Navigation – Plan du site

AccueilNuméros45Chronique des fouilles médiévales...VI. – Archéologie subaquatique, é...VI 1. – Opérations de terrainPort-d’Envaux (Charente-Maritime)...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2014
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 1. – Opérations de terrain

Port-d’Envaux (Charente-Maritime). Le Priouté (fleuve Charente)

Responsable d’opération : Philippe Moyat
p. 291-292

Texte intégral

1Le site immergé du Priouté se trouve dans le fleuve Charente, sur la commune de Port d’Envaux, à 4 km en amont de la zone portuaire alto-médiévale de Taillebourg – Port d’Envaux. Il fait l’objet de campagnes de fouille et de prospections subaquatiques depuis 2011, qui ont permis, entre autres, de fouiller et d’étudier un premier bateau assemblé (EP1) daté par 14C de l’époque mérovingienne (680-874 cal AD).

2La campagne 2014 a permis de fouiller la moitié d’une seconde embarcation appelée EP2, datée par 14C entre le milieu du viie et la fin du viiie s., ce qui la rend chronologiquement très proche, sinon contemporaine de l’épave EP1. L’épave est enfouie à l’envers, coque retournée, la proue dirigée vers l’aval ; sa sole exposée à l’érosion ayant pratiquement disparu, il n’en subsiste que les deux flancs. Pour en faire l’étude, deux sondages ont été réalisés de chaque côté de l’épave, en partant de la proue.

3Le relevé a été effectué en deux temps ; sous l’eau, on a d’abord pris des points en x, y, z sur les éléments principaux de l’architecture  : éléments des couples (courbes ou clans ? Étant donné leur degré d’érosion, la détermination précise reste impossible pour l’instant), vestiges des bouchains monoxyles coté étrave, et bordages. Ces points ont été intégrés dans le logiciel Autocad Covadis. Ensuite, une partie des éléments dégagés ont été remontés en surface où ils ont été dessinés et photographiés afin de compléter le relevé, et dans le but de réaliser une restitution en 3D avec le logiciel Sketchup. Des échantillons ont également été prélevés pour analyse dendrochronologique (en cours par C. Lavier).

4Pour le moment, à part l’épave (EP1) du Priouté, il n’a pas été trouvé de comparaisons typologiques directes d’un bateau présentant les mêmes caractéristiques techniques. Elle entre dans la catégorie des bateaux à fond plat dont la rigidité longitudinale est assurée par des bouchains monoxyles. Sa forme générale s’apparente à celle « en ogive » définie par B. Arnold (1992, p. 75), l’avant se terminant en pointe par une étrave, l’arrière étant probablement tronqué par la présence d’un tableau. La fouille complète de l’épave avec son relevé complet nous donnera plus d’éléments de comparaisons, les flancs d’EP2 étant conservés, contrairement à EP1 qui, en revanche, possède encore sa sole intacte. Nous pourrons donc également avoir des éléments de réponse sur la construction des deux embarcations contemporaines, car même si les dimensions des deux bateaux diffèrent, peut-être en raison de leur degré d’érosion (6,6 m de long pour EP1 contre 8,2 m pour EP2), leur architecture semble pour l’instant très similaire.

5Parallèlement à la fouille d’EP2, on a poursuivi la prospection systématique à vue en couloirs. Ces investigations ont permis de couvrir cette année 0,27 ha dans la continuité des prospections effectuées en 2013, et de trouver une troisième épave appelée EP3, géographiquement assez proche d’EP2. Sa datation (662-670 cal AD) et les premières observations effectuées sur les parties visibles montrent que ces trois bateaux sont sans doute contemporains et de même conception navale. La forme d’EP3, avec une étrave et sa sole presque plate, comparable à EP1 et à EP2, laisse penser que ces trois embarcations n’étaient pas uniquement destinées à naviguer sur le fleuve, et qu’elles pouvaient également avoir été conçues pour naviguer dans l’estuaire, voire pour longer la côte Atlantique.

6La campagne de fouille 2014 a également constitué une opportunité pour effectuer un retour sur l’épave EP1 afin d’en prélever des échantillons pour une analyse dendrochronologique qui sera réalisée conjointement avec celle d’EP2. Le choix s’est porté sur deux pièces déjà dissociées de l’épave, assez facile à dégager de la protection mise en place en 2013, et suffisamment représentatives. Ces pièces ont été remontées en surface pour échantillonnage et photos, puis réimmergées et à nouveau protégées. On disposera ainsi de la possibilité de pouvoir vérifier si les deux embarcations (EP1 et EP2) ont bien été construites en même temps, avec les mêmes bois (étude dendrologique), et si elles proviennent du même chantier de construction navale. Les échantillons sont en cours d’analyse par C. Lavier.

7Après quatre campagnes de prospection et de fouille subaquatique, le site fluvial du Priouté renferme donc quatre embarcations, dont une pirogue monoxyle datée entre la fin du viie et le milieu du xe s., et trois bateaux assemblés datés par 14C entre le milieu du viie et la fin du viiie s. On peut espérer que les analyses dendrochronologiques en cours permettront de préciser encore ces datations.

8L’existence, dans cette portion du fleuve Charente, d’armes, d’une pirogue, et de trois bateaux assemblés contemporains, pourrait faire penser que l’on se trouve en présence d’une autre zone portuaire, très proche de celle de Taillebourg-Port d’Envaux. Cette donnée pourrait être confirmée par les futures recherches ; on verrait alors se dessiner l’image d’un fleuve jalonné dans sa partie aval de ports de plus ou moins grande importance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Moyat, « Port-d’Envaux (Charente-Maritime). Le Priouté (fleuve Charente) »Archéologie médiévale, 45 | 2015, 291-292.

Référence électronique

Philippe Moyat, « Port-d’Envaux (Charente-Maritime). Le Priouté (fleuve Charente) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 45 | 2015, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 23 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6756 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6756

Haut de page

Auteur

Philippe Moyat

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Moyat

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search