Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Erstein (Bas-Rhin). Untergasse/route de Krafft

Responsable d’opération : Franck Abert
p. 148

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Texte intégral

1Du 14 mars au 6 juin 2016, une fouille d’archéologie préventive à Erstein « Untergasse » a mis au jour un important site diachronique rassemblant plus de 1 300 structures archéologiques sur une surface totale de 1,4 ha. Seule la moitié des vestiges a pu être documentée dans le cadre de l’opération. La phase d’exploitation des données étant encore en cours, les résultats décrits ci-dessous ne sont pas définitifs et sont susceptibles de faire l’objet de modifications.

2L’occupation du site débute au second âge du fer avec la découverte de 11 sépultures au mobilier daté de La Tène ancienne. Leur installation en un cercle grossier, dans un espace restreint, indique qu’elles devaient probablement être surmontées d’un tumulus à l’origine. La Tène finale est également représentée par un silo et un long fossé qui traverse l’emprise d’est en ouest sur plus de 200 m.

3La moitié orientale du site a livré des vestiges de la période gallo-romaine. Les structures n’ont pu être que peu documentées, celles-ci n’ayant pas été fouillées pour leur très grande majorité. Elles ont néanmoins fait l’objet d’un ramassage du mobilier de surface après leur décapage, laissant apparaître une prépondérance de la céramique antique tardive.

4L’occupation principale du site est datée du Moyen Âge. Les éléments céramiques, bien que découverts en faible quantité, indiquent qu’elle débute dès le vie s. et perdure jusqu’au xiie-xiiie s. L’occupation, qui se développe sur la totalité de la surface décapée, est exceptionnelle quant à sa taille, sa densité et son organisation. Elle offre, en outre, la particularité d’associer des structures d’habitat à différentes zones funéraires. De nombreuses structures archéologiques s’y recoupent et témoignent d’une activité humaine dense inscrite dans la longue durée. Trois axes de circulation parallèles, orientés NO-SE – le plus occidental étant encore matérialisé par les vestiges d’un chemin empierré –, structurent l’occupation matérialisée par des fonds de cabanes et des structures de stockage, alignés autour de ces axes. Des vestiges de l’Antiquité tardive ayant été découverts dans la moitié est du site, un déplacement du centre de gravité de l’occupation d’est en ouest pourrait avoir eu lieu au cours de la période médiévale. Malgré les nombreux recoupements de structures, des constructions de natures variées ont pu être identifiées. Quelques plans de bâtiments sur poteaux plantés à nef unique ont pu être dégagés. Près d’une centaine de fonds de cabane excavée, parfois de grand module, ont été documentés. La plupart présentent différents aménagements sous la forme de trous de poteau et de fosses. Des structures de stockage ont également été reconnues sous la forme d’une cinquantaine de silos et d’une quinzaine de fosses. Ces dernières, de plan rectangulaire et parfois équipées d’une marche d’accès, sont dotées de parois verticales et d’un fond plat susceptible de comporter des aménagements. Sur la demi-douzaine de puits reconnus en plan, seuls deux ont pu être étudiés. Le reste des vestiges d’habitat se compose de fosses non caractérisées. Plus de 150 sépultures médiévales, toutes grossièrement orientées E-O, tête à l’ouest, sont présentes sur le site. Aucune n’a livré de mobilier funéraire. Dans la partie ouest du site, des sépultures isolées ou rassemblées en grappes de deux à trois tombes ont été découvertes parmi les vestiges d’habitat. Un petit groupe de trois tombes a été découvert à l’extrémité est de la surface décapée, loin du cœur de l’habitat. Outre ces tombes isolées, un important ensemble funéraire de plus de 130 sépultures a été mis au jour dans la partie orientale de la fouille, le long de la limite nord de l’emprise de fouille. Regroupées dans un espace restreint, certaines tombes se recoupent et d’autres ont été perturbées par l’installation de structures d’habitats. Alors qu’à l’ouest les contours de l’occupation sont assez lâches, la forte densité des structures à l’est et surtout au sud, suggère un développement contraint dans ces directions. L’appellation de cimetière pour cet ensemble pourrait être évoquée bien qu’aucun plan de bâtiment correspondant à une chapelle funéraire n’a pu être formellement identifié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Abert, « Erstein (Bas-Rhin). Untergasse/route de Krafft »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 148.

Référence électronique

Franck Abert, « Erstein (Bas-Rhin). Untergasse/route de Krafft » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 08 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6813

Haut de page

Auteur

Franck Abert

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Franck Abert

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals