Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Chambord (Loir-et-Cher). Le Château, les Parterres nord et est

Responsable d’opération : Simon Bryant et Cécile Travers
p. 146

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap, Archéoverde

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0130027

Texte intégral

1Les parterres nord et est des jardins formels de Chambord ont pris leur forme définitive entre 1730 et 1741 après plusieurs états de travaux entre le xvie et la fin du xviie s., restés inachevés. L’iconographie de cette période et les résultats d’un diagnostic réalisé en 2013 sur les 6,5 ha de l’emprise ont permis d’orienter la prescription d’une fouille préalable aux travaux de restauration du jardin dans leur premier état du xviiie s.

2La fouille a permis de confirmer la présence de deux espaces de jardins au nord et à l’est du château, figurés sur les premiers plans des années 1680 et désaxés par rapport au château. Le « Petit Jardin », au nord, est orienté N-S, délimité à l’ouest par l’ancien chemin entre Chambord et son port à Saint-Dyé-sur-Loire. La fouille a précisé la nature et l’orientation de ce chemin et a pu montrer qu’il était séparé du jardin à l’est par un fossé et deux lignes d’arbres ou d’arbustes plantés en quinconce. La limite nord était plus difficile à appréhender mais semble être constituée d’un simple talus avec des terres végétales déposées sur une masse de débris de construction (tuffeau écrasé). À l’est, un décapage sur 2,40 m de profondeur et un sondage profond ont montré que le « Grand Jardin » était délimité au nord par un bras canalisé du Cosson, aménagé dans les alluvions sableuses et protégé de la rivière par une levée de terre issue sans doute des curages du fossé. Cet ouvrage serait datable de la première moitié du xvie s. selon les rares tessons de céramiques trouvés sur le talus de la levée.

3Les travaux de la fin du xviie s. (1680 à 1686) furent également documentés et se sont avérés plus avancés que ne laissent supposer les textes et les plans. Le chemin bordant le « Petit Jardin » fut rectifié et rehaussé par au moins deux phases d’empierrement dont la dernière surface était en pavés réguliers de calcaire. La voirie était désormais séparée de l’ancien jardin par une balustrade en bois composée de poteaux fichés dans des plots maçonnés qui raidissaient une palissade sur sablière maçonnée. Cet ouvrage se poursuivait jusqu’au pont en bois qui précédait un pont en pierre sans doute plus ancien. Les conditions de la fouille n’ont pas autorisé l’investigation de ces deux franchissements. À l’est, l’emprise du « Grand Jardin » fut remblayée et les premiers travaux préparatoires pour un jardin dessiné par Mansart menés jusqu’au stade de l’implantation des allées sablées et des parterres. L’étendue de ces travaux fut également mise en évidence par les prospections géophysiques qui concordent avec l’état du site relevé sur un plan de 1693 sur lequel l’amorce du projet « perdu » de Mansart est visible sous les traits de l’organisation actuelle du jardin, commencée puis abandonnée au cours des années 1680.

4Ce plan est achevé par les travaux repris à partir de 1730. Les parterres forment un terrain en « L » composé de trois carrés basés sur les dimensions de l’emprise du château. Chacun est délimité par des alignements d’arbres, avec deux grandes feuilles de parterres rectangulaires dans les carrés ouest et est, et un bosquet de marronniers dans le carré nord. La fouille a permis de préciser les dimensions et les écartements des éléments composants cet ensemble, les données obtenues ayant pu servir à préciser le projet de restauration. Il a été possible d’observer de nombreuses fosses de plantation d’arbustes dans le parterre est, dont celles des broderies des angles des carrés et celles des platebandes. Finalement, il a été possible d’identifier les activités liées à la mise en culture d’une partie du jardin à la fin du xviiie s. ainsi que les vestiges de la campagne de restauration du tout début du xxe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant et Cécile Travers, « Chambord (Loir-et-Cher). Le Château, les Parterres nord et est », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 146.

Référence électronique

Simon Bryant, Cécile Travers, « Chambord (Loir-et-Cher). Le Château, les Parterres nord et est » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6808

Haut de page

Auteurs

Simon Bryant

Inrap

Articles du même auteur

Cécile Travers

Archéoverde

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Simon Bryant

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Cécile Travers

Archéoverde

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals