Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Rochelle (La) (Charente-Maritime). Square Valin

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 168-169

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0141815

Texte intégral

1L’opération de diagnostic a été réalisée sur la rive SO du port de la Rochelle appelée « Petite Rive ». D’abord située en dehors de l’enceinte qui ceinturait le quartier Saint-Nicolas, le port et plus particulièrement la rive sud fut, à partir de 1373, protégée par la construction d’un nouveau mur d’enceinte qui joignait la tour Saint-Nicolas. Cette dernière barrait, avec la tour de la Chaîne, l’entrée du port.

2Toutefois, les différentes formes d’occupation de cet espace situé sur les marges de la ville demeurent peu documentées jusqu’au xviiie s. Un square y a été installé depuis la seconde moitié du xixe s.

3Un vaste projet de réhabilitation du lieu est actuellement envisagé. Il implique de nombreux terrassements plus ou moins profonds qui ont nécessité la réalisation d’un diagnostic archéologique préalable. Six tranchées creusées mécaniquement ont permis de mieux appréhender les différentes phases d’aménagement de ce quartier dont la dynamique d’occupation est semblable. Celle-ci paraît relativement tardive, la rive étant vraisemblablement inoccupée jusqu’au xviie s. L’espace demeure très marécageux jusqu’au xve s. Il est comblé par des dépôts plus ou moins massifs issus du délestage des navires ou de rejets domestiques (poubelles). La densité de ces dépôts, ponctuellement observée au sein de sondages profonds, varie entre 1 m à l’est du site et près de 2 m à l’ouest pour se stabiliser autour de 3 m NGF. La période et la fréquence de ces apports ne paraissent pas similaires sur l’ensemble du site. Les tranchées réalisées au sein du square font état, en effet, d’apports successifs composés, tantôt de dépôts massifs de galets issus du délestage des navires, tantôt de rejets plus localisés relevant d’activités domestiques. Ces véritables dépotoirs sont ainsi composés de restes de consommation (faune, coquillages, poissons) et de nombreux fragments de poteries mêlés à un sédiment très organique. Ceux-ci semblent avoir été déversés sur cette partie du site au début du xviie s., au contraire de la partie occidentale, qui rend compte d’un apport plus tardif (xviiie s.) et plus massif car composé exclusivement de galets de lest.

4Au sortir du siège de La Rochelle en 1628, cette partie de la ville est réhabilitée. Des magasins appartenant, pour certains, à la Compagnie des Indes, ainsi que des maisons, y sont installés. Des vestiges bâtis ont été identifiés à l’ouest et au sud de l’emprise. Ceux-ci se confrontent, le long de la rive du port, à des espaces dédiés à la circulation. Une partition de l’espace est perceptible, des aires galetées se confrontant à des sols en calcaire. Des allées desservaient depuis des cales les différentes aires de stockages à ciel ouvert appartenant à autant de propriétaires, les îlots bâtis se développant plutôt en arrière de la rive. Cette topographie particulière, mêlant zones de stockage provisoire ou de travail situés au plus près de la rive, d’une part, et bâtiments (habitat, artisanat, stockage, etc.) situés en retrait de cette même rive, d’autre part, est renseignée sur quelques plans du xviiie s. Les sondages confirment tant cette organisation que leur très bon état de conservation.

5En dépit de reprises partielles perceptibles dans le bâti, l’occupation ne paraît pas très longue, les lieux étant rapidement réhabilités dès la fin du xviiie s. à la suite du creusement limitrophe d’un bassin à flot. Cette campagne de travaux a été observée au sein des 6 tranchées. Le processus d’abandon est identique au sein des 5 tranchées situées dans l’emprise du square actuel. Elle se manifeste par une récupération exhaustive des matériaux qui participaient à la construction des différents bâtiments. L’espace est ensuite massivement remblayé par deux apports successifs de « terre à jardin » dont la texture limoneuse est très homogène. Cet échéancier dans le remblaiement traduit probablement deux phases distinctes d’aménagement paysager.

6Seuls les événements de la seconde guerre mondiale ont mis à mal la tranquillité du lieu. Des boyaux enterrés et montés à l’aide de plaques en béton armé y ont été installés. Dédiés à la défense passive, ils ont été reconnus au sein de trois tranchées de diagnostic. Leur démolition partielle a été réalisée au sortir du conflit. Après leur remblaiement, l’espace est à nouveau devenu paysager.

7Ce diagnostic archéologique a révélé un ensemble de vestiges méconnus qui constituent de fidèles témoins du passé récent de la cité rochelaise. Soucieuse de s’émanciper de ses murs, la ville s’est progressivement développée en période de paix au-delà des limites imposées par son enceinte. La rive du port apparaît dès lors comme un lieu paisible où un véritable quartier prend place au sortir du siège de 1628. Pourtant, ce dernier ne résiste pas aux impératifs imposés par cette cité portuaire en mal d’espace. Le creusement d’un bassin de carénage est ainsi réalisé au détriment de ce quartier éphémère (près d’une centaine d’années).

8Le jardin installé à l’emplacement des deux îlots les plus septentrionaux a permis de sceller l’espace qui bénéficie donc d’un très bon état de conservation.

9Plus récemment, les tumultes de la seconde guerre mondiale ont à nouveau marqué ce quartier. Les constructions préservées sous le maigre tapis végétal constituent de précieux témoins de cette histoire récente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). Square Valin », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 168-169.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Rochelle (La) (Charente-Maritime). Square Valin » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6849

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals