Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Roura (Guyane). Habitation La Caroline

Responsable d’opération : Nicolas Payraud
p. 169-170

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : ministère de la Culture, université de Wroclaw

Texte intégral

1L’habitation La Caroline est située au nord de la Guyane, 6,5 km au sud du bourg de Roura, sur la rive droite de l’Oyack. Les vestiges de cette habitation, qu’un relevé Lidar réalisé en 2015 permet de repérer sans difficulté, s’étendent sur une vaste zone de près de 2 km2, comprise entre Dégrad Saint-Antoine et la montagne de Roura. Ils comprennent non seulement la partie résidentielle de l’habitation, mais aussi le quartier servile, une roucourie, les anciennes zones cultivées, une section de l’ancien chemin du roi et un canal de plus de 1,5 km de long. Les recherches entamées sur ce site en 2016 prennent la suite, 14 ans plus tard, des prospections menées par Georges Lemaire et Kristen Sarge en 2001-2002.

2Les sources écrites et cartographiques permettent de faire remonter l’histoire de l’habitation à 1703, année au cours de laquelle une concession est attribuée à un certain Bouteiller, même si le terme d’habitation n’apparaît que sur la carte de Dessingy (1770-1771). En 1790, Thomas Favard l’acquiert et la renomme La Caroline. Son fils, Michel Favard, qui exerce diverses fonctions au sein de l’administration coloniale guyanaise entre 1826 et 1863, agrandit le domaine familial et développe l’habitation elle-même, sans qu’on connaisse plus de détails quant à l’ampleur des travaux. L’habitation continue à fonctionner dans les années 1860 – elle est notamment visitée par le naturaliste polonais Konstanty Jelski, entre 1865 et 1867 – et le nom de Favard est encore reporté sur un plan de 1868. L’abandon du site n’est pas daté avec précision ; notons cependant la découverte, dans les remblais d’abandon de la cuisine, d’un bouton d’uniforme d’infanterie des années 1870-1914, indice trop ténu cependant pour confirmer une occupation durable aussi tardive.

3La fouille menée en 2016, en collaboration entre le service de l’archéologie de la direction des affaires culturelles de Guyane et l’institut d’archéologie de l’université de Wroclaw, visait à évaluer le potentiel archéologique du site. Dans cette optique, des sondages ont été ouverts dans quatre bâtiments : la cuisine, la maison de maître, l’économat et une probable sécherie. Les efforts ont porté en particulier sur la mise au jour des vestiges de la cuisine, seul bâtiment conservant des maçonneries en élévation. L’analyse de la stratigraphie – en sous-sol et en élévation – révèle que les deux pièces dégagées étaient à l’origine séparées, avant l’aménagement d’une remise entre les deux. La cuisine à proprement parler, qui comprend un potager et un évier, est caractérisée par une allée centrale dallée en roche schisteuse, qui se distingue des tomettes utilisées dans le reste du bâtiment et dans la maison de maître. Elle était construite en terre et bois, l’emplacement des poteaux étant marqué au sol par des tomettes de module différent et le négatif de l’un d’entre eux subsistant dans le mur est. Les différentes pièces étaient desservies par une galerie située au sud du bâtiment. Dans la maison de maître, bâtiment à étage dont ne subsiste que le rez-de-chaussée, les sondages ont été limités à la façade occidentale, entraînant le dégagement d’un spectaculaire escalier alternant assises de brique et de dolérite et la mise en évidence d’un caniveau le long du mur de façade. Le remblai qui recouvre le sol du rez-de-chaussée est caractérisé par la présence, en vrac, de nombreux éléments issus de la démolition du bâtiment (huisserie, notamment), mais aussi d’empilements de briques effondrés sur place qui font penser à une démarche de récupération des matériaux de construction abandonnée en cours de route. Dans le secteur de l’économat, les sondages ont permis d’étudier le système de fondation des terrasses et de mettre au jour une grande quantité de mobilier métallique lié à la cuisson ou à la conservation des aliments (petits chaudrons, éléments de cerclage), dont le caractère très fragmentaire fait penser à des rejets de fabrication. Enfin, le dernier bâtiment sondé est caractérisé par l’absence de sol aménagé, la surélévation de l’escalier d’entrée et la présence de maçonneries au sol qui, plutôt que des fondations de murs, pourraient avoir servi de support à de longs tiroirs, autant de particularités qui poussent à l’interpréter comme une sécherie. On sait, par exemple, que le girofle était cultivé à La Caroline dans les années 1860.

4Le mobilier mis au jour, très abondant malgré les pillages répétés dont le site a fait l’objet, appartient aux grandes catégories connues sur les habitations guyanaises des xviiie-xixe s., avec une datation plutôt centrée sur la première moitié du xixe s. : faïence, pipes, bouteilles, outils, etc. La céramique provient majoritairement des principaux centres de production français (Vallauris, Bordelais, Beauvaisis), de même que les pipes, dont une grande partie provient de la manufacture L. Fiolet, à Saint-Omer. On peut cependant noter la présence de pipes fabriquées à Glasgow et de bouteilles de gin de tradition plutôt anglo-saxonne. Quant au mobilier métallique, très varié, il couvre tous les domaines de la vie quotidienne (serrures, parure, outillage, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Payraud, « Roura (Guyane). Habitation La Caroline », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 169-170.

Référence électronique

Nicolas Payraud, « Roura (Guyane). Habitation La Caroline » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6850

Haut de page

Auteur

Nicolas Payraud

ministère de la Culture

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Payraud

ministère de la Culture

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals