Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainCheissoux (Haute-Vienne). Place d...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Cheissoux (Haute-Vienne). Place de l’église

Responsable d’opération : Sylvain Guillin
p. 194

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0144847

Texte intégral

1Cette opération d’archéologie préventive a été prescrite par le Service régional de l’archéologie de Nouvelle-Aquitaine en amont de l’aménagement de la place de l’église ainsi que d’un projet de parking sur une parcelle plus au sud. L’opération de terrain s’est déroulée du 1er au 11 février 2016 avec le concours d’un technicien. Les données tant historiques qu’archéologiques sur la commune de Cheissoux étant bien rares, le diagnostic archéologique avait pour principal objectif de répondre à une problématique centrée sur l’origine et l’évolution des centres paroissiaux. Pour ce faire, six tranchées ont été ouvertes, représentant environ 11,5 % de la surface prescrite : trois sur la parcelle en jachère au sud et trois sur la place même de l’église. En parallèle aux travaux de terrain, une étude historique a été menée par J.-Ph. Chaumeil (Inrap).

2Les résultats de la fouille ont permis d’appréhender une occupation protohistorique assez prégnante puisque présente dans cinq des six tranchées. Elle se décline sous la forme d’un parcellaire avec muret et niveau de circulation, de structures en creux et peut être d’une voirie. Cette dernière semble perdurer jusqu’au xvie s. Il est probable qu’il s’agisse du cheminement ancien reliant Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne) à Peyrat-le-Château (Creuse). Outre cette occupation en partie de la Tène D, des indices d’occupation gallo-romaine ont été repérés à travers la présence de quelques fragments d’amphore des types Pascual 1 ou Dressel 1, caractéristiques de cette période. La fouille n’a cependant pas permis la découverte d’éléments du haut Moyen Âge pouvant amener à proposer une occupation continue du site. Ainsi, les premiers indices d’une occupation médiévale ne peuvent remonter antérieurement au xie s. et sont issus d’une analyse succincte du bâti de l’édifice. Ce dernier connaît deux grandes phases de mise en œuvre : l’une, aux xie-xiie s., avec la construction d’une nef voûtée en berceau, agrémentée d’une tribune et percée de baies plein cintre ; l’autre, entre le xiiie et le xve s., avec le doublement de la façade et l’adjonction, dans un deuxième temps de cette même phase, de puissants contreforts dont les fondations comportent des assises de plus grande taille et des matériaux en réemploi.

3L’étude historique met en avant la complexité de l’histoire de Cheissoux, le site étant toujours en partage entre deux temporels dont on ne sait pas lequel en a réellement la charge. C’est seulement à partir de 1651 que son histoire s’éclaircit quelque peu. Dès cette date, Cheissoux est officiellement érigée en paroisse ; depuis 1558 elle appartenait à Bujaleuf (Haute-Vienne) et ce jusqu’en 1790. Puis elle est rattachée à Champnétery (Haute-Vienne) jusqu’en 1826 pour être de nouveau rattachée à Bujaleuf jusqu’en 1905, lorsqu’elle devient commune à part entière. Cependant, les découvertes archéologiques apportent quelques nuances sur la date de son érection en paroisse. La découverte de douze fosses sépulcrales sous la place-parvis, dont deux sont assurément antérieures au xve s. et une autre qui pourrait être gallo-romaine, permet effectivement d’entrevoir l’existence d’un cimetière antérieur au xve s., voire d’une « nécropole ».

4Quant à l’objectif fixé par le Service régional de l’archéologie de replacer Cheissoux dans l’histoire de la trame paroissiale, il n’a évidemment pas pu être atteint dans le cadre d’un diagnostic limité en temps et en moyens. Mais cette problématique centrée sur l’origine et l’évolution des centres paroissiaux en Limousin s’inscrit pleinement dans le cadre des nombreuses recherches déjà initiées au plan national et quelques hypothèses concernant spécifiquement Cheissoux ont donc été proposées dans le rapport.

Cheissoux, relevés dans le sondage 4 sur la place du parvis de l’église.

Cheissoux, relevés dans le sondage 4 sur la place du parvis de l’église.

Relevés A. D’Agostino et DAO S. Guillin

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cheissoux, relevés dans le sondage 4 sur la place du parvis de l’église.
Crédits Relevés A. D’Agostino et DAO S. Guillin
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6941/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Guillin, « Cheissoux (Haute-Vienne). Place de l’église »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 194.

Référence électronique

Sylvain Guillin, « Cheissoux (Haute-Vienne). Place de l’église » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 07 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6941 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6941

Haut de page

Auteur

Sylvain Guillin

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Sylvain Guillin

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search