Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainParis 6e (Paris). Réfectoire du c...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Paris 6e (Paris). Réfectoire du couvent des Cordeliers

Responsable d’opération : Gaëlle André
Notice rédigée avec Amandine Charles
p. 206-207

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Éveha

Texte intégral

1Dans le cadre d’un projet de rénovation du réfectoire du couvent des Cordeliers mené par la RIVP (régie immobilière de la ville de Paris), un diagnostic a été réalisé entre le 17 juin et fin juillet 2002 sous la direction de la Commission du vieux Paris (actuellement DHAAP), en partenariat avec l’Inrap. Suite à ce diagnostic, des fouilles archéologiques ont été menées en 2016 par le bureau d’études Éveha sous la responsabilité de Gaëlle André. Cet édifice majeur se localise sur la rive gauche, dans l’enceinte de la faculté Paris-Descartes, au 15 rue de l’École de Médecine.

2L’opération archéologique s’est déroulée en deux phases. La première, couvrant tout le mois de juin 2016, a été menée par une équipe de cinq personnes et s’est concentrée sur l’intérieur du réfectoire. En septembre de cette même année, un sondage a été ouvert dans la cour attenante, au nord du réfectoire. L’exécution technique de cette intervention a été le problème le plus délicat à résoudre du fait de la localisation de ce chantier à la fois en milieu urbain et au sein d’un édifice encore en élévation et classé. Par ailleurs, il faut préciser que la prescription archéologique, dont l’objet était essentiellement l’étude du sol du réfectoire, ne nous permettait pas de descendre en dessous de ce niveau, hormis ponctuellement, dans des tranchées périphériques créées pour l’installation d’un chauffage par le sol.

3L’intérieur de l’édifice est une salle oblongue, orientée O-E, scindée en deux par une ligne axiale de treize piliers de bois délimitant l’espace de 56 m de long en quatorze travées. Le sol en carreaux de pavement a été bien identifié au fond de l’édifice, sous seulement 20 cm de sable et de gravats. En avançant vers le portail occidental, le pavement se détériore progressivement. Aucune trace du pavement originel ne subsiste au-delà de la travée 6 où seuls quelques éléments s’appuient encore contre le ressaut du mur gouttereau sud du réfectoire. La présence des sondages bouchés par des dalles de ciment réalisés par le service des Monuments historiques dans les années 1980-1985 (en noir sur le plan), ainsi que les fondations de multiples murs de cloisonnement des xviii-xixe s., ont largement contribué à la destruction du sol, rendant ainsi difficile sa lecture et sa compréhension. Ce sol se compose d’un pavement de briques et de carreaux. Les briques forment le pourtour du pavement sur 1,46 m de large, tandis que son centre est composé de tapis réalisés en carreaux posés en diagonale et séparés par une simple bande de carreaux posés droits. L’usure de ce sol est telle que seules d’infimes traces de glaçure brun-vert subsistent sur quelques carreaux des bandes axiales. Ce pavement, par l’utilisation conjointe du motif de répartition en panneaux (usité à l’époque médiévale) et par l’emploi de la brique allongée (qui apparaît à Paris au xve s.), marque la transition entre le Moyen Âge et la Renaissance, alliant ainsi l’ancien à la modernité. Ce pavement révèle également des traces de réfection plus tardive.

4Le sol du réfectoire est fortement perturbé par les nombreux vestiges postérieurs qui sont autant d’indices des différents emplois afférant au réfectoire au cours du temps. Des latrines, également postérieures à la construction initiale du réfectoire, ont été fouillées. Localisées sous la chaire du lecteur située sur le mur nord de l’édifice et au niveau de la dixième travée, elles se présentaient sous la forme d’une cavité dont le plan est un rectangle de 3 m de long (axe N-S) pour un peu plus de 2,80 m de large (axe E-O). La hauteur sous voûte était de 2,77 m au maximum. Cette voûte en berceau présente, dans sa partie ouest, un aménagement permettant l’accès à la cavité. Ces latrines se sont révélées cependant entièrement curées.

5À l’extérieur de l’édifice, un sondage profond de 2,10 m, sur le côté nord, au niveau de la cinquième travée, a permis de mettre au jour une chaufferie très bien conservée, datant probablement de la fin du xixe ou du début du xxe s. Elle est à corroborer avec plusieurs systèmes de canalisations successifs mis au jour à l’intérieur du bâtiment dont elle est la dernière version : ils permettaient de chauffer les salles situées dans la moitié ouest du bâtiment, près du portail. La chaufferie s’appuie sur des murs plus anciens qui structuraient la cour dans laquelle étaient installées, d’après les sources historiques, les cuisines du couvent des Cordeliers.

Paris 6e, plan général des vestiges.

Paris 6e, plan général des vestiges.

DAO X. Husson

Haut de page

Table des illustrations

Titre Paris 6e, plan général des vestiges.
Crédits DAO X. Husson
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6965/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaëlle André et Amandine Charles, « Paris 6e (Paris). Réfectoire du couvent des Cordeliers »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 206-207.

Référence électronique

Gaëlle André, Amandine Charles, « Paris 6e (Paris). Réfectoire du couvent des Cordeliers » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6965 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6965

Haut de page

Auteurs

Gaëlle André

Éveha

Articles du même auteur

Amandine Charles

Haut de page

Responsable d’opération

Gaëlle André

Éveha

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search