Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Aoste (Isère). Les Communaux – ZAC PIDA

Responsable d’opération : Marie-Josée Ancel
p. 185-186

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Archeodunum SAS

Texte intégral

1L’opération d’archéologie préventive menée à Aoste, à l’été 2016, a porté sur une surface d’environ 17 000 m2. Le site, pauvre en matériel archéologique, s’est avéré très arasé et les matériaux de construction du seul bâtiment maçonné mis au jour ont été entièrement récupérés. Cet édifice s’est avéré être une église paléochrétienne dont les fondations sur pieux ont pu être datées par radiocarbone de la fin du ve-début du vie s. apr. J.-C. Son identification découle principalement de son plan et de quelques éléments matériels, ainsi que de la présence de 23 sépultures à inhumation du haut Moyen Âge. Ces dernières sont essentiellement localisées à l’extérieur de l’église, contre les murs dont elles suivent en partie les orientations. Quelques autres prenaient place à l’intérieur, au niveau du porche et de la nef, probablement en position privilégiée. On notera la présence d’immatures (11 individus) et d’adultes (17 individus) ainsi que la pratique de la réduction dans quatre d’entre elles. Pour seul mobilier, trois tombes ont livré le même type d’agrafe à double crochet dont la fourchette de datation, assez large, peut raisonnablement être réduite entre le viie et le ixe s. ap. J.-C. Quatre autres inhumations ont été datées par 14C ; elles se placent entre les ve et viie s. ap. J.-C. Un phasage précis n’est pas possible à l’heure actuelle. L’occupation du site s’étend donc jusqu’au viie et probablement jusqu’au ixe-xe s.

2Cette église est implantée au sein d’un double enclos fossoyé qui couvre une superficie d’environ 2 700 m2. Elle est associée à quelques petits bâtiments d’habitation sur poteaux qui lui font face à une vingtaine de mètres, pour lesquels plusieurs phases sont sans doute à envisager. Un autre bâtiment sur poteaux, de plus grandes dimensions, est situé dans l’axe de l’entrée de l’église ; il pourrait revêtir une fonction communautaire. D’autres installations évoquant des activités agricoles et/ou pastorales ont également été mises en évidence (greniers, bâtiment de stabulation, gerbiers, palissade, etc.), ainsi qu’une probable tour de guet et un puits. Ces deux dernières structures ont notamment livré des éléments en bois.

3L’hypothèse actuelle serait d’y reconnaître un ensemble monastique, ce qui en ferait un des plus précoces de France et un des rares intégralement fouillés. Des recherches complémentaires sont nécessaires afin de confirmer cette première interprétation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Josée Ancel, « Aoste (Isère). Les Communaux – ZAC PIDA », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 185-186.

Référence électronique

Marie-Josée Ancel, « Aoste (Isère). Les Communaux – ZAC PIDA » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6926

Haut de page

Auteur

Marie-Josée Ancel

Archeodunum

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Josée Ancel

Archeodunum

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals