Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 1. – Opérations de terrain

Villefranche-de-Rouergue (Aveyron). Place Bernard Lhez/Immeuble Marty nasses

Responsable d’opération : Guylène Malige
Notice rédigée avec Franck Chaléat
p. 176-177

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : conseil départemental de l’Aveyron

Texte intégral

1Intégré au centre ancien médiéval de Villefranche-de-Rouergue, l’îlot de l’immeuble Marty nasses se situe dans l’angle SO de cet espace, mais en dehors de l’emprise originelle de la bastide de Vilafranca fondée en 1252. Communément appelée « le Palais », cette ancienne fabrique de nasses à rats s’élève sur quatre niveaux, dont un en sous-sol.

2Un diagnostic a été prescrit en amont de sa réhabilitation en pôle culturel communal. Il a été réalisé par le service départemental d’archéologie de l’Aveyron, en collaboration avec Franck Chaléat de la cellule archéologique du conseil départemental du Lot, pour les aspects concernant l’archéologie du bâti. L’évaluation visait à cerner l’organisation primitive et les différentes phases de remaniement de cet imposant bâtiment de 636 m2, tout en pointant les zones à fort potentiel patrimonial et architectural. Dans cet objectif, l’intervention archéologique a conjugué des sondages muraux et sédimentaires, un repérage des indices d’aménagements disparus en façade ainsi qu’une analyse des mortiers et enduits. La confrontation des données a permis de reconsidérer les hypothèses faisant de l’aile orientale le noyau primitif de l’ensemble, qui aurait ensuite connu une extension progressive vers l’ouest.

3Ainsi, dans la seconde moitié du xiiie s., voire à la transition des xiiie et xive s., deux maisons semblent fonctionner de manière indépendante à l’emplacement des corps de bâtiment NO et oriental. Le corps central, dont l’imposante porte primitive suggère un passage prestigieux ou destiné à un flux important, fait la liaison entre les deux avec des niveaux de circulation cohérents. Plus tard, divers aménagements témoignent du fonctionnement unitaire de l’ensemble, en particulier l’emploi d’un mortier identique dans les différents corps de bâtiment. L’essentiel des remaniements du xive s. se concentrent dans l’aile orientale : la maison, visiblement dotée d’un second étage, s’agrandit vers le sud, y compris au sous-sol où la cave est désormais éclairée par des soupiraux donnant sur la cour. Entre les xve et xvie s., l’édifice est modernisé, notamment par de grandes croisées ajoutées en façade au premier étage. Le nouveau voûtement qui vient couvrir l’extension de la cave se rattacherait, peut-être, à cette période. Au xviie s., le système de circulation verticale est totalement revu. Une large cage d’escalier à deux volées droites, éclairée depuis la cour par un système de loggia à l’italienne, vient s’adosser au corps de bâtiment NO. Dans l’aile orientale, un second escalier en bois, plus modeste, est créé au centre du bâtiment pour accéder au second étage, tandis qu’une tourelle d’escalier peut être restituée au sud. Une restructuration d’ensemble affecte la façade nord donnant sur la place : le vestibule est équipé d’une autre porte d’entrée et par la même occasion d’un nouveau voûtement. Dans la cour intérieure, un mur, orienté E-O, et bordé par un drain bâti, matérialiserait un petit bâtiment annexe, accolé à l’aile orientale. Ces aménagements sont scellés par le sol de galets que reçoit la cour à cette époque. La calade sera perturbée par l’adjonction, à la cage de l’escalier principa1, d’une maçonnerie munie à sa base d’un arc sommaire, peut-être destiné à éloigner l’humidité de l’escalier. Au cours du xviiie s., de nombreuses baies sont modifiées en façade aux premier et second étages, alors que vient se greffer dans l’angle NO du corps de bâtiment central une partie du mur de façade nord. Deux cheminées sont installées au premier étage dans les bâtiments ouest et est. La première est ornée de stucs, comme l’ensemble de la pièce dans laquelle elle est installée. Le dernier aménagement de cette époque concerne trois larges baies en bois qui sont ouvertes dans l’ancienne loggia de l’escalier. Les principales modifications du xixe s. s’articulent autour du rehaussement majeur des sols de la cour avec un pavage de galets. Celui-ci engendre ainsi la création de deux nouvelles portes au rez-de-chaussée. Des cheminées murales au second étage et six baies se rattachent également à cette campagne de travaux. Parmi les modernisations du xxe s., figurent deux nouveaux niveaux de sol dans la cour. Le premier, qui allie goudron et mâchefer, est traversé par une canalisation vernissée ; il sera recouvert par une dalle bétonnée. Enfin une large porte donnant sur la cour est transformée en fenêtre.

4Cette approche partielle du bâti de l’immeuble Marty nasses a démontré combien l’identification des vestiges anciens est tributaire de l’état des revêtements et des modifications tardives. Si plusieurs aménagements à valeur patrimoniale ou architecturale ont été reconnus/identifiés/mis en évidence, des interrogations demeurent quant à l’extension exacte du bâti médiéval dans les parties hautes et le système des circulations verticales antérieur au xviie s.

Villefranche-de-Rouergue, les différents aménagements repérés sur la façade nord des corps de bâtiments central et est de l’immeuble Marty nasses.

Villefranche-de-Rouergue, les différents aménagements repérés sur la façade nord des corps de bâtiments central et est de l’immeuble Marty nasses.

Cl. et DAO F. Chaléat

Haut de page

Table des illustrations

Titre Villefranche-de-Rouergue, les différents aménagements repérés sur la façade nord des corps de bâtiments central et est de l’immeuble Marty nasses.
Crédits Cl. et DAO F. Chaléat
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Chaléat, « Villefranche-de-Rouergue (Aveyron). Place Bernard Lhez/Immeuble Marty nasses », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 176-177.

Référence électronique

Guylène Malige, Franck Chaléat, « Villefranche-de-Rouergue (Aveyron). Place Bernard Lhez/Immeuble Marty nasses » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6864

Haut de page

Auteur

Franck Chaléat

conseil départemental du Lot

Haut de page

Responsable d’opération

Guylène Malige

conseil départemental de l’Aveyron

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals