Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Lyon 2e (Rhône). Hôtel-Dieu

Responsable d’opération : Olivia Puel et Stéphane Ardouin
Notice rédigée avec Étienne Hofmann, Otilia Stoica, Isabelle Bouchez, Arnaud Tastavin et Camille Vanhove
p. 200-202

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : mairie de Lyon

Texte intégral

1L’Hôtel-Dieu est un établissement hospitalier probablement fondé dès la fin du xiie s. sur la rive droite du Rhône, près du pont franchissant le fleuve. La nécessité d’accroître ses capacités d’accueil imposa plusieurs extensions successives entre le xve et le xixe s., au détriment des habitations périphériques et notamment du Bourgchanin, un quartier d’habitation qui s’était développé au sud de l’hôpital. La reconversion de cet ensemble monumental, qui s’étend aujourd’hui sur une surface de 2,5 ha, prévoit la réhabilitation des bâtiments existants (62 000 m2), classés au titre des Monuments historiques depuis 2011, et la construction de nouveaux bâtiments (10 000 m2). Depuis 2011, le site a fait l’objet de nombreuses opérations préventives, prescrites par le Service régional de l’archéologie et réalisées par le Service archéologique de la ville de Lyon. En 2016, plusieurs interventions ont investi aussi bien les cours et les sous-sols que les bâtiments actuels. Elles ont permis de mettre au jour des vestiges qui s’échelonnent sur la longue durée et qui permettent d’aborder, pour le Moyen Âge et l’Époque moderne, l’ancien Hôtel-Dieu dans sa topographie et dans son occupation funéraire, les constructions liées à l’hôpital des Quatre-Rangs, construit au xviie s., les cimetières des communautés juive et protestante, mais aussi les habitations annexées aux xviie et xviiie s.

L’ancien Hôtel-Dieu (tranche 9k, bâtiments R et S)

2La tranche 9k, bâtiments R et S, concerne d’une part, un petit bâtiment qui longe, au nord, l’actuelle chapelle, et d’autre part, le vaste bâtiment qui constitue l’angle NO de l’Hôtel-Dieu. Dans le bâtiment qui ferme l’Hôtel-Dieu, au NO, ont été reconnus les vestiges d’habitats attribuables au xviiie s. Dans le bâtiment adjacent à la chapelle actuelle (1637-1650) ont été mis au jour les vestiges bâtis de l’ancien Hôtel-Dieu tel qu’il figure sur le Plan scénographique de la ville de Lyon, avant sa destruction au profit de l’hôpital des Quatre-Rangs (1620-1637). Il s’agit en particulier du mur gouttereau nord du bâtiment principal, qui servait à la fois de chapelle et de salle d’hébergement pour les indigents et les voyageurs. Le mur s’étend sur une longueur de 30 m environ pour une hauteur de 7 m. En faisant abstraction des perturbations contemporaines, il comporte une porte basse et sept fenêtres hautes, couvertes d’un arc brisé, qui pourraient correspondre à la construction commanditée par les consuls de la ville, à la charnière du xve et du xvie s. Il doit être mis en relation avec les vestiges mis au jour dans les sondages réalisés de part et d’autre de ce mur soit, du côté intérieur, deux niveaux de tomettes et un mur perpendiculaire, qui atteste d’une subdivision intérieure intervenant dans un second temps, et, du côté extérieur, le mur-bahut et les sols successifs de la galerie sud de l’ancien cloître (tranche 9e, caves nord). À la base de ce mur de la fin du Moyen Âge a été repérée une autre maçonnerie, qui ne correspond pas à la fondation du mur, mais à une construction antérieure. Elle est malheureusement trop mal documentée pour en tirer de réelles conclusions quant au premier Hôtel-Dieu, qui pourrait remonter au xiie s. (Responsable d'opération : Olivia Puel.)

Les sous-sols en partie nord (tranche 9e, caves nord)

3La tranche 9e, caves nord, concerne les sous-sols des bâtiments localisés dans la moitié nord de l’Hôtel-Dieu, au-delà de la chapelle actuelle. Tous les sous-sols explorés n’ont pas livré de vestiges ; aussi la notice est-elle limitée aux sondages positifs. À proximité immédiate de la chapelle, dans le secteur où se trouvent les vestiges de l’ancien Hôtel-Dieu (tranche 9k, bâtiments R et S), des sondages ont été réalisés de part et d’autre du seul mur conservé de l’ancien établissement, qui remonte, pour l’essentiel, à la fin du xve s.

4Au nord de ce mur, dans la galerie sud du cloître actuel, construite dans le premier tiers du xviie s., ont été mis au jour les vestiges d’une galerie antérieure, large de 2 m : un mur-bahut et au moins deux niveaux de tomettes successifs, le plus récent d’entre eux ayant accueilli une tombe double dans la première moitié du xvie s. Au sud du même mur, dans le secteur de l’ancien Hôtel-Dieu, a été découvert un mur perpendiculaire, postérieur au précédent, qui délimite une porte ouvrant sur le cloître, et deux niveaux de tomettes successifs. Le sol le plus ancien correspond au sol le plus récent de l’ancienne galerie.

5Des sépultures multiples, fonctionnant avec cet établissement antérieur à l’hôpital du xviie s., ont été mises au jour dans les caves des bâtiments bordant au sud et à l’est la cour de la pharmacie. Elles ont accueilli de nombreux individus, dont certains présentaient des atteintes osseuses caractéristiques de la syphilis. Associées à la découverte d’un important lot de moules monétaires datés du Bas-Empire, ces découvertes ont donné lieu à la prescription de fouille, conduite par Anne-Catherine Le Mer, à l’automne 2016 (tranche 9e, bâtiments Q et O).

6Au NE de l’Hôtel-Dieu, dans les bâtiments de façade, ont été observés deux murs d’échiffre, attestant de l’existence d’un escalier, orienté d’ouest en est, d’un sol dallé, ayant fait l’objet d’une récupération, et des piédroits d’une ouverture, actuellement bouchée. Ces aménagements, associés aux données fournies par les plans anciens, notamment le Plan scénographique, permettent de restituer un accès au Rhône, possiblement établi au cours du xvie s. et conservé comme un passage souterrain lors de l’extension de la façade au xixe s. (Reponsable de l'opération  : Olivia Puel, notice rédigée avec Étienne Hofmann.)

Les bâtiments de façade (tranche 9k, bâtiment N)

7La tranche 9k, bâtiment N, concerne les bâtiments longeant le quai, du côté nord. L’analyse des élévations a permis d’identifier des constructions multiples, heureusement documentées par les archives de l’établissement. Le premier bâtiment est une cuisine, construite en 1678-1679, sur un axe N-S, le long du Rhône, en remplacement de l’ancienne cuisine aménagée, quarante ans plus tôt, dans le bras est des Quatre-Rangs. Il est suffisamment éloigné de la boucherie qui, depuis la fin du Moyen Âge, ferme l’hôpital du côté nord et qui a été étendue en direction du Rhône, vers 1680, pour permettre la conservation ou l’aménagement de locaux de service en structures légères. La cuisine est agrandie dès 1702 ; elle rejoint alors la boucherie. Elle est dotée, dans les deux cas, de grandes ouvertures donnant sur les courtines de la ville. Elle est aussi surmontée par une série de chambres ou de lieux de stockage. Ces bâtiments sont enfin doublés, sur le quai, par l’aile Soufflot, dont la construction intervient vers 1741. Ils subissent aussi quelques réaménagements ponctuels au cours du xixe s., en particulier avec la construction d’un vaste escalier monumental en arrière de la nouvelle façade. (Responsable d'opération : Olivia Puel.)

La crypte des Juifs (tranche 9e, crypte)

8La tranche 9e, crypte, concerne une cave correspondant vraisemblablement à un cimetière juif qui, d’après les archives hospitalières, aurait fonctionné entre 1775 et 1794. Subdivisée en plusieurs phases d’intervention, l’opération a concerné toute la superficie de la cave, mais elle n’a pas atteint une profondeur suffisante pour fouiller les sépultures. En dehors de quelques maçonneries attribuables à l’époque antique, l’essentiel des vestiges se rapporte à l’utilisation de ce lieu comme cimetière au xviiie s. Sur l’ensemble de la surface étudiée ont été mises au jour 33 fosses d’inhumation qui ont permis d’aborder la question de la gestion de l’espace funéraire. L’analyse de la chronologie relative et de la répartition des structures a mis en évidence deux phases successives en termes d’occupation funéraire. Dans un premier temps, 20 tombes au moins sont alignées les unes à côté des autres, le long des murs. Elles n’empiètent ni sur les fosses voisines, ni sur l’allée centrale, réservée à la circulation. Dans un second temps, 8 nouvelles tombes recoupent des fosses d’inhumations de la première phase, tout en préservant l’allée centrale dépourvue de sépultures. Dans un dernier temps, deux vastes creusements, pouvant correspondre à des sépultures multiples, recoupent à la fois les tombes plus anciennes et l’allée centrale, signe que le manque de place prend désormais le pas sur le respect des sépultures antérieures. Les résultats de cette opération archéologique ont été confrontés à l’analyse de la documentation textuelle et ont donné lieu à la rédaction d’un article collectif. (Responsable d'opération : Olivia Puel.)

La cour Saint-Henri (tranche 9j)

9La tranche 9j, cour Saint-Henri (ancienne cour de la cuisine), est localisée dans la partie centrale, à l’est de l’Hôtel-Dieu, légèrement au SE de la chapelle actuelle. Une emprise restreinte a également été explorée dans la grande galerie orientale située entre la cour Sainte-Élisabeth et la cour Saint-Henri. Cette intervention, effectuée de mai à août 2016, fait suite à une opération de sondages réalisés en 2014 (cf. tranches 7-8 : chroniques dans Archéologie médiévale, 45, 2015, p. 180).

10La fouille située dans la galerie a mis au jour les murs d’habitation du quartier du Bourgchanin, qui se développe au sud de l’hôtel-Dieu entre le xiiie et le xviiie s., date à laquelle il est partiellement détruit lors de l’extension de l’hôpital par l’architecte Soufflot. Une fosse et un fossé orienté N-S, creusés dans les sédiments fluviatiles entre le milieu du xiiie et le xive s., ont été partiellement observés sous ces vestiges.

11La fouille de l’emprise principale, située dans la cour Saint-Henri, a mis au jour une petite aire funéraire dans l’angle NE de la cour. L’étendue totale de cette zone sépulcrale n’a pas pu être estimée, l’étude étant limitée par les fondations des bâtiments au xixe s. (encore en fonction) et les limites de l’emprise de fouille. Au total, 8 sépultures individuelles et plurielles ont été fouillées et ont livré les restes appartenant à 27 individus. Les datations 14C situent les inhumations entre 1441 et 1473 et l’emplacement correspond à ce qui devait être à l’époque les jardins de l’Hôtel-Dieu. La comparaison avec les autres sépultures retrouvées sur le site de l’actuel Hôtel-Dieu incite à relier ces inhumations à l’hôpital. Les individus pourraient avoir succombé à une épidémie ou aux suites d’une (ou plusieurs) pathologie(s) à l’origine de leur prise en charge. Ces sépultures sont parmi les plus anciennes structures funéraires liées au fonctionnement de l’hôpital actuellement identifiées. Au sud de la zone funéraire et occupant la majorité de l’emprise se trouvaient les vestiges d’un bâtiment pouvant correspondre à une construction de 1539. Cet édifice a connu (au moins) deux états différenciés, possiblement en lien avec ses changements de fonction : d’abord réservé aux nourrices, enfants et femmes enceintes et accueillant la cuisine, il fut ensuite transformé en buanderie. Les affectations successives sont sans doute corrélées à la présence d’une pompe à eau dont le puits a été identifié plus au sud à l’extérieur de l’édifice. Ce puits se situe sous le niveau de circulation de la rue Serpillière (observée en 2015 plus à l’ouest au sud de la chapelle sur la tranche 5 : cf. chroniques dans Archéologie médiévale, 46, 2016) qui séparait le quartier du Bourgchanin au sud, de l’Hôtel-Dieu au nord, avant son agrandissement. Le bâtiment a été détruit en deux temps lors des réaménagements de l’Hôtel-Dieu : une première fois partiellement, au xviiie s., lors de la création de la grande galerie Soufflot à l’est de la cour Saint-Henri et de la mise en chantier du grand dôme (ce que plusieurs plans anciens attestent), puis une seconde fois, intégralement, lors de la réalisation de la galerie nord au xixe s. (Responsable de l’opération : Stéphane Ardouin, notice rédigée avec Étienne Hofmann et Otilia Stoica.)

La cour de la pharmacie (tranche 6)

12Dans le cadre de la reconversion de l’Hôtel-Dieu, une fouille préventive a été réalisée du 3 décembre 2015 au 3 juin 2016 dans une cour intérieure de 1 000 m2, située au NO de cet ensemble monumental. Cette opération fait suite à un diagnostic réalisé en juillet 2015 (RO : E. Bouvard), qui avait mis en évidence l’importance de la densité et de la succession des niveaux sépulcraux. Bien que réalisée dans des conditions difficiles (une forte co-activité liée aux restaurations des édifices attenants et un temps d’intervention imposé nettement insuffisant par rapport à la densité des vestiges), la fouille a permis d’approfondir significativement notre connaissance de ce secteur de l’Hôtel-Dieu. La découverte d’une sépulture formellement attribuée au haut Moyen Âge vient compléter celles déjà réalisées dans les cours de la chaufferie en 2012 (RO : é. Bertrand) et Sainte-Marie en 2015 (RS : A.-C. Le Mer).

13Quelques murs et puits sont attribuables à des maisons qui jouxtaient l’Hôtel-Dieu aux xve-xvie s. Ces maisons furent détruites lors de l’extension progressive de l’hôpital vers le nord, avec notamment la construction des bâtiments des Quatre-Rangs dans la première moitié du xviie s.

14Les vestiges sont essentiellement funéraires. Un important cimetière hospitalier a en effet été mis au jour sur la majorité de la parcelle. Le sud de la cour, où les plus anciennes inhumations datent de la fin du Moyen Âge, ou du début de la période moderne, relevait probablement du cimetière attenant au bâtiment originel de l’Hôtel-Dieu. Entre le xvie et le xviie s., la zone d’inhumation s’étend considérablement au nord et intègre les jardins situés à l’arrière de maisons encore habitées. La fouille de cette aire a révélé une densité peu fréquente. Quelque 800 individus sur plus de 4 000 estimés ont pu être prélevés. Les modes de dépôts laissent observer des fosses à dépôts multiples, parfois creusées sur plusieurs mètres de profondeur et dans lesquelles la chaux est fréquemment employée. La gestion de cet espace funéraire et les raisons de son extrême densité (cimetière d’hôpital, phénomènes épidémiques, crises de mortalité diverses) restent à éclaircir.

15À la fin du xviie s., la cour est coupée en deux zones distinctes par la construction d’une grande cave centrale, orientée E-O, qui détruit de nombreux niveaux d’inhumation antérieurs. Seule la partie nord du cimetière continu de fonctionner. Ce secteur avait, selon les archives, été concédé à la communauté protestante et, dans une moindre mesure, à la communauté juive. Dans leur grande majorité, les inhumations sont individuelles et les corps enveloppés de linceuls sont déposés en cercueils. La découverte de quelques parures semble dénoter la présence de personnes aisées parmi celles inhumées. L’une d’entre elles, aristocrate anglaise de sang royal, repose à l’intérieur d’un sarcophage en plomb surmonté d’une épitaphe.

16Après l’abandon du cimetière protestant à la fin du xviiie s., la cour est profondément remaniée, notamment par la construction d’une laverie associée à une buanderie au milieu du xixe s. (Responsable de l’opération : Stéphane Ardouin, notice rédigée avec Isabelle Bouchez, Arnaud Tastavin et Camille Vanhove.)

Lyon, localisation des opérations faisant l’objet d’une notice sur le plan du site de l’Hôtel-Dieu.

Lyon, localisation des opérations faisant l’objet d’une notice sur le plan du site de l’Hôtel-Dieu.

DAO C. Ybard

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lyon, localisation des opérations faisant l’objet d’une notice sur le plan du site de l’Hôtel-Dieu.
Crédits DAO C. Ybard
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6951/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 470k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Hofmann, Otilia Stoica, Isabelle Bouchez, Arnaud Tastavin et Camille Vanhove, « Lyon 2e (Rhône). Hôtel-Dieu »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 200-202.

Référence électronique

Olivia Puel, Stéphane Ardouin, Étienne Hofmann, Otilia Stoica, Isabelle Bouchez, Arnaud Tastavin et Camille Vanhove, « Lyon 2e (Rhône). Hôtel-Dieu » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6951

Haut de page

Auteurs

Étienne Hofmann

Articles du même auteur

Otilia Stoica

Isabelle Bouchez

Arnaud Tastavin

Camille Vanhove

Haut de page

Responsables d'opération

Olivia Puel

mairie de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Stéphane Ardouin

mairie de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals