Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainAvignon (Vaucluse). 33 Place des ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Avignon (Vaucluse). 33 Place des Corps-Saints/Ancienne chapelle du Bienheureux Pierre de Luxembourg

Responsable d’opération : Guilhem Baro
p. 187-188

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : conseil départemental de Vaucluse

Texte intégral

1Un diagnostic d’archéologie préventive a été réalisé par le service d’archéologie du département de Vaucluse à Avignon, 33 place des Corps-Saints. Ce diagnostic a été prescrit suite au projet de réaménagement du bâtiment correspondant à l’ancienne chapelle du Bienheureux Pierre de Luxembourg.

2L’édifice a été probablement construit en deux temps : les deux premières travées à partir de 1425 ; les deux dernières environ vingt ans plus tard, grâce au legs de Jean de Luxembourg. En 1449, la chapelle est terminée.

3Les quatre murs principaux présentent une homogénéité et une mise en œuvre médiévales avec des reprises, notamment au niveau des ouvertures. Le bâtiment est constitué de quatre travées séparées par d’épais contreforts. Entre chaque contrefort, il existait primitivement une seule longue fenêtre axée. La naissance de ces fenêtres se situait sûrement juste au-dessus du bandeau qui court sur les façades ouest et est. Sur le mur nord, deux portes en berceau ouvraient sur un rez-de-chaussée ou plus probablement sur une crypte, dans laquelle se trouvait le corps du Bienheureux. Au-dessus, deux hagioscopes et la grande rosace permettaient d’apporter de la lumière. Un arc triomphal polylobé donnait accès au chœur ménagé entre les deux contreforts de la chapelle Saint-Michel. À l’origine, l’édifice se présentait sans étage : le fidèle entrant au rez-de-chaussée se retrouvait directement sous la voûte en croisées d’ogives située 14 m plus haut. Il n’existait visiblement pas non plus de cloisonnements à l’intérieur de l’édifice. Il s’agissait donc d’un grand bâtiment rectangulaire.

4En 1625, d’importants travaux ont lieu dans la chapelle. Les Célestins donnent à prix-fait la construction d’un maître-autel mausolée au menuisier Olivier Piédoux, d’après les plans de François de Royers de la Valfenière, qui a également dirigé les travaux. Il ne reste actuellement aucun vestige de ce mausolée, mais l’ex-voto de Saint-Didier, conservé au Musée Calvet d’Avignon, livre une représentation de ce monument. Celui-ci était composé d’un ensemble de colonnes corinthiennes qui portaient de part et d’autre du maître-autel des tribunes réunies au sommet par une voûte ornée de caissons. La hauteur totale donnée par le prix-fait est de 36 pans, soit environ 9 m au-dessus du niveau du maître-autel. Celui-ci est déjà placé en hauteur au-dessus des voûtes de la crypte.

5Les travaux de La Valfanière modifient le nivellement du bâtiment. Les deux hagioscopes présents à l’extérieur du mur nord sont alors transformés en porte. Les piédroits montrent des traces de reprise pour abaisser le seuil d’environ 0,80 m. Les parties hautes des hagioscopes sont condamnées par la création d’un linteau plat. Ce nouveau sol permet d’accéder au premier niveau du mausolée. Quant au rez-de-chaussée ou crypte, son niveau a également été abaissé pour permettre la circulation. À ce stade, il n’existe pas encore d’escalier intérieur. La Valfenière souhaitant créer une tribune haute, il doit aménager un accès. Deux portes hautes sont percées pour accéder aux tribunes. Elles sont desservies par l’escalier en vis situé contre la chapelle Saint-Michel. Après la Révolution, le couvent est occupé par la succursale des Invalides et est transformé en pénitencier militaire. C’est à cette époque que sont créés les premiers et deuxièmes étages accessibles par un escalier monumental reposant sur des voûtes en briques. L’espace intérieur est cloisonné. Le mausolée est démonté et certaines ouvertures sont obturées par des maçonneries médiocres contenant des éléments d’architectures comme des fragments de colonnes cannelées provenant de l’ancien mausolée. Sur les façades extérieures des murs ouest et est, les fenêtres d’origine sont transformées. La création d’un plancher a incité les constructeurs à diviser la fenêtre unique en deux fenêtres, une pour le premier étage, l’autre pour le deuxième. Par la suite, l’espace intérieur est compartimenté et deux ouvertures par niveaux sont percées à chaque travée. Au xxe s., le bâtiment est aménagé en bureaux. De nouveaux cloisonnements sont mis en place et, au deuxième étage, les départs des voûtes sont masqués par des murs en briques. En 1981, le bâtiment est rattaché à la cité administrative. Ce n’est que récemment que les bureaux des services de l’État en Vaucluse ont quitté le bâtiment.

6Par la suite, et en fonction des projets de l’aménageur, une fouille archéologique préventive ainsi qu’un suivi de travaux pourraient s’avérer indispensables pour la sauvegarde de ces vestiges. En outre, des investigations en sous-sol seront nécessaires pour la recherche d’une crypte connue par les sources historiques.

Avignon, coupe S-N (façade est), coupe O-E (façade nord) et coupe N-S de la chapelle de Pierre de Luxembourg.

Avignon, coupe S-N (façade est), coupe O-E (façade nord) et coupe N-S de la chapelle de Pierre de Luxembourg.

Relevé J. Blanc, DAO G. Baro

Haut de page

Table des illustrations

Titre Avignon, coupe S-N (façade est), coupe O-E (façade nord) et coupe N-S de la chapelle de Pierre de Luxembourg.
Crédits Relevé J. Blanc, DAO G. Baro
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6929/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guilhem Baro, « Avignon (Vaucluse). 33 Place des Corps-Saints/Ancienne chapelle du Bienheureux Pierre de Luxembourg »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 187-188.

Référence électronique

Guilhem Baro, « Avignon (Vaucluse). 33 Place des Corps-Saints/Ancienne chapelle du Bienheureux Pierre de Luxembourg » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6929 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6929

Haut de page

Auteur

Guilhem Baro

conseil départemental de Vaucluse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guilhem Baro

conseil départemental de Vaucluse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search