Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Place de Verdun

Responsable d’opération : Nùria Nin
p. 139-140

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : mairie d’Aix-en-Provence

Texte intégral

1Créée à la fin du xviiie s., la place de Verdun occupe un secteur clé dans le développement urbain aixois. Intégrée tardivement au corps de ville (fin xve s.) et recoupant précisément l’angle SE du périmètre fortifié de ce dernier entre l’Antiquité et le xive s., elle est d’abord un secteur d’observation privilégié des différents tracés de l’enceinte collective et de l’évolution de l’espace urbain sur une longue période de quinze siècles au moins. Elle recouvre aussi une grande partie de l’emprise de l’ancien palais des comtes de Provence, devenu le lieu de résidence du roi René à partir de 1453, puis le siège du Parlement de Provence à partir de 1501. Cet édifice majeur de la ville fut détruit entre 1778 et 1786, pour permettre la construction de l’actuel palais de justice Verdun.

2Le passage de l’antique voie Aurélienne, puis celui du chemin médiéval de Saint-Maximin font également de cette place un secteur auquel fut, durant le même laps de temps, conféré un rôle privilégié de principale entrée de ville. Il constitue de ce fait un laboratoire pour cerner les lieux, les édifices ou les signes marquant les seuils urbains successifs, pour analyser les modalités d’occupation de l’espace immédiatement péri-urbain et celles de sa mutation en espace urbain.

3Le projet de requalification de cette place a ainsi motivé l’ouverture de deux sondages d’emprise modeste (50 m2 au total) à l’automne 2016. Si le palais comtal, qui puise ses origines dans la présence d’une porte de ville et d’un mausolée antiques et fut longtemps étroitement lié au processus d’extension de l’enveloppe urbaine, bénéficie d’une abondante documentation tant textuelle qu’iconographique, l’exploration archéologique reste, en effet, le seul moyen de restituer et de comprendre le processus ayant conduit à sa formation.

4Les deux sondages ouverts devant le palais de justice Verdun ont surtout documenté l’occupation médiévale qui compose l’essentiel de la stratigraphie. Si l’on excepte un collecteur antique à peine entrevu, les niveaux les plus anciens qu’il nous a été donné d’observer pourraient remonter au xiie s., et la stratigraphie visible sur les parois d’un silo montre qu’ils recouvrent une puissante sédimentation, estimée à près d’1 m d’épaisseur au moins. Nous nous situons là dans la période qui a précédé l’installation à Aix-en-Provence des comtes de Provence. Ainsi, avant le xiiie s., l’espace actuellement occupé par la place de Verdun serait essentiellement péri-urbain et en partie dédié à de l’ensilage, ainsi qu’en atteste la présence de quatre silos. Cette découverte ouvre des perspectives inespérées tout d’abord d’explorer les modalités d’occupation des marges de la ville comtale en cours de formation, qui plus est dans un secteur traversé par une voie de circulation majeure, le chemin de Saint-Maximin ; ensuite, d’appréhender la façon dont l’extension urbaine, amorcée au xiiie s., a participé à modifier les modalités d’occupation de cette zone, qui sera par la suite progressivement gagnée par l’urbanisation.

5Le palais comtal n’est, quant à lui, pas attesté avant 1227, date de l’achèvement des travaux entrepris par Raymond Béranger V pour en faire le siège de son gouvernement. Par leur localisation au sein de l’édifice et leur position stratigraphique, certaines des maçonneries mises au jour dans les deux sondages ont de fortes chances de correspondre à cette phase ancienne. Si l’on suit la restitution proposée en 1935, par Jean Duranti la Calade, pour l’évolution urbaine, un puissant mur reconnu dans l’un des sondages pourrait ainsi appartenir à la courtine orientale de la ville du xiiie s., qui a vraisemblablement servi de limite, voire d’appui à la première aile orientale du palais. Ce mur est en effet inséré dans un dispositif maçonné massif parfaitement recalé sur le plan du rez-de-chaussée du palais dressé vers 1775 par l’architecte Brun. Il se trouve dans une partie du bâtiment relativement ancienne (antérieure à 1305) comprise entre la chancellerie et la salle du parquet. Cette hypothèse méritera bien évidemment d’être vérifiée. La nature générale de la sédimentation observée au nord de ce mur semble en tout cas confirmer le caractère extra-muros du site durant cette phase ancienne (avant le courant du xiiie s.).

6Deux segments de la façade SE de l’édifice ont également été reconnus. Ils sont bordés par une voie caladée, l’ancienne rue du Palais, au sud de laquelle ont été mis au jour les vestiges d’un îlot d’habitation correspondant à l’île de Monsieur le conseiller du Bourguet.

7Pour modestes qu’ils soient, les quelques vestiges reconnus n’en ont pas moins permis de recaler ces éléments urbains anciens sur le cadastre contemporain qui n’avait pu les prendre en compte au moment de son élaboration, en 1829, et qui, jusqu’à présent, gardaient un caractère « flottant » dans le cadastre actuel. Ils ont également permis d’éprouver la fiabilité de cette documentation constituée à la veille de la Révolution.

8À ces données planimétriques, il faut encore ajouter celles relatives à l’altimétrie des niveaux de circulation successifs, voire du toit du substratum. Les données recensées sont encore trop ténues pour tenter une quelconque modélisation, mais il en ressort, par comparaison avec celles issues des fouilles concurremment conduites sur la place toute proche des Prêcheurs, l’existence d’une importante dénivellation N-S, aujourd’hui gommée, qui indique le passage ou du moins l’amorce d’un paléo-vallon entre les deux zones. Reste à savoir comment les Anciens se sont accommodés de ce terrain accidenté, comment et à quelles fins ils l’ont exploité, et comment ce relief a pesé aussi dans les modalités d’occupation des lieux.

9Enfin, cette opération a également donné l’occasion d’aborder la question des aménagements hydrauliques en lien avec le palais ou la voirie, dont certains sont antérieurs à l’équipement recensé par Vallon, en 1721.

10Une fouille préventive devrait permettre, en 2017, d’observer l’ensemble des vestiges du palais conservés sous la place de Verdun et les rues voisines.

Aix-en-Provence, place de Verdun, élévation du mur de façade oriental du palais comtal donnant sur l’ancienne rue du Palais.

Aix-en-Provence, place de Verdun, élévation du mur de façade oriental du palais comtal donnant sur l’ancienne rue du Palais.

Cl. N. Nin

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aix-en-Provence, place de Verdun, élévation du mur de façade oriental du palais comtal donnant sur l’ancienne rue du Palais.
Crédits Cl. N. Nin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nùria Nin, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Place de Verdun »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 139-140.

Référence électronique

Nùria Nin, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Place de Verdun » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6796

Haut de page

Auteur

Nùria Nin

mairie d’Aix-en-Provence

Haut de page

Responsable d’opération

Nùria Nin

mairie d’Aix-en-Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals