Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainBruère-Allichamps (Cher). Abbaye ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Bruère-Allichamps (Cher). Abbaye de Noirlac

Responsable d’opération : Isabelle Pignot
p. 190-191

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Éveha

Texte intégral

1L’opération de fouilles menée en 2016 sur le site de l’abbaye de Noirlac s’inscrit dans le cadre du projet de construction d’un bâtiment logistique, enterré au niveau du coteau au nord de l’abbatiale, en contrebas de la route d’accès. Ce projet, mené par le Conseil départemental du Cher, a permis la fouille de la superficie du nouveau bâtiment, mais également des tranchées de réseaux afférents. Elle a été réalisée par le bureau d’études Éveha entre février et décembre 2016.

2Malgré les limites de cette intervention, la fouille en tranchées de dimensions restreintes étant peu propice à l’analyse des vestiges, les résultats sont toutefois indéniables et permettent de documenter toutes les phases d’occupation du monastère. Des données inédites sont également apportées sur l’occupation du site avant l’installation de la communauté cistercienne. Si cette occupation était suggérée par les archives conservées, l’archéologie ne l’avait pour l’instant pas confirmée de manière formelle. Des inhumations datées du xe s. l’attestent désormais. Elles ont été découvertes entre 50 et 100 m à l’est du chevet de l’abbatiale. Il s’agit d’inhumations en pleine terre, orientées E-O, tête à l’ouest, n’ayant pas livré de mobilier associé. Elles peuvent être en lien avec la « maison-Dieu », citée dans les textes avant même l’arrivée des moines cisterciens en 1136.

3L’abbaye médiévale est mieux connue grâce à la découverte de plusieurs maçonneries en belles pierres de taille de calcaire, pouvant être rattachées à cette époque, dont l’interprétation pose néanmoins question. En effet, l’un de ces murs prend place devant la façade occidentale de la nef, mais son orientation NE-SO, décalée par rapport à l’abbatiale, est problématique. Il ne semble pas pouvoir s’agir d’un mur de l’ancien porche, vraisemblablement de plan rectangulaire d’après les négatifs des voûtes visibles en élévation. De ce fait, cette maçonnerie n’a pu être interprétée.

4La période moderne est illustrée par la belle découverte d’un puits à main dans l’emprise du bâtiment logistique, sans doute à mettre en relation avec l’aménagement des jardins et les embellissements du xviiie s. Il est en effet en vis-à-vis de l’escalier d’accès à la plate-forme établie au NE des bâtiments monastiques, relevant de cette phase d’embellissements. Au xviiie s., le drainage du site et l’évacuation des eaux usées et de ruissellement sont améliorés par la mise en œuvre d’un collecteur d’eau venant suivre l’église au nord, puis longer le cellier et se poursuivre jusqu’au sud des bâtiments monastiques.

5La phase d’occupation de la manufacture de porcelaine (1822-1894) demeure la mieux documentée par cette opération, notamment grâce aux tranchées de réseaux qui traversent les ateliers, et permettent de documenter maçonneries, zones de stockage, de rejets et de travail (fours). Le mobilier y est très conséquent, qu’il s’agisse des porcelaines en tant que telles, mais également des moules et pernettes. La manufacture n’avait jusqu’alors été que peu documentée, n’ayant pas forcément attiré chercheurs et archivistes, sans doute plus concernés par le passé médiéval du site. Quelques cartes postales anciennes nous donnaient toutefois une idée de l’emprise de la manufacture, et de l’ampleur des remaniements subis par les bâtiments monastiques durant cette phase d’occupation. L’intervention de 2016 apporte un éclairage nouveau sur cette période et permet de mieux connaître l’emprise du site et son fonctionnement.

6Ainsi, l’opération archéologique de 2016 est riche en enseignements sur les diverses phases d’occupation du site, et vient compléter les données déjà engrangées par les multiples opérations menées depuis 2009 (Inrap et Éveha).

Bruère-Allichamps, abbaye de Noirlac, four à porcelaine.

Bruère-Allichamps, abbaye de Noirlac, four à porcelaine.

Cl. J. Anctil

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bruère-Allichamps, abbaye de Noirlac, four à porcelaine.
Crédits Cl. J. Anctil
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Pignot, « Bruère-Allichamps (Cher). Abbaye de Noirlac »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 190-191.

Référence électronique

Isabelle Pignot, « Bruère-Allichamps (Cher). Abbaye de Noirlac » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6935 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6935

Haut de page

Auteur

Isabelle Pignot

Éveha

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Isabelle Pignot

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search