Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Fontainebleau (Seine-et-Marne). Le Château, les Berges, la Chaussée de l’Étang, le Grand Parterre

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 151

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016, 2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0147329

Texte intégral

1Le château de Fontainebleau fait l’objet d’un grand programme de travaux de mise aux normes des réseaux et de restauration des bâtiments et des jardins. Des problèmes d’humidité et d’inondations régulières du Grand Parterre ont conduit à un projet de travaux destinés à assurer l’étanchéité de la chaussée, qui sépare l’Étang des Carpes du Grand Parterre situé en contrebas, à l’est. Réputée d’origine médiévale, la chaussée a été aménagée en allée bordée d’arbres dès le xvie s. Un diagnostic archéologique réalisé en novembre 2016 et février 2017 a permis d’observer la stratigraphie et les niveaux de sol de ces deux secteurs.

2Un sondage dans les berges de l’étang, à l’ouest, a montré l’existence du mur primitif des berges qui figure déjà sur les dessins de Du Cerceau et qui a été maintenu pendant toute l’histoire des jardins. La maçonnerie est conservée sur une épaisseur de 0,65 m mais le parement du côté de l’Étang des Carpes a été récupéré. Il n’a pas été possible d’observer les fondations à cause du niveau de l’eau mais les remblais au pied du mur ont livré quelques tessons de pots de fleurs datables de la fin du xviie au milieu du xviiie s. L’analyse de la stratigraphie a également permis d’observer les travaux d’aménagement des berges engazonnées créées dans les années 1860.

3Deux sondages sur la chaussée ont permis de confirmer le tracé du mur de soutènement qui séparait la chaussée du Grand Jardin à l’ouest et d’établir la séquence chronologique associée à l’évolution de cet espace depuis le xvie s. L’origine médiévale supposée de la chaussée reste encore à démontrer, faute de pouvoir identifier des éléments d’un éventuel barrage primitif et des dispositifs d’étanchéité associés. Les remblais observés jusqu’à une profondeur de 2,60 m (niveau de l’eau au milieu de l’allée) sont plutôt hétérogènes et sableux : l’ouvrage agit plutôt comme une éponge, ce qui explique peut-être le versement du mur de soutènement primitif (xvie s.) et l’ajout d’une deuxième maçonnerie en pierre sèche quelque 50 cm devant le parement ouest de celui-ci. Le seul élément pouvant servir de barrière à l’eau consistait en un corroi d’argile plaqué contre la face arrière du mur côté étang mais il s’agit là d’un ajout plutôt tardif. Curieusement, la base de cette argile correspond au niveau actuel de l’eau dans l’étang qui continue donc à s’infiltrer sous le corroi.

4Huit sondages dans le Grand Parterre ont donné un aperçu de la stratigraphie de cet espace qui figure sur les gravures du xvie s. mais qui a atteint sa forme définitive à partir des années 1680 sous la direction de Le Nôtre. L’intervention sur le terrain fut accompagnée de prospections géophysiques (résistivité) sur un tiers de la superficie totale. La fouille était handicapée par l’extrême humidité des sédiments composés pour l’essentiel du sablon fin : les coupes s’effondraient dès une profondeur de 0,60 à 0,70 m. Néanmoins, il a été possible d’observer la conservation des fosses de plantation des états anciens du jardin du xviie s. ainsi que les profils stratigraphiques de la préparation du terrain pour les jardins. La présence de sédiments tourbeux a été remarquée à plusieurs endroits correspondant à l’emplacement d’un grand canal E-O dans la partie sud du jardin, figuré sur les dessins attribués aux frères Francini au début du xviie s. Les séquences stratigraphiques et la géophysique suggèrent également que les éléments structurants du jardin d’Henri IV sont encore conservés sous les horizons associés aux jardins de Louis XIV. Cette partie de l’étude est toujours en cours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Fontainebleau (Seine-et-Marne). Le Château, les Berges, la Chaussée de l’Étang, le Grand Parterre », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 151.

Référence électronique

Simon Bryant, « Fontainebleau (Seine-et-Marne). Le Château, les Berges, la Chaussée de l’Étang, le Grand Parterre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6820

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals