Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainCellefrouin (Charente). Chapelle ...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Cellefrouin (Charente). Chapelle Saint-Martin

Responsable d’opération : Sylvie Ternet
p. 192-193

Texte intégral

1Cellefrouin est un bourg de Charente limousine, aux confins NE de l’ancien Angoumois médiéval. Connu pour son actuelle église Saint-Nicolas, à l’origine ancienne collégiale Saint-Pierre et centre d’une abbaye augustine depuis le milieu du xie s., Cellefrouin comptait plusieurs autres édifices religieux. Sur la commune et sur la rive droite du Son, les ruines de la chapelle Saint-Martin apparaissent sur un terrain privé, à côté de lafontaine homonyme. Il n’en reste qu’une travée avec deux piliers à colonnes, deux murs arasés et un retour d’angle effondré.

2Seules des sources secondaires existent concernant Saint-Martin de Cellefrouin. Dans son édition du Cartulaire de Cellefrouin, le chanoine Chevalier dresse la liste des prieurés et chapelles appartenant à l’abbaye situés aux alentours, à La Tâche, Ventouse, Saint-Claud et à Saint-Martin. D’après le Pouillé historique du diocèse d’Angoulême de l’abbé Nanglard, l’abbé de Cellefrouin devait l’entretien de la chapelle Saint-Martin en 1789 et en conférait la chapellenie. D’après ces sources, Saint-Martin aurait d’abord été un prieuré jusqu’en 1568, année des ravages des guerres de Religion en Angoumois, puis une simple chapelle jusqu’en 1789. Vendu ensuite comme bien national, le domaine de l’ancien prieuré a été morcelé en plusieurs parcelles, dont les limites ont suivi le plan de l’ancien édifice.

3Un sondage autour du mur sud de la nef a atteint l’argile naturelle et la fondation du mur. Un temps assez long semble s’être écoulé entre l’achèvement de la fondation et la construction de son élévation, nécessitant une petite tranchée de construction qui perça les sols et remblais qui l’avaient recouverte. Il existe d’ailleurs une légère différence d’orientation entre les blocs de fondation à la bordure irrégulière et l’élévation régulière du mur, sans changement notable de la couleur du mortier. Les remblais recouvrant la fondation contenaient du mobilier céramique des xe-xie s., ce qui ne permet pas d’exclure une première fondation au xie s. ; mais la surface fouillée n’étant pas suffisante pour reconnaître des traces nettes d’occupation, il peut aussi s’agir de mobilier résiduel rejeté lors du creusement de la tranchée de fondation.

4Le départ du chevet a été suivi vers l’est pour compléter son tracé : il était bien reconnaissable grâce à sa tranchée de fondation nivelée. De nombreuses traces de circulations ont été observées à l’extérieur du chevet, dans les limites du décaissement réalisé pour sa construction. Elles séparent le mur du xiie s. du mur de clôture moderne, datable au plus tard du xvie s. En effet, un liard au dauphin de François Ier scelle l’abandon de ce mur dans le courant de ce siècle, ce qui peut correspondre aux guerres de Religion. De plus, le nettoyage de surface de ce mur a mis en évidence une petite pièce rectangulaire aux bords réguliers (porterie ?) dont les murs sont conservés sur deux assises ; elle complète le tracé de la clôture orientale. La limite de la zone décaissée pour la construction du chevet a été repérée juste sous le bord de cet espace rectangulaire.

5En somme, les vestiges en place correspondent à un édifice à l’origine assez vaste, mais jamais achevé, conçu pour être une église prieurale, comme les textes le laissaient supposer. Il aurait dû être composé d’une courte nef, comme certaines chapelles castrales, d’une croisée du transept et de son bras sud avec absidiole, puis d’un chevet à départ droit dont la forme d’origine reste inconnue. Aucun bras de transept n’existait au nord. Les murs d’origine étaient liés avec un mortier orange dès leur fondation. Des restaurations s’observent à la surface des parements, liés avec un mortier beige. Ces réparations remontent soit à la période gothique soit à une époque postérieure aux guerres de Religion. La nature inondable du terrain gênait ou interdisait peut-être la présence stable d’une communauté. Il faut noter l’absence de sépultures à l’intérieur de l’absidiole et l’absence d’ossements humains, même résiduels. Il convient également de souligner que d’éventuels bâtiments conventuels n’ont pas été repérés ; ils pourraient prendre place au nord de l’édifice, dans la partie occupée par des constructions contemporaines et privées. Enfin, notons que la largeur de la nef originelle, telle qu’elle était prévue au xiie s., n’est pas connue avec précision.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Ternet, « Cellefrouin (Charente). Chapelle Saint-Martin »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 192-193.

Référence électronique

Sylvie Ternet, « Cellefrouin (Charente). Chapelle Saint-Martin » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6938

Haut de page

Auteur

Sylvie Ternet

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvie Ternet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search