Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Aubenas (Ardèche). Place du Champ-de-Mars

Responsable d’opération : Audrey Saison
p. 186-187

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : conseil départemental de l’Ardèche

Texte intégral

1Dans la perspective de l’aménagement d’un parking souterrain, finalement modifié en une agora paysagère, deux diagnostics d’archéologie préventive ont été prescrits sur la place du Champ-de-Mars à Aubenas. Au Moyen Âge, cet emplacement se situait extra muros, et, selon les archives et les érudits locaux, abritait le couvent des Cordeliers/Franciscains.

2Les dix sondages réalisés ont couvert une superficie de 8,2 % de l’emprise totale sur une place à faible pendage dont l’altitude oscille entre 304,22 m au nord et 303,01 m NGF au sud. Six sondages ont mis au jour un ensemble de maçonneries et de sépultures qui confirment la présence du couvent des Cordeliers dans l’angle SE de la place, délimitée aujourd’hui par les rues Lésin-Lacoste et rue Pargoire, ancien chemin des Blaches conduisant à l’une des entrées du castrum albenassien. Ce couvent s’installe donc aux portes de la ville médiévale, sur un terrain vierge, dans le dernier tiers du xiiie s. Les ordres mendiants y sont alors nombreux puisque les Dominicains et les Clarisses y sont aussi représentés. Ces couvents y prospèrent pendant près de trois cents ans, jusqu’aux guerres de Religion qui entraînent leur démantèlement en 1562. Les Mendiants s’installèrent par la suite à l’intérieur du castrum.

3Les vestiges du couvent mis au jour sont très arasés du fait des destructions de 1562, mais aussi de l’aménagement en place du marché en 1846, avec des travaux de nivellement sur 50 à 90 cm d’épaisseur. Ils sont également très peu profonds, à seulement une vingtaine de centimètres sous l’enrobé du parking actuel. Aucun niveau de sol n’est conservé. L’établissement d’un plan général du couvent semble difficile à réaliser à partir des seuls sondages du diagnostic. Toutefois, la taille et la mise en œuvre de certaines structures maçonnées permettent de situer l’église dans l’angle SE de l’emprise, près des axes de circulation originels, et le développement des autres bâtiments conventuels, au nord, notamment le cloître.

4Un total de 16 sépultures a aussi été comptabilisé, mais seulement cinq étaient complètes. La présence de nombreux ossements épars, dont des crânes et des restes de plusieurs sujets immatures, suggère que l’espace dévolu au funéraire est contraint dans un enclos conventuel. Les observations anthropologiques ont permis de déterminer l’utilisation de cercueils et de linceuls. Trois sujets portaient un anneau en alliage cuivreux à la main droite. La sépulture 2 du sondage 1 retient l’attention, car le sujet, un homme adulte, porteur de la maladie de Paget, présente une déformation particulièrement importante du fémur gauche. Le mode d’inhumation, en procubitus, de la sépulture 2 du sondage 6 est également à noter. Ces deux sépultures se placent chronologiquement entre la seconde moitié du xve s. et la destruction du couvent en 1562.

5Le mobilier récolté est abondant dans le seul sondage 3 (US 302) et doit correspondre à un espace domestique, car plus de 4 kg de faune y ont été ramassés, à dominante de bovidés et caprinés. Plus de 140 tessons de verre ont été repérés dont 27 bords de verre à boire. Leurs décors montrent de fins bourrelets bleus, des godrons ou des fils bleus. La céramique compte seulement 32 tessons et peu de formes, mis à part une cruche à bec ponté. La majorité des tessons sont glaçurés et certains possèdent des bandes d’argile rapportées. Les six objets monétiformes livrent entre autres un jeton au lion ailé de Venise, un jeton de type agnus dei, un jeton dit au roi debout (xive s.) et une obole de l’évêché du Puy (xiie s.). On relève enfin, dans trois sondages, des fragments de tuiles décorées de bandes et de points à la peinture blanche.

6La découverte de ce couvent des Cordeliers met en lumière l’omniprésence des ordres religieux, et particulièrement des Mendiants, dans une ville médiévale d’Aubenas en pleine expansion entre le xiiie et le xvie s. En Ardèche, les Franciscains s’installent aussi à Annonay et Largentière, bien qu’aucun vestige n’en subsiste. Cette découverte est donc tout à fait unique pour l’Ardèche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Audrey Saison, « Aubenas (Ardèche). Place du Champ-de-Mars », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 186-187.

Référence électronique

Audrey Saison, « Aubenas (Ardèche). Place du Champ-de-Mars » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6928

Haut de page

Auteur

Audrey Saison

conseil départemental de l’Ardèche

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Audrey Saison

conseil départemental de l’Ardèche

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals