Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Matougues (Marne). « Le bas de la Vallée de Lagny »

Responsable d’opération : Geert Verbrugghe
p. 155

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0142326

Texte intégral

1Dans le cadre de ce diagnostic archéologique, environ 10,5 % des 19,8 ha, ont été sondés fin mars 2016, près de la limite communale de Matougues et de Saint-Gibrien (Marne). De nombreux indices et installations attribuables aux périodes néolithique, protohistorique, gallo-romaine et altomédiévale viennent encore densifier un contexte archéologique déjà riche dans cette partie de la rive gauche de la Marne.

2Les premiers indices d’occupation du sol détectés sont des fosses de piégeage de gros gibier pouvant remonter aux périodes mésolithique, néolithique ou protohistorique. Dans l’angle NO du diagnostic a été détectée une nouvelle installation datable de la fin de l’âge du bronze et/ou du premier âge du fer (Hallstatt), à laquelle s’ajoutent des indices contemporains au sein d’un espace densément occupé aux périodes gallo-romaine et altomédiévale. En limite d’emprise orientale, une structure profonde a révélé une inhumation. Pour le second âge du fer, la mise au jour d’un nouvel enclos quadrangulaire s’insère dans un paysage funéraire déjà très étoffé.

3La zone la plus dense en structures concerne la moitié septentrionale du diagnostic. Dans le quart NO, les indices les plus anciens (début de notre ère), sont notamment composés d’une fosse proche et d’un bâtiment constitué d’importants trous de poteau carrés. Ce dernier est implanté en bordure immédiate d’un enclos fossoyé délimitant un espace vraisemblablement agricole. Plus au nord, un deuxième aménagement fossoyé est doublé d’un mur de clôture dans sa partie méridionale et, très vraisemblablement, d’une palissade dans sa partie septentrionale. À l’intérieur de cet espace enclos, au moins trois constructions en dur et de nombreux trous de poteau ont été reconnus de part et d’autre d’un espace central vide. Certains trous de poteau et un mobilier abondant permettent à ce stade d’identifier une occupation résidentielle datable entre la fin du iiie s. et la fin du ive s. Une zone d’effondrement d’un mur (?) avec enduit peint et une colonne en pierre de Savonnières sont autant de témoins de la qualité architecturale de ce secteur au sein de l’installation agricole. Conformément à deux autres établissements gallo-romains fouillés dans un rayon de 2 km de part et d’autre de la vallée de la Marne, à Saint-Gibrien (A. Villes 1989-1991) et à Juvigny (Achard-Corompt 2012), une occupation altomédiévale lui succède. La céramique mise au jour dans les structures sondées révèle une occupation qui se développe jusqu’au ixe s. sur la quasi-totalité du côté septentrional du diagnostic. Parmi les structures sondées, on remarque un imposant trou de poteau avec son calage, des cabanes excavées, principalement à deux poteaux axiaux, ainsi qu’une autre cabane à tranchée longitudinale. Dans la partie orientale de cet habitat altomédiéval, des ossements humains et des fosses, de type sépultures alignées, ont été mis au jour. S’y ajoutent deux espaces funéraires supplémentaires, l’un directement au sud, au contact de l’habitat, l’autre plus à l’écart au SE. Un sondage dans l’une des sépultures a livré un petit pot globulaire, datable entre la deuxième moitié du ve et le début du viie s., alors que l’aménagement de banquettes dans l’une des sépultures de l’espace au centre du diagnostic permet de proposer une attribution chronologique à partir de la période carolingienne.

4Dans le cadre de ce diagnostic, une boucle et une probable plaque fragmentée, découvertes hors contexte précis, constituent les seuls indices archéologiques au-delà du ixe s., témoins d’une fréquentation de cette partie du territoire communal plutôt que d’une véritable installation. En revanche, la mise au jour d’un fragment de céramique gallo-romaine, dans un tronçon de fossé à l’écart de la zone dense de l’habitat, soulève des interrogations quant à l’ancienneté d’un parcellaire en place au début du xixe s. Un bouton et les ornières d’un ancien chemin, déjà en partie abandonné en 1809, complètent les découvertes modernes, auxquelles s’ajoutent un vaste dépotoir, comblé au plus tôt au xxe s., et des indices d’aménagements d’espaces de circulation en craie pilée en bordure des chemins existants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geert Verbrugghe, « Matougues (Marne). « Le bas de la Vallée de Lagny » », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 155.

Référence électronique

Geert Verbrugghe, « Matougues (Marne). « Le bas de la Vallée de Lagny » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6826

Haut de page

Auteur

Geert Verbrugghe

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Geert Verbrugghe

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals