Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). 4 rue du Cygne

Responsable d’opération : Michaël Wyss
p. 170-171

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : ville de Saint-Denis

Texte intégral

1Depuis 2009, l’unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis mène une fouille programmée sur un terrain de la rue du Cygne situé à 150 m à l’ouest de la basilique. Les investigations ont porté à la fois sur d’importantes surfaces du sous-sol et sur le bâti de deux habitations à étage conservées en élévation et protégées par un échafaudage visitable par le public. La dernière campagne s’est déroulée en 2016. Ce site s’avère particulièrement approprié pour appréhender le processus de développement d’un îlot urbain, sur le temps long. La question de sa conservation et de sa mise en valeur va désormais être à l’étude.

2Le terrain naturel consiste en une dépression marécageuse entourant le plateau sur lequel est implantée la basilique. L’occupation du sol est déterminée par le Croult, une rivière artificielle que l’abbaye a aménagé au début du ixe s. Sur les sédiments de marais, une première séquence alluviale témoigne d’un cours d’eau à débit rapide. On y a recueilli quantité de bois travaillés et des fragments de verres à boire au décor réticulé caractéristiques de l’époque carolingienne.

3En 869, le Croult est utilisé à des fins défensives pour irriguer les fossés de l’enceinte par laquelle Charles le Chauve a mis l’abbaye à l’abri des attaques vikings. Un fossé de cette fortification traverse l’îlot. Il est doublé intérieurement d’un alignement de gros poteaux plantés qui a dû correspondre à une palissade complétée, ou non, par une levée de terre. Entre ces deux composants du rempart, la fouille a mis en évidence l’existence d’un canal correspondant au bras du Croult qui continuait à desservir le complexe monastique. Au-devant du fossé est apparue une petite construction carrée à l’architecture de pierre qui a pu faire fonction de poste de guet.

4La fouille d’un tronçon du fossé témoigne de son envasement, dès le xe s., impliquant la création d’un canal de dérivation qui a permis de dévier l’eau à la périphérie du rempart. Il est probable que ce remaniement du réseau hydraulique soit en rapport avec la construction, sur le site, d’un moulin à eau. Une demi-douzaine de meules en pierre meulière indique que ce moulin produisait de la farine.

5Une zone d’habitat s’est substituée au fossé d’eau asséché. Le terrain nouvellement gagné est délimité par une palissade, rapidement remplacée par un mur, sans doute plus élevé. Celui-ci doit correspondre au murus des sources écrites qui continue d’assurer la défense du bourg monastique durant la première partie du second Moyen Âge. Une première rangée de maisons donne sur une rue ouverte à l’abri de cette clôture. Implantées sur un sol mou et humide, ces constructions en bois sont fondées sur des plots de pierre reliés par des assises en pierre sèche.

6À la fin du xiiie s., ces habitations sont abandonnées. Le terrain est rehaussé par un important apport de remblai formé de rejets provenant d’une ou de plusieurs officines de potiers. La chaussée rétablie sur un tracé modifié est bordée de maisons reconstruites dont les fondations maçonnées prennent souvent appui sur des pilotis. La rue est dotée d’un puits collectif construit en pierres de taille.

7Aux xve-xvie s., les habitations se regroupent à la périphérie de l’îlot le long d’axes plus commerçants. Rue du Cygne, la plus ancienne des deux maisons à étage, construite en maçonnerie de pierre et de plâtre, préserve une charpente de toit et des pans de bois datés par dendrochronologie de 1481-1482. La désertion du cœur d’îlot profite à une tannerie dont la batterie de cuves enterrées s’étend perpendiculairement au Croult. La berge, reprise en pierres de taille, ménage deux renfoncements polygonaux que les artisans devaient utiliser pour laver les peaux dans l’eau courante.

8Il faut attendre le xviiie s. pour voir une nouvelle reprise de l’activité de construction. Avec ses grands terrains, l’îlot est particulièrement convoité par les premiers entrepreneurs à la recherche de grands espaces libres permettant de déployer leurs installations. Au sud du Croult, un relai de poste s’implante dans une rue nouvellement ouverte. Son écurie est équipée d’un abreuvoir associé à un pont de pierre qui est toujours conservé. En 1888, la canalisation du Croult est reprise et ses abords voient se multiplier les lavoirs et blanchisseries caractéristiques de la ville industrielle. Les établissements fonctionnent jusqu’à la mise à sec du cours d’eau, en 1957.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Wyss, « Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). 4 rue du Cygne », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 170-171.

Référence électronique

Michaël Wyss, « Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). 4 rue du Cygne » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6852

Haut de page

Auteur

Michaël Wyss

ville de Saint-Denis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michaël Wyss

ville de Saint-Denis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals