Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Montricoux (Tarn-et-Garonne). Place Neuve

Responsable d’opération : Catherine Viers
p. 160

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0141719

Texte intégral

1Le diagnostic de la place Neuve se situe dans le barri du village constitué à partir de la fin du xve s., tandis que le noyau primitif se serait développé autour de la commanderie templière à la fin du xiie s.

2Les vestiges, très arasés, sont présents en creux dans le substrat. Ils témoignent néanmoins de la présence d’un bâti antérieur à la création de la place. Ces bâtiments sont matérialisés par des tranchées de récupération de mur, des bases de pilier, des trous de poteau et probablement l’empreinte d’une sablière basse. Quelques fonds de fosses complètent le corpus. Les rares éléments de maçonnerie en place montrent l’utilisation de moellons bruts de taille assez petits et liés à la terre ou avec un mortier très maigre, essentiellement constitué de sable probablement prélevé directement dans le substrat sous-jacent. Les constructions sont peu fondées, pénétrant de quelques dizaines de centimètres au mieux dans le substrat.

3C’est la coïncidence entre la nature des vestiges découverts, leur situation au regard de l’orientation des rues médiévales et le parallèle que l’on peut faire avec les modes constructifs des modestes maisons médiévales du village qui permettent d’interpréter les traces qui nous sont parvenues comme les fondations de maisons. La plupart des maisons les plus anciennes du barri ont, en effet, des murs de refend maçonnés et des façades écran, soutenues par des piliers de pierre ou des poteaux de bois dès le rez-de-chaussée. L’implantation médiévale semble s’être faite par terrasses successives, en suivant la pente naturelle du terrain vers le sud.

4La création de la place, si on en juge par le mobilier céramique présent dans les remblais issus du nivellement, doit se situer au début du xviiie s. Elle est probablement concomitante avec la destruction des maisons, au vu de l’absence d’interface entre les tranchées de récupération des murs et les remblais de nivellement. Deux vastes fosses, au fond tapissé de chaux et comblées d’un sédiment sableux brun clair mêlé de nodules de mortier, résultent peut-être du travail de nettoyage des pierres récupérées dans les maçonneries pour les débarrasser des restes de mortier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Viers, « Montricoux (Tarn-et-Garonne). Place Neuve », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 160.

Référence électronique

Catherine Viers, « Montricoux (Tarn-et-Garonne). Place Neuve » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6834

Haut de page

Auteur

Catherine Viers

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Viers

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals