Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Orléans (Loiret). Cave de la Préfecture, 181 rue de Bourgogne

Responsable d’opération : Clément Alix
p. 160-161

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : pôle d’archéologie de la ville d’Orléans

Texte intégral

1En amont de travaux de stabilisation structurelle, un diagnostic archéologique a été conduit dans la cave située sous l’emprise d’une cour et de l’un des bâtiments de la Préfecture de région. Il a consisté en une étude de bâti accompagnée de sondages dans le sol. Cette cave est composée de deux niveaux, le premier d’époque moderne, le second médiéval et classé au titre des monuments historiques par arrêté du 13 novembre 2008. Le site se trouve immédiatement au sud du decumanus (rue de Bourgogne) de la ville gallo-romaine à l’emplacement supposé de son forum. Les vestiges de deux parois formant l’angle d’un bâtiment antique, conservés sur une hauteur d’1,32 m, ont été intégrés dans la construction du mur occidental du 1er niveau de la cave, grâce à la mise en place d’un arc de décharge. Ces parois se caractérisent par des assises de petits moellons de calcaire de Beauce, hauts de 10 cm en moyenne et liés par un mortier de chaux ocre-brun.

2La cave médiévale dépendait vraisemblablement d’une habitation qui s’étendait sur une parcelle orientée E-O, entre la rue Saint-Germain à l’ouest et une rue aujourd’hui disparue à l’est (rue Vachot aussi appelée rue des Étuves-aux-Femmes ou rue Malmusse). Cette cave se situe entre 10,50 m (pour son ciel) et 13,50 m (pour son sol) sous le niveau de la rue Saint-Germain. L’aménagement d’une cavité à une telle profondeur résulte d’une volonté conjointe d’extraire de petits moellons à bâtir (carrière souterraine de calcaire de Beauce) tout en créant un niveau de cave. Elle se présente sous la forme d’une galerie orientée E-O, longue de 20,50 m, ouvrant au nord et au sud sur des cellules latérales. Deux structures liées au creusement de la cavité ont été observées : un massif de maçonnerie formant peut-être un pilier ou une paroi de renfort à la carrière (accès à un caveron ?), ainsi qu’un puits circulaire servant probablement d’accès initial et de conduit d’extraction. Dans un second temps, ces structures furent modifiées par l’aménagement des parois maçonnées de la cave plaquées contre le substratum calcaire. Six voûtes d’ogives furent également montées en sous-œuvre sous le ciel de la galerie, séparées par de larges arcs doubleaux et ouvrant sur les cellules latérales. Tous les arcs reposent sur de massifs piliers d’angle chanfreinés. Ces voûtes furent ponctuellement dotées de voûtains maçonnés, aux endroits où le substrat calcaire du ciel sembla le plus fragile (départ de cloche de fontis). Pour la même raison, certaines cellules furent voûtées d’un berceau surbaissé. Les coffrages de ces voûtes furent réalisés à l’aide de cintres encastrés dans l’extrados des arcs, maintenant de petits couchis (entre 11 et 15 cm × 30 cm) laissés en place une fois le mortier séché. Cette cave était aérée par deux soupiraux, placés aux extrémités de la galerie, et desservie par un escalier droit remontant vers le nord. Au nord, un passage aurait pu donner accès à un puits à eau. Une datation par radiocarbone effectuée dans le mortier d’un voûtain suggère une construction à la fin du xiiie s. ou à la fin du xive s.

3L’îlot où se situait cette maison est détruit et intégré dans le prieuré de Bonnes-Nouvelles lors de sa reconstruction par les bénédictins de la congrégation de Saint-Maur entre 1670 et 1683. C’est à cette époque que l’escalier est condamné et remplacé par deux volées perpendiculaires, passant au travers du conduit de l’ancien soupirail oriental. Ce nouvel escalier est relié au 1er niveau de cave, construit à la même occasion. Il s’agit d’une salle quadrangulaire couverte d’une voûte en berceau surbaissé, placée à l’aplomb de l’une des ailes du nouveau prieuré. Au xixe s., l’escalier initial du 1er niveau de cave remontant vers le sud fut détruit et remplacé par l’escalier actuel, à l’est, communiquant avec la cuisine de la Préfecture, qui s’installe sur ce site en 1800.

Orléans, plan du deuxième niveau de la cave de la Préfecture.

Orléans, plan du deuxième niveau de la cave de la Préfecture.

DAO C. Alix

Haut de page

Table des illustrations

Titre Orléans, plan du deuxième niveau de la cave de la Préfecture.
Crédits DAO C. Alix
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6836/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Cave de la Préfecture, 181 rue de Bourgogne », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 160-161.

Référence électronique

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Cave de la Préfecture, 181 rue de Bourgogne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6836

Haut de page

Auteur

Clément Alix

pôle d’archéologie de la ville d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Clément Alix

pôle d’archéologie de la ville d’Orléans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals