Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Seclin (Nord). 25 rue de Burgault – Friche Lincrusta

Responsable d’opération : Guillaume Lassaunière
p. 174-175

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Irhis

Texte intégral

1Le secteur d’étude jouxte le quartier de la gare, à moins d’une centaine de mètres de la place Saint-Piat, extrémité orientale du quartier canonial occupé depuis la seconde moitié du xe s. Les terrains, d’une superficie de 2,1 ha, se situent au cœur de l’ancien fief de Burgault dont la genèse remonterait au xive s. d’après les sources. Depuis le xixe s. divers complexes industriels, dont les vestiges ont profondément entamé le sous-sol, s’y succèdent.

2Une première séquence rattachable à la toute fin du Moyen Âge a été mise en évidence sur les rares secteurs préservés. Des fossés de drainage délimitent des parcelles agricoles au sein desquelles s’implantent plusieurs structures indéterminées. L’orientation de ce parcellaire perdure et correspond au maillage cadastral du quartier actuel de Burgault. Les comblements attestent d’activités métallurgiques sous forme de restes de parois de four indurés et de déchets rejetés dont un culot de forge (3 NR/583 g). Les structures de chauffe liées à cet artisanat, ainsi que l’habitat associé connu par les sources modernes, n’ont pu être appréhendés au cours de cette intervention. Le mobilier céramique est compris entre la seconde moitié du xive s. et le xve s. Seule la présence intrusive d’un fragment de poterie très décorée des ateliers flamands de la seconde moitié du xiiie s. – début du xive s. pourrait témoigner d’une occupation antérieure du secteur.

3Au début du xvie s., le parcellaire est remembré mais les terrains conservent leur caractère agricole, dont témoignent de nombreuses fosses de plantation. Des travaux d’extraction d’argile sont effectifs à partir de la seconde moitié du xviie s., illustrés par des caissons rectangulaires. L’exploitation de ce matériau essentiellement pratiquée pour la fabrication de briques est largement renseignée à Seclin pour la période moderne. Le faible volume d’argile extrait (entre 1 et 2 m3 par caisson) ainsi que le nombre réduit de caissons supposent une production limitée de briques, vraisemblablement pour un usage domestique. Le mobilier céramique est principalement constitué de pots culinaires et de plats décorés a sgraffitto de production locale. Le comblement d’un fossé parcellaire a livré un liard de France à l’effigie de Louis XIV, frappé entre 1655 et 1657.

4L’exploitation du sol perdure durant toute la période postrévolutionnaire à l’instar de puits d’extraction de craie et d’une carrière de marne. Vers 1848, une importante manufacture textile s’implante sur une grande partie des terrains et cause des bouleversements irrémédiables. L’activité industrielle se poursuivit jusqu’en 1994 avant que le complexe ne soit totalement démoli en 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Lassaunière, « Seclin (Nord). 25 rue de Burgault – Friche Lincrusta »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 174-175.

Référence électronique

Guillaume Lassaunière, « Seclin (Nord). 25 rue de Burgault – Friche Lincrusta » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6860

Haut de page

Auteur

Guillaume Lassaunière

Irhis

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Lassaunière

Irhis

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals