Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur

Responsable d’opération : Sandrine Claude
Notice rédigée avec Caroline Zielinski et Arthur Loutrage
p. 184-185

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : mairie d’Aix-en-Provence

Texte intégral

1Portée par la Conservation régionale des monuments historiques, la restauration du clos-couvert du flanc nord et du chevet de la cathédrale Saint-Sauveur d’Aix fait l’objet, depuis 2008, d’un suivi archéologique. En 2016, ces travaux ont permis l’étude des murs gouttereaux nord du transept et des chapelles latérales d’Armand de Narcès (av. 1339) et de l’Université (v. 1470), ainsi que celle des élévations extérieures des chapelles du chevet dédiées à Saint-Mitre (1442-1443), Saint-Jean-Baptiste (v. 1576) et Notre-Dame d’Espérance (1694-1697), et de la sacristie. La création d’une canalisation pluviale a également motivé la fouille de la venelle qui ceint la cathédrale au nord et à l’est. C’est ainsi au contact des grands chantiers qui, à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne, ont achevé la cathédrale, qu’ont pris place ces interventions.

2Adossée au bras nord du transept, la chapelle d’Armand de Narcès présente une grande homogénéité de construction avec celui-ci, trahissant une réalisation proche dans le temps. On y retrouve en proportions similaires, et avec une mise en œuvre identique, les mêmes matériaux : le calcaire lité gris à inclusions de silex (miocène/oligocène), qui représente 90 % des pierres de taille des parements ; le calcaire coquillier de Bibémus, qui façonne les chaînes d’angle des contreforts, les corniches, l’encadrement des baies en arc brisé et leurs remplages renvoyant aux formes du gothique rayonnant, ainsi que les chapiteaux de la baie du transept ; un calcaire blanc coquillier est réservé aux larmiers des contreforts, aux consoles des gargouilles et aux chapiteaux. La discontinuité entre les assises du parement du transept et les piédroits de sa baie témoigne, ici, d’une spécialisation du travail (taille des éléments moulurés).

3Les différentes variétés de pierres se retrouvent près d’un siècle et demi plus tard dans la chapelle d’Olivier de Pennart (étudiée en 2009) et dans celle, contemporaine de l’Université, qui s’insèrent entre les constructions précédentes et le clocher. Le mélange, plus équilibré, accorde la part belle au calcaire de Bibémus, dans des parements montés, ici, rapidement, et réserve le même matériau aux éléments sculptés ou moulurés (corniche, larmier, gargouilles, remplages au dessin empruntant au vocabulaire du gothique flamboyant).

4Antérieure de quelques décennies, la chapelle axiale Saint-Mitre est la première construction à recourir exclusivement au calcaire de Bibémus pour ses élévations posées sur de puissantes fondations en pierre froide de remploi. La continuité des assises d’un bout à l’autre du bâtiment, rompue uniquement au niveau de baies, et les dimensions rigoureusement identiques de ces dernières invitent à en faire des éléments préfabriqués, produits en série.

5L’emploi de la pierre de Bibémus devient systématique dans les constructions de l’Époque moderne : la chapelle Saint-Jean-Baptiste, le rehaussement du transept pour aligner ses toitures sur celles de la nef, la chapelle Notre-Dame d’Espérance dont les fondations, posées sur les maçonneries à bossage d’une chapelle plus ancienne identifiée au Saint-Sépulcre (1415), sont associées à un vide sanitaire et, enfin, la sacristie qui s’est substituée au xviiie s. à un bâtiment plus ancien lié au chevet gothique.

6Les travaux menés au nord et à l’est de la cathédrale y ont confirmé la présence du cimetière dès avant le xve s. Très mal conservés, dans un contexte topographique au fort pendage N-S, perturbé par les agrandissements successifs de l’édifice, les vestiges consistent en quatre caveaux recoupés par les fondations des chapelles du Saint-Sépulcre, Saint-Jean-Baptiste et Notre-Dame, 32 sépultures primaires à inhumation (hommes, femmes et immatures de tous âges), parfois associées à des réductions, dont les fosses ou les cercueils s’insèrent pour la plupart entre ces caveaux, et deux ossuaires ou fosses de rejet. Respectant l’orientation générale de la cathédrale, la grande majorité de ces sépultures suit un axe SO-NE.

7L’abandon du cimetière dans le premier quart du xviiie s. est lié à la création du jardin de l’archevêque et au désenclavement du chevet de la cathédrale. Ces travaux ont engendré des terrassements de 2 m à 2,50 m de profondeur et la construction d’un mur de soutènement pour laisser, au contact de la chapelle Saint-Mitre, un passage caladé associé à des canalisations pour l’évacuation des eaux pluviales. À l’est du mur, en revanche, le niveau a été rehaussé de près de 2 m pour mettre de plain-pied le jardin avec la galerie nord du palais épiscopal.

Aix-en-Provence, plan chronologique de la cathédrale Saint-Sauveur.

Aix-en-Provence, plan chronologique de la cathédrale Saint-Sauveur.

DAO M. Panneau

Haut de page

Table des illustrations

Titre Aix-en-Provence, plan chronologique de la cathédrale Saint-Sauveur.
Crédits DAO M. Panneau
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Zielinski et Arthur Loutrage, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 184-185.

Référence électronique

Sandrine Claude, Caroline Zielinski et Arthur Loutrage, « Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). Cathédrale Saint-Sauveur » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 09 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6923

Haut de page

Responsable d’opération

Sandrine Claude

mairie d’Aix-en-Provence

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals