Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
I. – Constructions et habitats civils – environnement rural et urbain
I. 3. – Projets collectifs de recherche

Thérouanne (Pas-de-Calais). Thérouanne, ville antique et médiévale

Responsable d’opération : François Blary
Notice rédigée avec Anne-Marie Flambard Héricher
p. 181-182

Entrées d’index

Année de l'opération :

2014, 2015, 2016
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 2014, à l’incitation du ministère de la Culture, un projet collectif de recherche a été lancé par François Blary, professeur en histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge à l’université libre de Bruxelles, entouré d’une équipe pluridisciplinaire de 35 chercheurs dont l’objectif est d’aboutir à une meilleure connaissance de la cité des Morins, en rassemblant toute la documentation disponible sur la ville disparue. Il s’agit, non seulement, de réunir cette documentation, mais aussi de l’inventorier de manière critique et dynamique, et de fournir ainsi les éléments d’étude de cette entité urbaine depuis ses origines, à travers ses développements et jusqu’à sa disparition au milieu du xvie s., les études ayant été resserrées pour ce PCR à la période médiévale et moderne (du ve au xvie s.).

2Le travail réalisé dans le cadre de la seconde année du programme triannuel de ce PCR marque un certain nombre d’avancées. L’inventaire des sources archéologiques et historiques constitue le point clé pour progresser sur la problématique urbaine de Thérouanne dans sa globalité et non plus centrée sur quelques fenêtres ouvertes de son sous-sol ou sur des points forts traités isolément, comme ce fut le cas jusqu’à présent pour la cathédrale. Le développement de cette dernière et de son quartier canonial doit être analysé comme un fait urbain, probablement moteur, participant à l’essor de la ville, mais son évolution semble différer des schémas « classiques » des groupes épiscopaux que la discipline archéologique a contribué, ces dernières décennies, à mieux circonscrire. Ici la cathédrale semble implantée dans les premiers temps de son existence sur une nécropole antique, ce qui indique un développement à partir d’un secteur suburbain et non intra-muros, comme cela avait été envisagé.

3L’apport des sciences de la nature à l’archéologie urbaine est indéniable. Si les matériaux de construction sont à la base des recherches sur le bâti médiéval, force est de constater que les études sur ce point précis restent rares à l’échelle d’une ville. L’examen des pièces comptables des chantiers médiévaux, quand elles sont conservées, est indispensable et doit être privilégié. Mais quand elles sont rares ou font défaut, l’étude doit prendre d’autres biais insuffisamment explorés actuellement. Une recherche archéo-géologique des matériaux lapidaires (calcaires et grès) et des composants des liants (sables et chaux) peut également renouveler nos connaissances et permettre de réviser nos jugements d’hier. Cette connaissance concrète des matériaux est indispensable. La comparaison entre ceux utilisés dans le bâti et ceux potentiellement utilisables, issus des lieux d’extraction connus, ouvre une voie de recherche prometteuse et riche d’enseignements tant pour l’histoire des techniques que pour l’histoire urbaine. Elle apparaît également nécessaire pour une bonne compréhension du développement de la cité, à proximité (ou sur le cours) de la rivière. L’analyse géologique de la dynamique des sols et des circulations anciennes des eaux est ici précieuse. Tout semble indiquer que la ville médiévale s’est développée au nord de l’espace concerné par l’essor urbain antique.

4En cumulant les informations, notamment celles issues des fouilles archéologiques récentes et des travaux anciens menés depuis Camille Enlart à la fin du xixe s. et Louis Théry à la charnière du xixe et du xxe s., il s’agit, à travers l’analyse du tissu urbain, de comprendre et de restituer ce que l’on peut percevoir de l’organisation et de l’évolution de la ville sur le long terme, tout en augmentant nos connaissances par des méthodes d’enquête non invasives sachant préserver le potentiel extrêmement riche, mais menacé, du patrimoine archéologique encore préservé in situ. En effet, la « Vieille Ville » médiévale, jusqu’ici occupée par des terrains agricoles, est progressivement touchée par l’extension des constructions le long de la rue Saint-Jean au centre, ou par celle du cimetière municipal à l’est. Il y a réellement urgence d’une prise de conscience collective de tous les acteurs de l’aménagement du territoire, en passant par les institutions chargées de la conservation et de la gestion des ressources archéologiques pour parvenir à la protection des vestiges enfouis.

5Les fouilles préventives réalisées par Vincent Merkenbreack (département du Pas-de-Calais) ont révélé des vestiges antiques qu’il a été possible de confronter avec les données des prospections qui ont ainsi été validées. En outre, un travail spécifique d’identification des matériaux lithiques, et plus particulièrement des marbres, a été réalisé.

6Une opération de Lidar aéroporté a été lancée. Ses données, essentielles pour connaître l’insertion de la cité dans son contexte, ont été acquises durant l’automne 2016 (laboratoire de morphodynamique continentale et côtière UMR 6143, M2C). Elles n’ont pas encore été totalement exploitées dans le cadre du PCR. Elles se cumulent avec les résultats des prospections géophysiques (Geocarta) et complètent le relevé microtopographique, notamment dans les secteurs à fort relief ou à forte végétation. À l’issue du PCR elles seront communiquées dans leur intégralité au SRA pour alimenter la carte archéologique.

7Pour ce qui concerne l’étude des sources écrites, il s’agit de constituer une base de données plutôt que de rédiger une nouvelle étude historique, déconnectée des apports d’une étude archéologique des structures immobilières qui entrent dans la fabrique et le développement de la ville. Il était nécessaire en outre d’y intégrer l’étude des mobiliers archéologiques pour permettre d’identifier les éléments de la vie quotidienne et la nature des échanges urbains. Le but est de questionner les sources écrites et iconographiques à propos des différents éléments entrant dans la structuration urbaine. L’étude des mobiliers issus des fouilles anciennes a été poursuivie au Centre de conservation et d’études du Pas-de-Calais (Arras) et une recherche dans les fonds des musées (St-Omer, Boulogne) a permis de retrouver une partie du mobilier lapidaire issu de fouilles anciennes. Enfin les derniers éléments de la documentation archéologique écrite ont été retrouvés et dupliqués. Il apparaît prématuré de vouloir réaliser dès maintenant une synthèse, à partir de ces sources et de ces lots de mobilier tout juste recensés.

Thérouanne, image Lidar, vue ombragée multiple d’emprise de la ville antique. Le quadrilatère visible en haut, au centre, correspond à la cité détruite par Charles Quint en 1553.

Thérouanne, image Lidar, vue ombragée multiple d’emprise de la ville antique. Le quadrilatère visible en haut, au centre, correspond à la cité détruite par Charles Quint en 1553.

Cl. laboratoire de morphodynamique continentale et côtière M2C

Haut de page

Table des illustrations

Titre Thérouanne, image Lidar, vue ombragée multiple d’emprise de la ville antique. Le quadrilatère visible en haut, au centre, correspond à la cité détruite par Charles Quint en 1553.
Crédits Cl. laboratoire de morphodynamique continentale et côtière M2C
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6873/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 954k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Flambard Héricher, « Thérouanne (Pas-de-Calais). Thérouanne, ville antique et médiévale », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 181-182.

Référence électronique

François Blary, Anne-Marie Flambard Héricher, « Thérouanne (Pas-de-Calais). Thérouanne, ville antique et médiévale » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6873

Haut de page

Responsable d’opération

François Blary

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals