Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI. 2. – Prospections

Lignerolles, Saint-Genest, Villebret (Allier). Gorges du Cher/Lit de la rivière Cher

Responsable d’opération : Olivier Troubat
p. 286

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Texte intégral

1Les opérations de prospection subaquatique des Gorges du Cher se poursuivent pour la 3e année consécutive. Au total, 16 emplacements de moulins, ont été relevés sur 11,1 km. Les archives montrent que cette activité était importante dans les gorges du Cher dès le Moyen Âge.

2Les barrages sont toujours massifs, quelles que soient les époques de construction, avec un standard de 6 m de large environ et l’utilisation d’une pierre très abondante y compris dans le lit de la rivière. Ils montrent les mêmes caractéristiques – en fonction des époques – que ceux que nous avons relevés tout au long du Cher jusqu’à 50 km en aval. On retrouve des barrages plus perpendiculaires à la rivière et plus courts au Moyen Âge, jusqu’à la phase de grands travaux xviie- xviiie s. de barrages à forts biais, avant de retrouver le même type de construction que précédemment.

3Le traitement du chanvre est important et témoigne d’une activité, déjà réglementée dans les Coutumes du Bourbonnais au xve s. On remarque des installations complémentaires de meules de ribe pour le broyage du chanvre à la fin du xviiie s. avec l’encouragement de cette culture par le roi, puis au début du xixe s., à l’occasion du blocus continental anglais, lors des guerres napoléoniennes.

Zone de passage et d’activité de Vieux-Bourg

4Vieux-Bourg est l’ancien chef-lieu de la paroisse de Saint-Genest, déplacé à la Révolution au centre de la commune. C’est un des trois principaux sites de passage des Gorges sur les 20 km qu’elles barrent. Les archives témoignent de l’existence d’une forteresse, aujourd’hui disparue, dont les ruines sont appelées, sous l’ancien régime, « château des Moulins ». Dans le territoire immédiat de la place, trois ouvrages étaient encore en activité au début du xixe s. Deux supplémentaires ont été découverts.

5Trois moulins ont pu être datés de la fin du xviie s. à la fin du xviiie s., en usage pour l’un jusqu’à la fin du xixe s., et pour les deux autres jusqu’au début du xxe s. Un ouvrage médiéval antérieur peut être reconnu sous le plus aval. Enfin, sur le même territoire, en aval, les crues ont découvert cette année les restes d’un barrage qui s’oriente sur la rive droite de la rivière vers un autre moulin, vraisemblablement médiéval, sous le château dit des Moulins.

Dans les gorges, des moulins « cul-de-sac »

6Plus en aval, les moulins ne répondent pas à un territoire de passage et d’activité important, comme celui de Vieux-Bourg, mais semblent plutôt des annexes des villages ou anciennes seigneuries qui les dominent. La plupart sont datables des xviie- xviiie s. et continuent leur activité jusqu’au xixe s. Un autre, vraisemblablement médiéval, a été découvert cette année à 500 m en aval du hameau de La Viale.

Des zones d’activité très circonscrites dans un désert humain

7Les recherches menées depuis 3 ans montrent que, dans une zone difficilement franchissable et très inhospitalière, quelques territoires concentrent les rares passages et les activités liées au potentiel hydraulique, précieux dans cette région du Massif Central où les sols granitiques imperméables ne conservent pas l’eau. C’est ainsi, qu’à certaines périodes plus sèches, quoiqu’éloignées des centres urbains, les Gorges du Cher recèlent une énergie hydraulique importante et la concentration des moulins qu’on peut y constater, montre son importance pour traiter les productions de toute la région environnante et notamment de la vallée de Montluçon.

8Si quelques passages isolés et sans moulins sont retrouvés, ainsi que quelques moulins sans passage important, trois territoires peuvent être distingués, concentrant passages et meunerie, au travers de cette barrière difficilement franchissable que constitue la vingtaine de kilomètres des Gorges Tardes/Cher. Ils sont tous associés, soit à des oppida, et/ou éperons barrés, et/ou sites fortifiés médiévaux : Sainte-Radegonde – Saint-Marien (Budelière/Evaux – 23), La Bique – l’Ours – La Garde (Ste-Thérence/Teillet-Argenty/Lignerolles – 03), Vieux Bourg – Serignat (St-Genest/Lignerolles – 03).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Troubat, « Lignerolles, Saint-Genest, Villebret (Allier). Gorges du Cher/Lit de la rivière Cher », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 286.

Référence électronique

Olivier Troubat, « Lignerolles, Saint-Genest, Villebret (Allier). Gorges du Cher/Lit de la rivière Cher » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/5541

Haut de page

Auteur

Olivier Troubat

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Olivier Troubat

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals