Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainBayonne (Pyrénées-Atlantiques). R...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Rue du Pilori

Responsable d’opération : Nadine Béague
p. 141-142

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Texte intégral

1La façade orientale de l’immeuble au no 4 de la rue du Pilori coïncide avec le tracé de l’enceinte antique de Bayonne, qui date de l’Antiquité tardive (iiie-ive s.). Son analyse révèle aussi des traces de bâtiments installés au Moyen Âge ou à l’époque moderne contre la face interne de la courtine, qui ont pu revêtir plusieurs formes.

2À la suite des travaux de décrépissage préalables à la rénovation de l’immeuble, un relevé sommaire des élévations suivi de quelques observations nous permet d’esquisser l’évolution du bâti à l’intérieur de l’immeuble de l’Antiquité à nos jours. Dans les douze premiers mètres du mur côté rue, quelques maçonneries ont été distinguées, notamment au point de décrochement de l’alignement de la courtine antique. Ce décrochement de quelques degrés vers l’est pourrait s’expliquer par la proximité d’une tour-porte, supposée par certains auteurs. D’autres unités (UC118 et 119) prennent place à 1,50 m de haut par rapport au sol actuel et matérialisent une entité architecturale de 5,50 m de large, attribuable à l’époque médiévale compte tenu du module des pierres de Mousserolles employées. Certaines pierres de taille mesurent 1 m de long sur 0,30 m de haut et remplissent un espace de plus d’1,30 m en largeur et en hauteur. L’hypothèse d’une remise à niveau d’assiette pour la pose d’appuis de baies à 1,20 m-1,30 m de hauteur dans la courtine à l’époque médiévale est plausible.

3La courtine antique sert de point d’appui à une maison, romane ou postérieure, à l’origine vraisemblablement en bois et torchis et plus tard en pierre. Les vestiges d’une première construction « en dur » (UC2, repérée sur 4,50 m de large) intervenue après l’arrachement partiel de la courtine antique sont ceux du mur pignon pourvu d’un renfoncement ou d’un passage avec linteau en bois et arc de décharge voûté en briques. Dans un deuxième temps, le renfoncement ou le passage est condamné et l’unité 4 est rajoutée pour prolonger le mur vers l’ouest. La nature de la maçonnerie de ce mur pignon (parement de moellons et fragments de terre cuite) ne nous permet pas de lui attribuer une datation. Les unités construites UC5, UC6 font suite au mur pignon précédemment décrit, mais ne sont pas chaînées avec celui-ci, et sont appliquées contre le rempart préalablement arraché. Au Moyen Âge, la maison pouvait être constituée d’un ou de deux corps de bâtiment séparés par la cour et reliés par des galeries en charpente. Il pourrait s’agir d’un commerce, avec la présence d’un étal suivi ou surmonté de l’habitation sur la rue du Pilori, qui débouchait sur une porte du rempart antique (démolie après 1674), supposée se trouver à l’emplacement de l’angle avec la rue de la Salie. Nous n’avons bien évidemment aucune idée de ce à quoi pouvait ressembler la façade au Moyen Âge ou à l’Époque moderne. Nous supposons qu’il y avait un étage en encorbellement sur la rue, dont il reste peut-être des traces. L’accès à l’étage (éventuellement construit plus tard) se faisait par un escalier d’accès dans la cour communiquant par un couloir depuis la rue. Au premier étage, un mur en pierres de Mousserolles et briques est plaqué contre le mur antique, mais il est difficile de déterminer à quel état du bâtiment il se rapporte (antérieur au xviie s ?). Une trace d’arrachement et/ou de raccord de maçonnerie pourrait indiquer que les murs gouttereaux étaient chaînés au pignon sur rue. Ceci correspondrait alors probablement à une ordonnance d’alignement des façades (peut-être au xixe s.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Béague, « Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Rue du Pilori »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 141-142.

Référence électronique

Nadine Béague, « Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Rue du Pilori » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6800 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6800

Haut de page

Auteur

Nadine Béague

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nadine Béague

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search