Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Pernes-les-Fontaines (Vaucluse). Place de la Juiverie

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 165

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : conseil départemental de Vaucluse

Texte intégral

1Un diagnostic d’archéologie préventive a été mené par le SADV au mois de septembre 2016 à Pernes-les-Fontaines, place de la Juiverie.

2La présence d’une communauté juive à Pernes est attestée dès le xive s. mais son origine semble remonter à une époque plus ancienne. Même s’il règne dans le Comtat Venaissin une certaine tolérance envers les juifs, des émeutes et des actes de violence envers cette population sont constatés au cours des xive et xve s. Protégée dans un premier temps par le pape Jean XXII en 1320, celui-ci ordonne deux ans plus tard son expulsion temporaire. C’est à la suite de cette décision que commence un cloisonnement obligatoire qui va se concrétiser au xve s.

3Finalement, le 16 avril 1504, une convention est passée entre les chrétiens et la communauté juive de Pernes fixant les limites et les droits d’usage de la carrière juive. Les juifs durent abandonner tous les biens immeubles qu’ils possédaient dans la rue Droite et les transférer dans la rue Catte (actuelle rue Juiverie). Ils s’engageaient à ne pas en dépasser les limites et à n’accueillir aucun juif étranger. Il leur était en outre interdit de percer des fenêtres sur la rue Droite.

4Malgré les mesures d’isolement de 1504, les rapports entre juifs et chrétiens restèrent mauvais tout au long du xvie s.

5Le pape Pie V proclame, par la bulle Hebraeorum gens le 26 février 1569 l’expulsion des juifs de tous les états pontificaux, à l’exception de Rome et d’Ancône.

6L’exécution de cette décision fut appliquée aussitôt : dès le 4 avril, le cardinal d’Armagnac, légat d’Avignon, faisait publier le décret. Le cadastre de 1585 montre qu’il n’y a plus aucun juif propriétaire à Pernes. De sursis en sursis, les juifs du Comtat vont résister et l’expulsion totale ne se réalisera pas. En 1624, il sera donné l’ordre de regroupement dans les carrières d’Avignon, Carpentras, Cavaillon et l’Isle.

7Quatre sondages ont été pratiqués et ont révélé des vestiges datant du Moyen Âge et des époques modernes et contemporaines. En ce qui concerne le Moyen Âge, des silos et fosses ont été trouvés dans les sondages 1, 2 et 3. Leur remplissage a livré du mobilier datant des xie et xiie s. (pégau à bec ponté). Diverses maçonneries ont été mises au jour et semblent appartenir aux habitations visibles sur le plan cadastral napoléonien. Certaines de ces constructions ont été édifiées sur d’anciens silos médiévaux. Des caves voûtées ont été repérées, certaines conservant leur voûte en place, d’autres ayant été partiellement ouvertes. Une cuve vinaire ainsi qu’une cave voûtée adossée ont été découvertes dans le sondage 4 et semblent dater du xixe s.

8Les vestiges les plus intéressants ont été livrés par le sondage 2 qui a révélé la présence d’un escalier en vis ainsi que les vestiges d’une porte aux deux piédroits arrondis datables du xve s. Adossé à cet ensemble une cave, en partie comblée, a été découverte. Elle comprend un couloir et un petit réduit d’une largeur de 1 m pour une longueur de 2 m, dans lequel la nappe phréatique remonte. Étant donné l’histoire du lieu (ancien quartier Juif de Pernes), il se pourrait que ce réduit corresponde à un mikvé, bain rituel juif. Si cette hypothèse était confirmée, il s’agirait donc du premier mikvé découvert lors de fouilles en Vaucluse.

9Une fouille complète de cet espace n’a pas été réalisable pour des raisons de sécurité ; en partie comblé, il n’a pas été possible, pour l’instant de vérifier la présence d’un escalier, dont la présence est déterminante pour caractériser un mikvé). Il semble que les maçonneries présentent trois étapes de construction dont la plus ancienne pourrait être médiévale.

10Au regard de ces résultats prometteurs, des sondages complémentaires pourront être menés au printemps 2017 pour étudier le réduit et la cave comblée afin de vérifier la présence du mikvé.

11À la suite de ces découvertes et en fonction des projets de l’aménageur, une fouille archéologique préventive ainsi qu’un suivi de travaux pourraient s’avérer indispensables pour la sauvegarde de ces vestiges.

Pernes-les-Fontaines, sondage 2 : vue générale de l’escalier à vis (ESC 15) et de la porte aux piédroits arrondis (PR 19).

Pernes-les-Fontaines, sondage 2 : vue générale de l’escalier à vis (ESC 15) et de la porte aux piédroits arrondis (PR 19).

Cl. G. Baro

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pernes-les-Fontaines, sondage 2 : vue générale de l’escalier à vis (ESC 15) et de la porte aux piédroits arrondis (PR 19).
Crédits Cl. G. Baro
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Pernes-les-Fontaines (Vaucluse). Place de la Juiverie »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 165.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Pernes-les-Fontaines (Vaucluse). Place de la Juiverie » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 06 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6842

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

conseil départemental de Vaucluse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

conseil départemental de Vaucluse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals