Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainOrthez (Pyrénées-Atlantiques). Pl...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Orthez (Pyrénées-Atlantiques). Place Saint-Pierre

Responsable d’opération : Nadine Béague
p. 163-164

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0141807

Texte intégral

1Le diagnostic porte sur une grande superficie du domaine public de la ville d’Orthez de 15 192 m2 en vue du réaménagement des espaces publics du cœur de la ville. L’objectif du diagnostic était de vérifier la présence et le positionnement de structures dont l’existence est connue par les données historiques, notamment le tracé de l’enceinte qui entourait l’enclos ecclésial et l’emplacement de portes qui assuraient le passage entre le bourg vieux et le bourg neuf. Le but de l’opération était aussi de vérifier la présence ou non de vestiges de construction pouvant correspondre à un noyau d’habitat autour de l’église, enfin de déterminer l’étendue du cimetière associé à l’église et son état de conservation. On ne sait rien d’Orthez avant 1192, elle n’a pas succédé à un vicus (noyau pré-urbain) entre les trois cités de Dax, Lescar et Oléron. On sait que le bourg du Pont devient le Bourg-Vieux (Borc Bielh) en 1270 et qu’il était entouré d’une enceinte, mais que sait-on de l’Orthez primitif (Bourg du Pont) : quelles sont les traces archéologiques, topographiques de cette occupation ? Orthez représente une des plus ambitieuses opérations d’urbanisme de son temps dans cette région, bien plus que les bastides, dans le contexte du grand mouvement de concentration de l’habitat du xiiie s.

2Treize tranchées de 2 m de large sur 10 à 20 m de long ont été réalisées à la pelle mécanique à l’intérieur des 6 zones d’intervention. La place Marcadieu ayant fait l’objet d’un arasement important à différentes époques, seuls les vestiges archéologiques médiévaux les plus profondément enfouis sont conservés, ce qui est le cas pour 5 sépultures au nord de l’église. Les fondations ou maçonneries mises au jour dans les deux premiers sondages localisés au nord de l’église, bien qu’apparaissant quasiment à la même altitude, appartiennent à des époques différentes. La maçonnerie la plus proche de l’église pourrait être le mur d’enclos du cimetière Saint-Pierre, de même qu’un second élément de maçonnerie mis au jour au nord de la place qui suggère aussi une utilisation comme fermeture de l’espace consacré du cimetière, en reprenant le tracé d’un ancien cours d’eau : le Grec. Les autres fondations correspondent à un état d’abandon des halles de 1813, un bâtiment rectangulaire de 15 m de large sur 38 m de long. Boulevard des Pommes, deux tranchées ont été ouvertes, destinées à observer les abords de l’enceinte dont la localisation serait matérialisée par l’alignement des façades. Les observations permettent de restituer l’emplacement du fossé contigu à l’enceinte du Bourg Neuf. Ce fossé est déjà en partie comblé lorsque les sépultures viennent empiéter sur cet espace, qui n’est alors plus utilisé comme structure de défense. L’absence de mobilier archéologique dans le comblement du fossé ne nous permet pas d’avancer une date pour cet abandon. Bien que les aménagements urbains des cinq derniers siècles aient largement détruits les sépultures, de multiples recoupements montrent bien l’utilisation intensive du secteur situé près de l’enceinte du Bourg Neuf comme cimetière. Sur la Place Saint-Pierre, les sondages ont été ouverts au plus près de la fondation de l’édifice religieux dans le but de repérer le mur d’enceinte médiéval qui était intégré dans la tour-clocher de l’église avant les travaux du xixe s. Ce mur d’un peu plus de 2 m de large, ayant fait l’objet d’une démolition en règle avec un démontage en sape des fondations et récupération des pierres de taille, probablement au xixe s., n’était plus conservé que sur une faible hauteur, en fondation. Le fossé situé à l’avant du mur d’enceinte a pu être partiellement observé. De très nombreuses sépultures y ont été mises au jour, montrant une utilisation intensive du lieu, avec parfois des espaces privilégiés, pour les immatures par exemple. Les sépultures étaient par endroits superposées sur plus d’1 m d’épaisseur, ce qui rend compliqué leur dénombrement. La fouille de quelques-unes a livré des informations sur le mode d’inhumation : les défunts étaient enveloppés dans un linceul (épingles ou traces d’épingles), inhumés en pleine terre ou en cercueil (clous et traces de bois). Du côté oriental de la place, se trouvait un grand ossuaire rassemblant les ossements de sépultures abandonnées ou déplacées, ce qui indique le besoin de faire de la place dans le cimetière. Contre le chevet de l’église, les sépultures étaient nettement alignées, il pourrait s’agir de sépultures privilégiées ou relativement anciennes, bien qu’une monnaie de Louis XIV, frappée vers 1694, ait été trouvée au sommet du comblement de l’une d’elles. Ce diagnostic positif, tant du point de vue de la qualité que du nombre de faits, suggère l’intérêt d’investigations supplémentaires. Comprendre la topographie, l’utilisation de l’espace du cimetière et la chronologie des inhumations, exigerait une fouille de plus grande ampleur de cet espace. Avec les résultats du diagnostic, nous entrevoyons les différents secteurs d’inhumations (immatures, privilégiés, ossuaire), mais nous ne connaissons pas leurs limites respectives. Nous sommes incapables pour l’heure de dater les 94 sépultures mises au jour et de présumer de leur ancienneté : xviie s. ou plus ancien ? Des datations 14C ne pouvaient être envisagées dans le cadre du diagnostic, mais seraient bienvenues en cas de fouille, en l’absence de mobilier accompagnant les inhumés. Du côté nord de l’église, il faudrait poursuivre le décapage des fondations de murs mises au jour qui nous semblent se rattacher à la délimitation de l’enclos Saint-Pierre. Cela permettrait de vérifier qu’il s’agit soit d’une maçonnerie se rattachant à l’enceinte primitive médiévale, soit d’un ouvrage maçonné indépendant et uniquement construit pour délimiter le cimetière au nord de l’église. Nous souhaiterions aussi pouvoir répondre aux interrogations sur la datation de l’abandon du fossé qui ceinturait le Bourg Neuf et l’extension du cimetière par-dessus : à quelle période du Moyen Âge ou des Temps Modernes rattacher ces deux événements, se succèdent-ils immédiatement ou bien sont-ils éloignés dans le temps ? Pour savoir de quand date le gros mur d’enceinte mis au jour à l’Ouest de l’église Saint-Pierre, il est impératif d’essayer de suivre son tracé en intégralité jusqu’à son raccord avec l’enceinte du Bourg-Vieux au niveau de la Rue Roarie, pour être sûr qu’ils fonctionnaient ensemble et pour que l’on puisse trouver éventuellement l’emplacement de la porte supposée à cet endroit. Ce mur très massif fonctionne-t-il avec l’enceinte du Bourg-Vieux, du Bourg-Neuf, ou est-il lui complètement indépendant ?

Orthez, place Saint-Pierre, diagnostic.

Orthez, place Saint-Pierre, diagnostic.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Orthez, place Saint-Pierre, diagnostic.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6839/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadine Béague, « Orthez (Pyrénées-Atlantiques). Place Saint-Pierre »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 163-164.

Référence électronique

Nadine Béague, « Orthez (Pyrénées-Atlantiques). Place Saint-Pierre » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6839 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6839

Haut de page

Auteur

Nadine Béague

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nadine Béague

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search