Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Rochelle (La) (Charente-Maritime). Gabut, ville en bois

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 168

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0143575

Texte intégral

1Un projet d’aménagement des quais, dans le cadre des programmes d’action de prévention des inondations (Papi), est envisagé depuis le quartier Saint-Nicolas jusqu’à la tour éponyme. Ces travaux se développent aux abords de l’enceinte qui participe, à partir de 1373-1374, à la mise en défense du port nouvellement installé au fond de l’anse, contre laquelle la ville s’est progressivement développée. Cette protection s’accompagne d’un développement progressif du secteur. De longs bâtiments (corderies et magasins pour l’artillerie) sont notamment représentés sur les plans de la période moderne. Ceux-ci s’y maintiennent jusqu’au démantèlement de l’enceinte à la fin du xixe s. Le lieu fut entièrement réhabilité dans les années 1980.

2Les travaux envisagés consistent en la construction d’un mur fixe ou escamotable, accompagné d’embellissements urbains (plantation d’arbres, enfouissement de containers à ordures). Elle implique une série de terrassements dont les profondeurs sont variables, ceux liés à l’installation du mur atteignant près d’1 m.

3Au regard du fort potentiel archéologique de cette partie de la ville de La Rochelle, un diagnostic archéologique a donc été prescrit par le service régional de l’archéologie.

4L’opération de diagnostic concerne la voirie actuelle, située à près d’une dizaine de mètres de l’ancienne enceinte. En dépit d’importantes contraintes dues à la densité des réseaux installés sous la voirie, les niveaux archéologiques sont préservés à 1 m sous le niveau de sol actuel. Ils consistent en des dépôts successifs régulièrement piétinés soumis, par ailleurs, à de fréquentes submersions marines, vers 3 m NGF. Un niveau de circulation construit a été très sommairement observé au-dessus de cette cote à l’ouest de l’emprise.

5Une autre tranchée a été placée au plus près de l’îlot Saint-Nicolas. Cet espace paraît remblayé par des rejets successifs issus de démolitions et de rejets plus organiques (domestiques). Le fort pendage de ce remblaiement progressif suggère la présence d’un important creusement (fossé, bassin ?) qui n’a pas pu être identifié dans le cadre restreint de la tranchée. Peut-être, doit-il être mis en relation avec le creusement, en 1778, d’un bassin de carénage dans l’étier de la Petite Rive, situé au sud du port.

6En dépit d’importantes contraintes, ces différents sondages confirment l’occupation tardive (xvie-xviie s.) de ce quartier de la ville de La Rochelle. Avant cette période, le lieu ne semble pas bâti et soumis à de fréquentes submersions marines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). Gabut, ville en bois », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 168.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). Gabut, ville en bois » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6848

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals