Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...I. – Constructions et habitats ci...I. 1. – Opérations de terrainTremblay-en-France (Île-de-France...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Tremblay-en-France (Île-de-France). Le Chemin des Ruisseaux

Responsable d’opération : Agata Poirot
p. 175-176

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Archeodunum

Texte intégral

1Les fouilles archéologiques, situées à Tremblay-en-France, au lieu-dit Chemin des Ruisseaux, circonscrit au sud par la route de Villepinte et au nord par le ru du Sausset, se sont déroulées entre novembre 2014 et décembre 2015, sur une surface de 2,8 ha environ. Par le biais de plus de 2 000 structures, les investigations ont fourni un inventaire de vestiges variés et pour la plupart dans un état de conservation très appréciable. La diversité des structures fouillées témoigne de la multiplicité des activités exercées et de la dynamique des occupations. Par ailleurs, l’organisation interne très complexe est la conséquence d’une longue occupation in situ, qui s’étend entre la Préhistoire et le bas Moyen Âge, voire l’époque moderne, avec une densité particulièrement importante pour la période allant du vie au xiie s.

2Hormis quelques sépultures en contexte isolé, les vestiges médiévaux se réfèrent à l’habitat et aux activités à vocation productive, liées à cette période. En effet, les fouilles ont livré une centaine de bâtiments dont la moitié à sol excavé, de type « cabane ». L’étude micromorphologique, réalisée dans ces derniers, a permis d’appréhender la nature de leurs sols en révélant des traces de piétinement et de plancher. La présence d’une quarantaine de fours, dont la température de chauffe se situe entre 700 et 1 000 °C, indique la volonté de mise en commun de certaines productions. L’activité de stockage est mise en exergue par la présence de très nombreux silos, plus de 200 au total.

3La distribution des structures à l’époque mérovingienne démontre une occupation de l’ensemble de l’espace, légèrement éloignée du ru. Près de la moitié des « cabanes » date de cette époque. Elles offrent des architectures variées qui vont de la petite construction à deux trous de poteau, au bâtiment plus important à 4 ou à 6 trous de poteau, dont au moins une cave. Quelques fours ont livré du mobilier exclusivement mérovingien, notamment l’aménagement le plus important composé d’une fosse bordée de cinq soles. En revanche, quasiment aucun silo de cette époque n’a été identifié par le biais d’éléments datables récoltés sur le site.

4Dès l’époque carolingienne l’occupation se resserre dans la direction du Sausset, avec une occupation particulièrement dense du côté méridional de l’emprise de la fouille. Les « cabanes » sont plus rares, mais parmi elles, une cave attire l’attention par sa taille et sa profondeur. Elle se trouve à proximité des silos, qui s’organisent en lignes autour d’elle. À l’écart de cette dernière, deux fours au moins sont installés.

5À l’époque de la transition entre la période carolingienne et le début du second Moyen Âge (xe-première moitié du xie s.) sont attestés un fossé qui longe le fond de la vallée du Sausset et un chemin perpendiculaire au ru, bordé par deux fossés. Cet accès semble par ailleurs ancien et avoir été utilisé pendant une longue période, à défaut d’affirmer qu’il s’agisse de tout le Moyen Âge. Parallèles à ce chemin, deux alignements de « cabanes » se développent de part et d’autre. Celui, situé du côté oriental, est constitué par trois bâtiments espacés à des intervalles réguliers et présentant de profonds ancrages qui correspondent, selon toute vraisemblance, à des métiers à tisser. Situé au centre du site, un dispositif inhabituel a été mis au jour se composant d’un vase et d’un dépôt d’outils agricoles alignés dans une fosse.

6Aux xie-xiie s., du côté méridional, l’occupation se rétracte davantage encore vers le ru, alors qu’elle semble plus étendue du côté septentrional. Un autre accès, perpendiculaire au chemin identifié précédemment, sert d’axe autour duquel se développe une bonne partie de cette occupation. À cette époque les silos semblent être organisés en petits îlots et, dans la partie orientale du site une configuration singulière a été découverte, formée de trois silos reliés entre eux par des passages souterrains.

7Le bas Moyen Âge n’est attesté que par la présence de quelques silos, situés du côté septentrional du site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agata Poirot, « Tremblay-en-France (Île-de-France). Le Chemin des Ruisseaux »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 175-176.

Référence électronique

Agata Poirot, « Tremblay-en-France (Île-de-France). Le Chemin des Ruisseaux » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 19 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6862 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6862

Haut de page

Auteur

Agata Poirot

Archeodunum

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Agata Poirot

Archeodunum

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search