Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainEssey-lès-Nancy (Meurthe-et-Mosel...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Essey-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle). Tour-clocher de l’église Saint-Georges

Responsable d’opération : Cédric Moulis
p. 196-197

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : université de Lorraine

Texte intégral

1L’existence d’une église à Essey-lès-Nancy est attestée dès 770. L’analyse architecturale montre que l’édifice a subi de nombreuses transformations au cours des siècles. Le clocher actuel est la partie la plus ancienne conservée.

2Édifié entre 1020 et 1150 (fourchette obtenue par analyse radiocarbone sur un charbon piégé dans un mortier), il est de plan carré (4,70 × 4,85 m) et ses maçonneries culminent à 17 m. Au rez-de-chaussée, deux portes tardives l’ont transformé en tour-porche donnant accès à la nef gothique flamboyante. Sur le mur sud, une ouverture de tir obturée (56 × 8 cm) était peut-être intégrée au dispositif de défense de la maison forte située à côté à partir du xiiie s. Au premier étage, une porte bouchée (1,26 × 2,55 m) ouvrait sur la nef à 2,50 m du sol actuel. Elle illustre le principe du clocher-refuge dont le seul accès se situait en hauteur, auquel on accédait avec une échelle, et qui servait de retranchement le cas échéant. L’arc en plein cintre de la porte est également visible depuis l’intérieur de la nef gothique, où les restaurations de 1999 ont révélé des décors peints (croix pattées, ronds, faux joints, fleurettes). Le troisième étage comporte quatre baies géminées (1,70 × 1,50 m) composées de deux arcs qui retombent au centre sur un chapiteau en Tau. La base de la colonnette sud présente notamment le corps stylisé d’un animal mal identifié. Le dernier étage abrite les cloches et quatre autres baies.

3Le calcaire blanc-beige, quelquefois orange-rouge, disponible au sommet de la butte sur les pentes de laquelle l’église est installée, semble avoir été utilisé pour la construction. Les pierres de médiocre qualité ont été employées pour le gros œuvre, alors que les belles pierres ont servi aux éléments d’architecture. Seuls ces derniers présentent des traces de polka ou de marteau taillant droit. Les pierres des parements sont de dimensions très diverses, la moyenne étant comprise entre 20 × 12 cm et 15 × 8 cm. Elles peuvent être classées en six catégories, en fonction de leur forme et de leurs dimensions. Ces catégories se répartissent de manière homogène dans la maçonnerie, notamment les pierres de forme cubique. En revanche, il y a très peu de pierres oblongues. Les pierres sont généralement posées à plat, formant des rangs d’assises plus ou moins droits. Des niveaux de réglages, espacés de 30 à 50 cm de hauteur, récupèrent l’horizontalité. Certaines pierres sont disposées en épi, technique de mise en œuvre observée du xe au xiie s. dans la région. Un certain nombre de désordres sont toutefois visibles dans la maçonnerie, avec des pierres de toutes dimensions, posées de façon anarchique. Il peut s’agir de reprises en sous-œuvre. Les pierres sont liées au mortier de sable et de chaux de médiocre qualité, et les enduits présentent un granulat plus grossier et une teneur en chaux plus importante.

4Les murs du clocher conservent également les traces d’éléments maintenant disparus. Outre la porte en hauteur, le solin de la nef initiale se devine encore sous les combles de la nef actuelle. Elle présentait une pente assez plate de 33°, ce qui autorise à la couvrir de tegulae, dont des fragments ont peut-être été découverts lors d’un sondage contre le mur nord de la nef en l’an 2000. Deux mortiers se superposent au-dessus des fenêtres du troisième étage, matérialisant un rehaussement du clocher de 4,2 m de haut. Il se distingue de la maçonnerie primitive par l’usage fréquent de pierres oblongues et par l’absence de chaîne d’angle. Cet ajout, daté par radiocarbone des années 1440-1480, semble contemporain de la nef gothique.

Essey-lès-Nancy, élévation sud du clocher, répartition des différents modules.

Essey-lès-Nancy, élévation sud du clocher, répartition des différents modules.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Essey-lès-Nancy, élévation sud du clocher, répartition des différents modules.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Moulis, « Essey-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle). Tour-clocher de l’église Saint-Georges »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 196-197.

Référence électronique

Cédric Moulis, « Essey-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle). Tour-clocher de l’église Saint-Georges » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6946 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6946

Haut de page

Auteur

Cédric Moulis

université de Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cédric Moulis

université de Lorraine

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search