Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainOrléans (Loiret). Chapelle Saint-...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Orléans (Loiret). Chapelle Saint-Hubert du Grand Cimetière (Campo-Santo)

Responsable d’opération : Clément Alix
p. 204

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : pôle d’archéologie de la ville d’Orléans

Texte intégral

1La chapelle Saint-Hubert est un petit édifice quadrangulaire (5,15 m × 4,65 m dans l’œuvre) à vocation funéraire, situé dans l’angle NO du grand cimetière d’Orléans (appelé aujourd’hui Campo-Santo), vaste espace d’inhumation (105 m × 77 m dans-œuvre) attesté par les sources textuelles depuis le milieu du xiie s. et bordé de galeries à arcades à partir de la fin du xve s. L’ensemble est classé au titre des Monuments historiques par arrêté du 8 février 1913.

2L’opération archéologique a porté sur les élévations des murs nord et ouest de la chapelle, en préalable à des travaux de restauration. L’étude a permis de reconnaître le parti architectural initial. Le bâtiment, épaulé par des contreforts d’angle au nord, formait un volume unique ouvert au sud sur les galeries du cimetière et éclairé à l’ouest, au nord et à l’est par trois grandes baies axiales. Ces fenêtres initialement dotées d’un remplage et d’un meneau étaient moulurées de tores à listel entre doucines fuyantes, reposant sur des bases buticulaires. Les parements internes des murs en pierre de taille contrastaient avec les élévations extérieures montées en petit appareil irrégulier recouvert par un enduit. Ce parement interne se caractérise par une mixité des calcaires qui répondait à une hiérarchisation précise. Reposant sur un soubassement en calcaire lacustre de Beauce, il est en tuffeau, matériau peu attesté à Orléans avant la Renaissance (carrières de Bourré, Loir-et-Cher). Un calcaire du Nivernais (d’Apremont-sur-Allier) a été réservé pour les chaînes d’angle, qui conservent par ailleurs des traces de bûchement prouvant l’existence de supports pour un voûtement en ogives qui ne fut jamais achevé. Le calcaire d’Apremont a également été employé pour la partie inférieure des baies alors que tout le reste de l’encadrement était en tuffeau (partie supérieure des piédroits et arc). C’est également avec ce matériau que furent réalisés, à l’extérieur, les décors sculptés au sommet des contreforts (gâble à fleuron inscrit devant un trilobe) et les rampants du pignon. Outre les aspects techniques de la construction, quelques éléments liés aux fonctions (armoire liturgique) et au décor intérieur ont pu être appréhendés : traitement coloré en partie inférieure des murs et badigeon blanc au-dessus, tracé préparatoire pour décor peint (ruban enroulé) sur l’ébrasement de la fenêtre nord. Le toit de la chapelle est porté par une charpente à pannes, en chêne, dotée de deux fermes, qui ont pu être comparées à celles couvrant les ailes du grand cimetière. Tous ces éléments suggèrent une construction de la chapelle dans la première moitié du xvie s., qui a été confirmée par une datation dendrochronologique de 1533. Les prélèvements effectués sur les bois des galeries du cimetière confirment la contemporanéité de ces dernières avec la chapelle, qui font partie d’un même programme commun. Ils attestent également de campagnes de reconstruction des galeries ouest et nord entre 1601 et 1618, suite aux guerres de Religion, puisque les sources écrites évoquent une démolition en 1577. Durant l’époque moderne, les meneaux et les remplages des baies furent détruits et de nouveaux panneaux de verre installés. Les remaniements suivants concernent la destruction des baies et leur remplacement par une travée de fenêtres rectangulaires sur chaque façade. Ces modifications sont consécutives à l’insertion d’un plancher intérieur, vers 1806, séparant rez-de-chaussée et étage. Elles interviennent suite à la désaffectation de la chapelle qui devient un logement pour la caserne d’artillerie Duportail, située immédiatement à l’ouest. Réunie aux travées nord de la galerie occidentale du grand cimetière, l’ancienne chapelle abrita ensuite les Archives municipales d’Orléans jusque dans les années 1970, avant d’être inoccupée.

Orléans, chapelle Saint-Hubert du Grand Cimetière, relevé de la face interne du mur nord.

Orléans, chapelle Saint-Hubert du Grand Cimetière, relevé de la face interne du mur nord.

Cl. C. Alix

Haut de page

Table des illustrations

Titre Orléans, chapelle Saint-Hubert du Grand Cimetière, relevé de la face interne du mur nord.
Crédits Cl. C. Alix
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 494k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Chapelle Saint-Hubert du Grand Cimetière (Campo-Santo) »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 204.

Référence électronique

Clément Alix, « Orléans (Loiret). Chapelle Saint-Hubert du Grand Cimetière (Campo-Santo) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 05 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6963 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6963

Haut de page

Auteur

Clément Alix

pôle d’archéologie de la ville d’Orléans

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Clément Alix

pôle d’archéologie de la ville d’Orléans

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search