Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...VI. – Archéologie subaquatique, é...VI. 1. – Opérations de terrainTerre-de-Haut /Les Saintes (Guade...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI. 1. – Opérations de terrain

Terre-de-Haut /Les Saintes (Guadeloupe). Épave de la passe de la Baleine, supposée Anémone

Responsable d’opération : Jean-Sébastien Guibert
Notice rédigée avec Marine Sadania
p. 285-286

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : université des Antilles

Texte intégral

1La fouille programmée qui s’est déroulée durant la première quinzaine de juillet 2016 a permis des avancées majeures dans la compréhension du site supposé de l’épave de l’Anémone, une goélette de la Marine royale construite en 1823 à Bayonne et naufragée en septembre 1824 aux Saintes (Guadeloupe). Le site a fait l’objet d’une expertise du Drassm et d’une première opération en 2015. Cette dernière avait pour objectif de localiser et d’évaluer l’intérêt du site.

2Les objectifs de la campagne 2016 étaient nombreux : évaluer l’emprise et l’état de conservation des vestiges, déterminer la nature des éléments conservés et confirmer par l’étude chronologique et culturelle de l’épave et du mobilier archéologique l’hypothèse d’identification proposée. La campagne s’est déroulée dans de bonnes conditions météorologiques avec une équipe composée de 14 plongeurs professionnels et d’un étudiant de l’université des Antilles, depuis le navire support Orca. L’opération a permis de comprendre de manière précise l’organisation du site de l’épave de la Baie des Saintes en localisant le flanc avant tribord et la poupe dans le cadre des deux sondages, respectivement nommés SD 1 et SD 2. Les éléments visibles et présents à même le fond (caronade, gueuses, puits à boulets, four, marmites) ont été étudiés et identifiés.

Organisation du site

3L’emprise du site s’étend sur une aire d’environ 300 m2 avec la présence de nombreux éléments affleurant le fond (plaques de doublage, four, caisses en alliage cuivreux…). L’emprise des structures en bois présentes dans le sédiment est évaluée entre 60 et 80 m2 maximum.

4Après avoir localisé et documenté, les éléments apparents, un premier sondage, SD 1, a été ouvert au contact direct du sondage de 2015. Cette fenêtre d’ouverture a permis la mise au jour d’une partie des structures de la coque de l’épave. Ainsi plusieurs membrures, du vaigrage, une serre ainsi que du bordé ont été découverts permettant d’identifier le flanc tribord du navire. C’est notamment l’encoche taillée dans la serre qui a permis d’aider à la compréhension de l’orientation des structures. La fouille de ce sondage a également révélé la présence de plaques de plomb, de fragments de céramique, de verre, etc.

5Pour autant, à l’issue de ce sondage, il demeurait difficile de déterminer l’orientation de l’épave. Un deuxième sondage, SD 2, a été établi plus au nord, pour tenter d’évaluer l’emprise du site. Cette tentative s’est révélée concluante puisque le dégagement des sédiments, dans cette zone, a dévoilé la présence de la quille, la carlingue, la courbe d’étambot ainsi que des membrures, du bordé et du vaigrage. L’extrémité arrière du navire a donc été identifiée. De nombreuses bouteilles en verre, des fragments de céramique, ainsi qu’une marque de tirant d’eau ont également été découverts dans cette zone, confirmant l’identification de l’arrière du navire.

Étude de la construction navale

6À ce stade, il semble difficile de tirer des conclusions définitives de l’étude de la construction de l’épave de la Baie des Saintes. Celle-ci a pour l’instant consisté en des observations générales, visant à comprendre le site et son organisation. Il semblerait qu’en l’état de nos recherches, seul le flanc tribord soit conservé à l’avant et que l’axe central (quille carlingue) soit en place à l’arrière. Dans les deux sondages, les membrures se répartissent selon le même rythme, à savoir : couple de levée/clé/couple de remplissage/clé/couple de remplissage/clé/couple de levée ; avec une équidistance de 1 m entre les couples de levée. Ces caractéristiques concordent avec celles tirées du plan type l’Anémone. Il reste à mettre en œuvre les objectifs et les méthodes afin de documenter avec plus de précision les structures clés de l’épave telles que la poupe, l’axe central (quille carlingue), une éventuelle emplanture de mât et la partie avant de l’épave.

7Ces recherches pourraient être effectuées en réalisant des sondages réguliers le long de l’axe central et en prenant en compte les dimensions telles qu’elles sont exploitables dans le plan type de 1823 afin de cibler les structures clés. La mise en œuvre de prises de vues en photogrammétrie pourrait être une solution pour documenter les différents sondages. Ces structures pourraient le cas échéant être démontées afin d’étudier leur organisation, leur assemblage ainsi que les différents systèmes de fixation.

Étude du mobilier archéologique

8L’étude du mobilier archéologique réalisée depuis 2015 complète les informations sur la chronologie du site et sur la vie quotidienne à bord. La fourchette chronologique proposée après étude du mobilier prélevé sur l’épave (céramique, verre, armement) couvre la période comprise entre la fin du xviiie et le 1er tiers du xixe s. Ces résultats concordent avec les pièces de monnaies et le mobilier prélevés par l’inventeur du site, couvrant la période fin xviiie-1818. Le mobilier prélevé en 2016 est principalement à mettre en relation avec la construction navale (clouterie, marque de tirant d’eau) et l’équipement de bord (matériaux de stockage, poulies) ainsi que l’armement (balles en plomb, pierres à fusil). D’autres éléments moins nombreux concernent le service et le stockage des aliments (vaisselle et récipients en céramique, bouteilles en verre, verrerie et couverts), ou encore les objets personnels (pipe, pièces de monnaie). Cependant, force est de constater que le mobilier archéologique prélevé sur le site est moins riche que ce qu’un site d’épave moyennement profond aurait pu laisser envisager. Il faut peut-être attribuer cette situation au fait que l’aire d’épandage du mobilier est vaste. Les zones les plus propices à ce sujet, notamment la zone identifiée en 2015 comme étant une possible zone d’épandage du mobilier (hors épave), n’ont pas été fouillées. Cette situation est aussi à attribuer aux pillages successifs que le site a subis dans les années 1970, puis dans les années 1990.

Bilan des recherches en archives

9L’année 2016 a été l’occasion de compléter l’étude de l’épave par des recherches complémentaires dans les différents centres d’archives du Service Historique de la Défense (Vincennes, Cherbourg et Rochefort) menées notamment par F. Bigot et M. Lachèvre. L’idée était, à la fois de collecter de manière exhaustive des données pouvant servir à l’histoire de l’Anémone, des autres goélettes construites à l’époque et pouvant aussi être utile à l’étude archéologique elle-même. La courte existence de l’Anémone est maintenant connue, de sa construction à son naufrage, de son implication au cours de la guerre d’Espagne à sa station à la Guadeloupe. Le détail de ses missions permet de renseigner les différentes fonctions de ces navires aux Antilles et de rappeler leur rôle dans le cadre de la lutte contre le commerce illégal d’esclaves. Des études ciblées sur l’équipage du navire ont permis de s’interroger sur l’origine des marins et l’évolution du personnel à bord. Les enquêtes dans la série 8 DD1 9 et ses équivalents ont mis en lumière des plans essentiels à la compréhension des différentes structures du navire ainsi qu’à leur comparaison avec d’autres unités de la même époque.

Perspectives

10La campagne 2016 a révélé tout le potentiel de ce site archéologique, bien conservé pour le contexte local, et permettant d’étudier une petite unité de la Marine décrite par Jean Boudriot, mais peu connue en termes d’archéologie. Les résultats obtenus permettent de proposer une identification des vestiges étudiés comme étant ceux de la goélette l’Anémone naufragée en 1824. C’est notamment l’association des pièces de monnaies, du mobilier archéologique, de l’armement et des caractéristiques de construction, confrontée aux données d’archives, qui mènent à cette conclusion.

11Pour autant, ce site nécessite encore des investigations. L’étude de la zone arrière n’a été réalisée que partiellement. Il sera notamment nécessaire d’étendre le sondage de manière à pouvoir observer la quille et les assemblages quille-carlingue-membrures. D’autre part, l’étambot n’a pas été aperçu, il s’agira donc de vérifier sa présence. Par ailleurs, en suivant l’axe du navire, plusieurs sondages pourraient être réalisés entre autres au niveau de l’une des emplantures de mât ainsi qu’à l’avant.

12Au final, l’étude du site a contribué à une meilleure connaissance du navire, de sa construction, de son équipement et de ses hommes. La confrontation des sources archéologiques, textuelles et iconographiques a permis de compléter et d’affiner les données connues sur ces petites unités de la Marine, peu étudiées, et qui pourtant représentent des navires courants et représentatifs de la fréquentation militaire des Petites Antilles françaises en ce début de xixe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Sébastien Guibert et Marine Sadania, « Terre-de-Haut /Les Saintes (Guadeloupe). Épave de la passe de la Baleine, supposée Anémone »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 285-286.

Référence électronique

Jean-Sébastien Guibert, Marine Sadania, « Terre-de-Haut /Les Saintes (Guadeloupe). Épave de la passe de la Baleine, supposée Anémone » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/5539 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.5539

Haut de page

Auteurs

Jean-Sébastien Guibert

université des Antilles

Articles du même auteur

Marine Sadania

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Sébastien Guibert

université des Antilles

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search