisible où un véritable quartier prend place au sortir du siège de 1628. Pourtant, ce dernier ne résiste pas aux impératifs imposés par cette cité portuaire en mal d’espace. Le creusement d’un bassin de carénage est ainsi réalisé au détriment de ces habitats éphémères.

12Plus récemment, les tumultes de la seconde guerre mondiale ont à nouveau investi ce quartier. Les constructions préservées sous le maigre tapis végétal constituent de précieux témoins de cette histoire récente.

La Rochelle, vue d’ensemble des bâtiments partiellement découverts à l’est du site dans un environnement très marécageux.

La Rochelle, vue d’ensemble des bâtiments partiellement découverts à l’est du site dans un environnement très marécageux.

Cl. E. Barbier

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Rochelle, vue d’ensemble des bâtiments partiellement découverts à l’est du site dans un environnement très marécageux.
Crédits Cl. E. Barbier
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/5538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). Quai Meyer »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 284-285.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). Quai Meyer » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/5538 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.5538

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search