Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Perthes (Haute-Marne). « La Place Royale » : phases 3 et 4

Responsable d’opération : Geert Verbrugghe
p. 166-167

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016, 2017
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0145302

Texte intégral

1Deux diagnostics archéologiques successifs (2016 et 2017) ont permis de sonder au total 12,7 ha d’une extraction d’alluvions anciennes de cette partie champenoise de la vallée de la Marne, le Perthois. La surface sondée concerne la dernière étape des diagnostics réalisés depuis 1990 sur cette parcelle cadastrale autour du « Vieux Château de Lonchamp », un site fossoyé.

2Ces interventions apportent pour ce terroir exploré de manière extensive de nouveaux indices d’occupation protohistorique, dans la partie septentrionale de la parcelle, attribuables aux phases initiale ou moyenne de la fin de l’âge du bronze, à la transition des deux âges des métaux, au premier et second âge du fer et, enfin, au second âge du fer sous la forme de deux enclos quadrangulaires (La Tène moyenne/finale). S’y ajoute un fossé implanté dans le prolongement du parcellaire gallo-romain fouillé en 2004 à l’ouest (resp. : Y. Thomas), rattachement qui n’est pas contredit par de la céramique gallo-romaine, surtout tardive, en position secondaire (exclusivement ?).

3En ce qui concerne les vestiges médiévaux, ce nouveau diagnostic permet, d’une part d’explorer l’extension septentrionale des structures détectées depuis 2003, d’autre part, de sonder un nouvel aménagement fossoyé crucial (fossé 30/31), celui qui relie les fossés du château de Longchamp au ruisseau de la Censière au nord de ce diagnostic, tout en illustrant certaines de ses relations stratigraphiques, non seulement avec les aménagements précédemment cités, mais également avec le prolongement de ceux étudiés dans le cadre des fouilles extensives réalisées à l’ouest (2002, G. Verbrugghe et 2004, Y. Thomas). Il démontre en outre l’extension occidentale de la concentration de structures d’habitat fouillée alors, de part et d’autre de ces fossés parallèles. À ces zones diversement denses en vestiges, s’ajoutent plusieurs indices plus ou moins dispersés au sud de ces aménagements fossoyés : on y dénombre des structures quadrangulaires et circulaires, parmi lesquelles une structure d’ensilage a été sondée, une autre, fouillée en 1990, avait livré de la céramique médiévale ; des groupements de structures de type trou de poteau, avec, à ce stade, au moins deux constructions sur au moins six poteaux, dont une auprès d’un aménagement du raccordement du fossé 30 aux fossés du château de Longchamp. Dans l’angle SO, les vestiges archéologiques suggèrent la présence d’une ou plusieurs constructions, au moins en partie en dur, potentiellement un bâtiment figurant sur le plan cadastral de 1825. L’étude du mobilier céramique mis au jour en 1990 et 2016 démontre la récurrence des éléments datables du bas Moyen Âge (xiiie-xive au xvie s.).

4La période moderne est surtout représentée par du mobilier céramique, un fragment de panse mis au jour directement sous une couche de gravier rapporté. L’extension septentrionale de la zone concernée par ce niveau corrobore l’hypothèse formulée dès 2003 d’un lien avec une délimitation fossoyée quadrangulaire. Interrompu au niveau du fossé 30, le fossé 36 y est raccordé par un drain constitué de tuiles canal gironnées marquées. Le profil à fond plat large de plusieurs tronçons d’au moins 2 fossés sondés depuis 1990, invite à envisager l’hypothèse d’une fonction de délimitation d’« une garenne [ou deux  selon nos observations] à bois fossoyée alentour » tel que mentionnée dans un aveu et dénombrement de la terre et seigneurie de Longchamp de 1572. La morphologie, du plus vaste des espaces ainsi délimités, s’avère particulièrement proche du parcellaire représenté sur l’atlas de Trudaine, à la différence de celui du plan cadastral de 1825, qui sur le terrain se matérialise exclusivement par des fossés très peu profonds. Des traces de vignes en marge de celles reconnues en 2003 et 2005 au SE du château et des fosses de plantation complètent les indices d’utilisations de certains espaces, conformément à ce qui a pu être observé lors des fouilles déjà citées et réalisées à l’ouest.

5Quelques éléments mobiliers en fer et en verre s’avèrent être les témoins matériels d’une utilisation prolongée, jusqu’au xxe s. du fossé 30/31/32, conformément à ce qui est observé sur les photos aériennes IGN qui permettent, ensuite, de suivre l’évolution du paysage avec le déboisement du « Bois de la Garenne », puis le comblement de ce fossé – achevés en 1971 – et le nivellement du château de Longchamp au début des années 1980.

Perthes, localisation des interventions et des données archéologiques recueillies immédiatement autour du « Vieux Château de Lonchamp » avec restitution des principaux toponymes et indices parcellaires du plan cadastral de 1825.

Perthes, localisation des interventions et des données archéologiques recueillies immédiatement autour du « Vieux Château de Lonchamp » avec restitution des principaux toponymes et indices parcellaires du plan cadastral de 1825.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Perthes, localisation des interventions et des données archéologiques recueillies immédiatement autour du « Vieux Château de Lonchamp » avec restitution des principaux toponymes et indices parcellaires du plan cadastral de 1825.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6844/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geert Verbrugghe, « Perthes (Haute-Marne). « La Place Royale » : phases 3 et 4 », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 166-167.

Référence électronique

Geert Verbrugghe, « Perthes (Haute-Marne). « La Place Royale » : phases 3 et 4 » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6844

Haut de page

Auteur

Geert Verbrugghe

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Geert Verbrugghe

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals