Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainMetz (Moselle). Église Sainte-Ség...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Metz (Moselle). Église Sainte-Ségolène, mur de soutènement, 5 rue Marchant

Responsable d’opération : Patrice Pernot
p. 157

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Texte intégral

1L’opération archéologique, limitée spatialement (175 m2), s’est déroulée sur la colline des Hauts-de-Sainte-Croix, berceau primitif de Metz. Ce secteur, assez bien documenté, de la ville est occupé sans discontinuité depuis au moins la fin du iie s. av. J.-C.

2Six phases antiques sont identifiées. À une première étape de bâti en matériaux légers (époques pré-augustéenne et augustéenne) succèdent plusieurs phases de constructions privées, très lacunaires, composées de murs en pierres et sols en terrazzo, parfois chauffés par hypocauste. Le dernier état comprend plusieurs maçonneries réalisées après 340 ; leur présence à 50 m en aval de la courtine du Bas-Empire nous interroge (bâtiments antérieurs, ou contemporains et donc extra-muros, éléments de fortification, etc.).

3Deux phases médiévales sont recoupées par le mur mitoyen à l’église Sainte-Ségolène, daté du xiiie s.

4La plus ancienne correspond à un sol (d’atelier ?) constitué avec des briques de terre cuite carrées, jointives et posées de chant, qui sont des éléments réutilisés de pilettes d’hypocauste antique.

5Cet aménagement est ensuite démantelé pour faire place à une cave de plan quadrangulaire étudiée sur 9 m de long, 5 m de large et 4 m de haut. La partie mise au jour occupe en sous-sol le tiers de l’emprise d’un grand bâtiment ouvrant au NO sur la rue Marchant, encore partiellement présent sur le plan foncier dit de Belle-Isle (v. 1738). Un escalier de marches monolithes donnait accès au sol en terrazzo de la cave situé à environ 4,50 m du niveau de circulation extérieur de l’époque. De nombreux empochements dans les murs précisent l’existence d’aménagements destinés au stockage (rayonnages) et d’un plancher intermédiaire divisant l’espace en deux niveaux (niche murale haute). D’un pilastre en position médiane dans la longueur de chaque mur partait un arc-doubleau qui retombait sur une colonne au centre de la cave. En accompagnement de corbeaux d’angle, ces arcs participaient au soutènement de la voûte divisée en croisées d’ogives.

6Une seconde cave découverte occupe en fond de parcelle l’emplacement d’un ancien bâtiment orienté NO-SE. L’espace concerné en sous-sol mesurait initialement 7,80 m de long et au moins 5 m de large. Le sol est simplement constitué de terre battue. Les murs de deux petits côtés réutilisent d’anciennes maçonneries antiques encore en élévation sur 2 m de haut. Le départ, arraché, de la voûte en berceau est encore visible. Aucun aménagement spécifique n’a été identifié.

7Dans le courant du xiiie s., la construction d’une nouvelle église dédiée à Sainte-Ségolène impose l’implantation en aval du chevet d’un mur mitoyen destiné à soutenir l’édifice. Les travaux nécessitent la démolition des voûtes des deux caves, qui sont remplacées par une nouvelle couverture non reconnue lors des fouilles (vraisemblablement un plancher sur solives). À l’instar des murs antiques ménagés et utilisés ponctuellement comme appui, leur maçonnerie mitoyenne respective est reprise comme massif de fondations de la nouvelle réalisation.

8Au xviie ou xviiie s., le bâtiment en fond de parcelle est partiellement démoli et réduit à un petit habitat de 4 m par 3 m de côté. La présence en sous-sol de la cave est utilisée pour aménager des latrines, dont les dimensions importantes soulignent qu’elles devaient également servir aux habitations environnantes. Cet édifice disparaît au xxe s., dans le même mouvement que le bâtiment sur rue qui est remplacé par une nouvelle construction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Pernot, « Metz (Moselle). Église Sainte-Ségolène, mur de soutènement, 5 rue Marchant »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 157.

Référence électronique

Patrice Pernot, « Metz (Moselle). Église Sainte-Ségolène, mur de soutènement, 5 rue Marchant » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6830 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6830

Haut de page

Auteur

Patrice Pernot

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Patrice Pernot

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search