Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Mans (Le) (Sarthe). Jardins de la cathédrale

Responsable d’opération : Stéphane Augry
p. 203

Entrées d’index

Année de l'opération:

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap

Rapport final d'opération : http://dolia.inrap.fr/flora/ark:/12345/0143907

Texte intégral

1Cette nouvelle campagne de diagnostic dans les jardins de la cathédrale Saint-Julien fait suite à la fouille réalisée au premier trimestre 2016. Trois sondages profonds en paliers ont pu être effectués et deux tranchées de faibles profondeurs complètent les informations récoltées. Ces dernières ont notamment permis la découverte d’un court tronçon de courtine de l’enceinte romaine, dans un bon état de conservation.

2L’ensemble des sondages profonds témoigne d’une épaisseur stratigraphique conséquente. Le substrat n’a pu être atteint. La partie supérieure de la séquence correspond probablement à la base du remblaiement du talus fouillé début 2016. Le reste de la stratigraphie présente quelques surfaces de circulation, interprétées comme des niveaux de chantier. Certains sont à rattacher au chantier de construction du chevet gothique (datés de la première moitié du xiiie s.). Pour les niveaux les plus profonds, les remblais sont à la fois massifs et stratifiés. Il n’a pas été possible de déterminer s’ils correspondent à une vaste plate-forme mise en place pour le chantier de construction de la cathédrale, ou aux comblements de grands fossés défensifs. L’hypothèse privilégiée pour l’instant identifie les séquences rencontrées avec des comblements de fossés médiévaux (xiie-xiiie s.) associés au mur du castrum. Le mobilier archéologique récolté est rare et souvent remanié, il n’en reste pas moins déterminant pour la compréhension de l’évolution de la topographie historique. La masse de remblai livre effectivement du mobilier antique en position secondaire, mais aussi des ensembles du ixe-xie s. jusque-là absents des niveaux fouillés.

3Les deux murs de courtine, construits au milieu du xive s., présentent des aspects bien distincts l’un de l’autre, comme cela avait été observé pour la partie supérieure conservée. Le mur sud apparaît plus soigné, au moins dans l’usage des matériaux. Les deux murs fonctionnent à l’évidence comme des murs de terrasse, ce qui signifie qu’une partie du talus « d’artillerie » dépend du système défensif dès sa conception. Un négatif de poutre en bois, formant tirant et intégrée dans la maçonnerie, a été mis au jour à la base de la fondation du mur sud. Le mur à l’est présente une configuration plus classique.

4Un mur, accolé à la tour romaine, interprété comme appartenant à la nouvelle salle capitulaire construite au xve s. a été dégagé partiellement jusqu’à sa base. Il comporte un certain nombre de pierres de remploi et repose sur une fondation arasée dont il n’a pas été possible de déterminer la fonction. La datation proposée repose sur des rares tessons attribués au Moyen Âge.

5Des éléments anciens de gestion des eaux pluviales de la cathédrale ont également été découverts (puits et canalisations). Des observations ont pu être conduites sur le parement externe de la cathédrale, qui est dans son état d’origine et présente une grande homogénéité. Les imposants ressauts de fondation d’un contrefort et du mur de la chapelle axiale ont pu être étudiés en fond de sondage. Des niveaux de chantiers sont associés à ces maçonneries. Une datation radiocarbone a été effectuée sur un charbon issu d’un niveau de chaux accolé au contrefort. La fourchette proposée est cohérente : elle fixe un terminus post quem en 1220. Cela conforte l’hypothèse d’un commencement des travaux peu de temps après l’autorisation de Philippe-Auguste en 1217.

6Le bilan de l’opération confirme le fort potentiel archéologique du secteur. Une partie des niveaux d’occupation, dont les niveaux antiques, ont probablement été détruits. On s’interroge sur la configuration du relief primitif et sur l’impact qu’ont pu avoir les différents aménagements anthropiques, même si le cadre restreint de l’évaluation permet juste de les entrapercevoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Augry, « Mans (Le) (Sarthe). Jardins de la cathédrale »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 203.

Référence électronique

Stéphane Augry, « Mans (Le) (Sarthe). Jardins de la cathédrale » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 28 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6958

Haut de page

Auteur

Stéphane Augry

Inrap

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Augry

Inrap

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals