Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Codalet (Pyrénées-Orientales). Abbaye Saint-Michel de Cuxa

Responsable d’opération : Fabrice Henrion
p. 195

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : CEM Auxerre

Texte intégral

1Située sur le piémont nord du massif du Canigou, à 5 km au sud de Prades, au sud de la partie occidentale de la vallée de la Têt (région naturelle du Bas-Conflent), l’abbaye Saint-Michel de Cuxa a été implantée dans la partie inférieure d’un replat formé par un cône de déjection alimenté par la Llitera.

2Depuis au moins le milieu du ixe s., existe à Cuxa une petite communauté de moines, rassemblée autour de Protasius et peut-être déjà organisée autour d’une église dédiée à saint Germain d’Auxerre. La communauté de Cuxa se rapproche et adhère en 864-865 à celle de Saint-André d’Eixalada, établie depuis les années 840 en Haut-Conflent. Leur destin commun s’affirme de nouveau à l’automne 878 lorsqu’une crue gigantesque de la rivière Têt emporte les bâtiments du monastère Saint-André et avec eux une grande partie de la communauté. Les survivants, dont l’abbé Baron, quittent alors définitivement Eixalada pour s’installer à Cuxa et Protasius prend la tête de la nouvelle communauté, qui devient l’abbaye Saint-Germain de Cuxa (19 juin 879). Les bâtiments sont agrandis grâce à Miron, comte de Conflent, à l’instar du domaine et des possessions.

3Un long silence suit ce renouveau du monastère et il faut attendre l’année 938 pour qu’une première mention rende compte de la présence d’une seconde église, dédiée à saint Michel. L’église Saint-Germain, jusqu’alors « de terre et de pierres », est ensuite reconstruite « avec de la chaux, des pierres et des bois travaillés merveilleusement » sous l’abbatiat de Gondefred et l’impulsion du comte Siniofred ; elle sera consacrée le 30 juillet 953.

4L’abbatiale Saint-Michel est encore agrandie sous l’abbé Oliba (1008-1046) avec l’ensemble occidental, crypte, chapelle de la Trinité et atrium.

5Une première étude archéologique, associant sondages au sol et étude de bâti, menée en 1999, sous la direction de Philippe Alessandri et Astrid Huser (Afan) entre autres, sur le logis du Grand-Sacristain (bâtiment 1) qui prend place à l’extrémité méridionale de l’aile occidentale du cloître du xiie s., avait permis de montrer que les dispositions romanes reprenaient ici une construction plus ancienne, datable du xe s. par la typologie des ouvertures. La mise au jour de deux inhumations (sép. 1, une femme et son fœtus ; sép. 2, un homme âgé) en coffrage de pierres montées à l’argile, antérieures à ce bâtiment, devait relancer la réflexion autour de la question des origines du monastère et de l’occupation du site avant la seconde moitié du ixe s.

6Aujourd’hui, la datation radiocarbone des ossements place la sépulture 2 entre la fin du ixe et le xe s. La fouille programmée, menée au printemps 2016, avait pour objectifs d’étudier en aire ouverte l’ensemble des sols conservés dans cette partie de l’aile occidentale et d’affiner l’étude de bâti en mettant en œuvre toutes les méthodes susceptibles d’apporter les informations nécessaires à la compréhension du site. La crypte a également fait l’objet d’une attention particulière, et plus spécialement son couloir nord qui côtoie le bâtiment 1.

7Bien que les niveaux d’occupation les plus anciens aient en grande partie disparu avec les travaux ultérieurs, on peut proposer, à partir des données acquises et de leur analyse raisonnée de manière régressive, de distinguer l’état le plus ancien sur lequel viendront s’installer les deux inhumations fouillées. La reconnaissance de la position du terrain naturel pédogénéisé, permet d’envisager la configuration des lieux avec une forte pente d’est en ouest, suivant la topographie naturelle, descendant vers le cours de la Llitera, sans toutefois pouvoir déterminer le niveau naturel de circulation.

8Les indices sont ténus, mais on peut proposer qu’un premier bâtiment, en bois, ait existé et qu’il ait accueilli les inhumations. Son orientation tranche avec l’aile ouest du cloître, mais s’accorde parfaitement avec celle de la crypte et de l’ensemble de l’abbatiale, qui en conservera la logique, alors que le bâtiment auquel succéda plus tard le logis du Grand-Sacristain annule cette organisation pour s’adapter sans doute à la topographie naturelle très contraignante. Sa datation est aujourd’hui proposée entre la fin du ixe et la première moitié du xe s. (radiocarbone sur fragments de charbons de bois dans les mortiers). Cette chronologie permet ainsi d’envisager la mise en place d’un premier bâtiment destiné à accueillir une communauté devenant plus nombreuse avec l’arrivée des moines d’Eixelada, avant qu’un programme de constructions idoine se développe. Il faut noter que le souvenir de la présence des sépultures semble maintenu, puis monumentalisé (arcosolium) dans la crypte romane voisine.

9Les avancées de la recherche concernent également la crypte, dont la construction au xie s. s’adapte manifestement à un premier ensemble bâti avant de l’englober totalement, sans que l’on sache encore s’il peut s’agir de la première église dédiée à saint Germain d’Auxerre. Ces premières observations et les idées qui en découlent devraient évidemment être renforcées par une approche plus fine des élévations et du sous-sol de la crypte dans le cadre d’une étude qui lui serait consacrée, mais les hypothèses proposées, toutes audacieuses qu’elles puissent paraître, déterminent d’ores et déjà un cadre de recherche et des problématiques.

10Malgré les nombreux réaménagements et reconstructions, tant anciens que récents, l’étude menée en 2016 montre à quel point la matière archéologique susceptible d’aider à la compréhension des origines et de l’évolution du site peut être préservée. En affinant les datations et la succession des états, ce sont les prémices du développement du monastère qui sont aujourd’hui abordées en s’obligeant à un regard nouveau. De même, l’emploi de méthodes nouvelles, du moins dans leur utilisation sur le site, comme l’analyse des matériaux du bâti ou les datations radiocarbone, donne d’ores et déjà des résultats prometteurs qui incitent à poursuivre la recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Henrion, « Codalet (Pyrénées-Orientales). Abbaye Saint-Michel de Cuxa », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 195.

Référence électronique

Fabrice Henrion, « Codalet (Pyrénées-Orientales). Abbaye Saint-Michel de Cuxa » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6942

Haut de page

Auteur

Fabrice Henrion

CEM Auxerre

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Henrion

CEM Auxerre

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals