Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Lyon 5e (Rhône). 2 chemin de Montauban : anciennes archives départementales, ancien couvent des Carmes

Responsable d’opération : Cyrille Ducourthial
p. 202-203

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : mairie de Lyon

Texte intégral

1La reconversion des anciennes archives départementales en établissement d’enseignement supérieur a fourni l’occasion de diagnostiquer les bâtiments du couvent des Carmes déchaussés qu’elles occupaient depuis 1911. Situé sur un balcon du versant nord de la colline de Fourvière, dominant la Saône de près de 50 m, le site est occupé dès l’époque antique. La fouille de l’emprise de la fondation d’une grue de chantier a fortuitement mis au jour la façade d’un bâtiment fondée perpendiculairement à la pente, dans les sables argileux gris-vert et les limons partiellement grésifiés du Miocène qui nappent le socle rocheux. Les restes d’un mur de refend sont aboutés à sa face interne. Aucun sol associé n’a été conservé. Le mur est amputé de ses extrémités par deux grandes fosses, comblées par le produit de la démolition d’un habitat des iie-iiie s. L’un de ses comblements sert de radier de fondation à un petit massif de maçonnerie arasé à 208,57 m NGF, et prolongé au xive s. par un modeste aménagement de jardin en pierres sèches – seul vestige découvert des maisons médiévales connues grâce aux archives. Une brèche dans le mur d’une cave située à plus de 30 m de là, laisse encore apercevoir plusieurs maçonneries antiques en élévation, culminant à 210,74 m. L’espace intermédiaire est occupé par un épais matelas de limon argilo-caillouteux colluvionné, particulièrement compact et cohésif, dans lequel ont été fondés tous les bâtiments ultérieurs.

2Le couvent des Carmes est fondé en 1617 par Philibert de Nérestang, grand maître des ordres de Notre-Dame et Saint-Lazare, sur le domaine rural de Thunes, apparu 250 ans plus tôt dans la documentation. Deux maisons occupent alors le domaine. La maison du Petit Thunes, dont une partie de la façade septentrionale a été mise au jour au cours du diagnostic et qui est figurée sur le grand plan scénographique, a sans doute été construite au début du xvie s., par Pierre Garbot, membre important de la chancellerie royale. La maison du Grand Thunes, plus récente (fin xvie-début xviie s.), est probablement l’œuvre des Scarron, une famille de notables lyonnais auxquels le domaine est finalement racheté. C’est dans cette seconde maison que les Carmes s’installent et aménagent une chapelle provisoire en 1618. La construction de l’église Notre-Dame du Montcarmel, débutée en 1623, est rapidement interrompue : il faut reloger les moines ailleurs que dans la maison du Grand Thunes, à laquelle il a été prévu de greffer la nef, et qui devait elle-même accueillir un chœur à deux niveaux. Un premier dortoir, avec réfectoire en rez-de-chaussée, est construit en 1625 contre la façade septentrionale du Petit Thunes, perpendiculairement au noviciat abouté quelques années plus tôt au pignon ouest de la même maison. L’espace séparant les deux maisons de Thunes est transformé en cloître. L’église est finalement consacrée en 1640, mais ne fut achevée qu’après 1666. En 1650, les Carmes entreprennent la construction d’un grand corps de logis s’étendant de la façade de l’église au cloître. Il comprend plusieurs espaces fonctionnels au rez-de-chaussée (sacristie, chambre des pèlerins, parloir, salle capitulaire, etc.) et un vaste dortoir cloisonné à l’étage. En 1663, l’ancien noviciat est transformé pour accueillir de nouvelles cuisines, un chauffoir, une infirmerie et une chapelle. L’ensemble est distribué par un escalier à quatre noyaux construit dans l’ancienne maison du Petit Thunes rehaussée à cet effet. Dans l’étage ajouté au cours de la même campagne à la maison du Grand Thunes, on aménage une bibliothèque. En 1684, un dernier corps de logis est construit sur le côté sud du cloître, le long du chemin de Montauban. Il abrite deux niveaux de dortoirs au-dessous d’une roberie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Ducourthial, « Lyon 5e (Rhône). 2 chemin de Montauban : anciennes archives départementales, ancien couvent des Carmes », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 202-203.

Référence électronique

Cyrille Ducourthial, « Lyon 5e (Rhône). 2 chemin de Montauban : anciennes archives départementales, ancien couvent des Carmes » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6957

Haut de page

Auteur

Cyrille Ducourthial

mairie de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Cyrille Ducourthial

mairie de Lyon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals