Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainOrléans (Loiret). Maison 9 rue de...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Orléans (Loiret). Maison 9 rue des Trois-Maries/272 rue de Bourgogne

Responsable d’opération : Clément Alix
p. 162-163

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : pôle d’archéologie de la ville d’Orléans

Texte intégral

1La maison étudiée se situe sur une parcelle laniérée, reliant la rue des Trois-Maries au nord à la rue de Bourgogne au sud, ancien cardo de la ville antique et axe commercial majeur à l’époque médiévale. L’étude archéologique du bâti a été menée dans le cadre d’une fouille de sauvetage urgent, puis complétée par une étude demandée par la CRMH en vue d’établir une protection du site. Elle constitue une opportunité d’appréhender en profondeur, du sous-sol au comble, les vestiges d’une habitation médiévale antérieure au xve s., type de bâtiment qui demeure assez peu connu à Orléans. Le sondage mené dans le sol de la cave a mis au jour les vestiges d’un mur maçonné (0,35 m d’épaisseur), orienté E-O, installé dans des niveaux pouvant dater du xe s. Ce dernier fut arasé pour permettre la construction de l’habitation au milieu xiiie s. Cette maison comporte un corps de bâtiment principal (15,50 m × 6,30 m hors œuvre) allongé en profondeur, sans refend, détaché de la voirie mais dont les murs pignons sont mitoyens. Il s’élève sur quatre niveaux : une grande cave voûtée d’ogives, un rez-de-chaussée, deux étages et un comble. La cave est ornée de culots figurés. Au rez-de-chaussée se trouve une grande salle à volume unique, chauffée par une cheminée adossée au mur pignon oriental, encadrée de deux placards muraux. Ce niveau a conservé son plafond à poutres et solives, ainsi que ses ais d’entrevous débités par clivage et assemblés à grain d’orge. Ces planches et les solives possèdent un décor peint de carrés noirs et blancs posés sur la pointe, renfermant des motifs dorés telles que des fleurs de lys. Il est complété par des scènes figurées, sculptées en bas-relief sur les consoles en pierre supportant les poutres, renforçant le caractère ostentatoire de la salle. La construction soignée de la cave et de la grande salle du rez-de-chaussée, alliée aux éléments décoratifs peints ou sculptés révèle le caractère particulier de ce bâtiment. Les étages, ayant également conservé leurs plafonds, abritent les pièces de logement (chambres), mais on ne peut exclure également l’existence d’espaces utilitaires (stockage, entrepôt). Le comble situé en retrait des autres niveaux forme une chambre haute suspendue dont les murs gouttereaux sont en pan de bois. Il s’agit à l’heure actuelle des plus anciens vestiges de façade en pan de bois conservés en élévation et datés par dendrochronologie en France (1257). Ce niveau est couvert par une charpente à pannes, constituée d’un couple d’arbalétriers solidaires des pans de bois, non triangulés et assemblés en tête à mi-bois en formant une croix permettant de bloquer la faîtière. La propriété comportait également une cour au nord, probablement occupée par un bâtiment secondaire le long de la rue des Trois-Maries. Un troisième bâtiment s’appuyait contre le corps de logis principal ; situé en contrebas du fait de la déclivité du terrain, il devait servir de local professionnel le long de la rue de Bourgogne (boutique). Cette maison, qui s’apparente au type des « habitations salles », possède néanmoins des espaces dévolus à une activité économique. Elle pourrait avoir été construite par un riche bourgeois commerçant. L’ensemble a subi de nombreux remaniements dont le plus important est la division de la parcelle en deux après destruction de la partie sud du corps de bâtiment principal pour la création d’une cour, l’édification d’un nouveau mur gouttereau et la reconstruction du bâtiment sud en front de rue dans la 2e moitié du xviie s. Au xviiie s., la cave est remblayée sur une hauteur de 0,90 m, peut-être à partir des matériaux issus de la démolition du bâtiment nord qui est alors entièrement reconstruit.

Orléans, coupe du comble avec relevé de la charpente et élévation du mur pignon oriental.

Orléans, coupe du comble avec relevé de la charpente et élévation du mur pignon oriental.

DAO C. Alix

Haut de page

Table des illustrations

Titre Orléans, coupe du comble avec relevé de la charpente et élévation du mur pignon oriental.
Crédits DAO C. Alix
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6838/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Maison 9 rue des Trois-Maries/272 rue de Bourgogne »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 162-163.

Référence électronique

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Maison 9 rue des Trois-Maries/272 rue de Bourgogne » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6838

Haut de page

Auteur

Clément Alix

pôle d’archéologie de la ville d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Clément Alix

pôle d’archéologie de la ville d’Orléans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search