Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainBayonne (Pyrénées-Atlantiques). R...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Rue Jacques Lafitte, rue de Ravignan, rue Frédéric Bastiat

Responsable d’opération : Nadine Béague
p. 142-143

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0142337

Texte intégral

1Le projet d’extension et de restructuration du musée Bonnat-Helleu, implique à la fois une extension sur l’école élémentaire du Petit-Bayonne (bâtiment et cour) et une relocalisation de l’école à l’angle des rues de Ravignan et Frédéric Bastiat. L’opération de diagnostic consiste en la recherche de vestiges du Moyen Âge sur deux emprises distantes de 180 m dans le quartier médiéval du Petit Bayonne. Il s’agit surtout de rechercher les traces de l’enceinte médiévale, car pour le moment, aucune preuve archéologique n’atteste que la rive est de la Nive, le Bourg-Neuf et le quartier Pannecau, urbanisés à cette période, aient eu une clôture. La première véritable enceinte du Petit-Bayonne, dite « anglaise » n’est dressée par Édouard Ier que vers 1294, après la reprise de la ville par les Anglais. Une récente opération de diagnostic archéologique menée au 7 et 9 rue Frédéric Bastiat a permis de localiser l’enceinte (édifiée au xiiie s. ?) et de mettre en évidence des couches archéologiques témoignant de l’utilisation de cet espace en tant que jardins et d’un sol en carreaux de terre cuite qui peut laisser envisager la présence d’aménagements (bâtiments ?) à proximité de l’enceinte. Le site du musée Bonnat-Helleu se trouve à l’emplacement de l’ancien couvent des Jacobins, attesté à Bayonne dès 1221 ou 1222, mais dont le couvent et l’église sont reconstruits après un incendie en 1290. L’église Saint-André, le couvent et le cimetière sont longtemps convoités par les Prêcheurs, qui les récupèrent en 1317. Après la Révolution, l’église est démolie pour construire un hôpital qui englobe également le couvent des Capucins. Cédé à la ville en 1928, l’hôpital est transformé en lycée où subsistent encore aujourd’hui les vestiges des murs de l’église et une partie du portail.

2Toutes les tranchées de sondage réalisées sur l’ensemble du projet sont positives. Pour le site de la cour de l’école du Petit-Bayonne, un premier type de maçonnerie indique le Moyen Âge, alors que le mobilier recueilli dans les niveaux de remblai et une autre fondation de mur se rapportent à l’époque moderne (xvie-xviiie s.). La question de l’origine de ces remblais se pose notamment pour les ossements humains : étaient-ils dans la terre extraite et remaniée sur place ou viennent-ils d’ailleurs ? L’opération de diagnostic a permis d’écarter l’hypothèse de l’emplacement du cimetière du couvent des Jacobins et des Capucins et de localiser dans la cour de l’école du Petit-Bayonne la porterie du couvent des Jacobins. Il est probable que nous soyons en face de deux états de fondation au niveau de la porterie du couvent, l’un remontant aux origines de la fondation (xiiie s.), l’autre à une phase de reconstruction, peut-être au xvie s. (on sait que le couvent est rénové en 1545). Les différents plans de Bayonne nous indiquent que ces vestiges se situent au niveau de la porterie du couvent des Jacobins située sur le côté ouest. Au vu du plan de 1749, le mur observé dans la tranchée de sondage no 1 est le mur qui clôt le couvent des Jacobins en délimitant un seul accès possible au couvent. Quant au mur perpendiculaire au premier, chronologiquement postérieur, il matérialise aussi la fermeture de la rue, ou l’ouverture du couvent vers l’extérieur.

3Dans la deuxième partie de l’emprise de fouilles, l’absence de mobilier archéologique ne nous permet pas de proposer une chronologie des occupations. Cependant, la comparaison des différentes maçonneries mises au jour permet de distinguer deux phases : l’une, contemporaine du couvent des Capucins sous la forme de murets de jardin ou de clôtures à l’époque moderne (début du xviie s. ?), l’autre, plus récente, liée à l’occupation militaire du site. Néanmoins, il n’est pas totalement exclu que des structures médiévales figurent parmi les vestiges mis au jour dans ce second secteur.

Bayonne, musée Bonnat.

Bayonne, musée Bonnat.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Bayonne, musée Bonnat.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6801/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 543k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Béague, « Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Rue Jacques Lafitte, rue de Ravignan, rue Frédéric Bastiat »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 142-143.

Référence électronique

Nadine Béague, « Bayonne (Pyrénées-Atlantiques). Rue Jacques Lafitte, rue de Ravignan, rue Frédéric Bastiat » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6801 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6801

Haut de page

Auteur

Nadine Béague

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nadine Béague

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search