Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Perpignan (Pyrénées-Orientales). Église de Saint-Jean-le-Vieux

Responsable d’opération : Nicolas Guinaudeau
p. 208

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Acter Archéologie

Texte intégral

1La fouille de l’absidiole nord de l’église Saint-Jean-le-Vieux (commune de Perpignan) s’est déroulée entre le 16 juillet et le 12 août 2016. Elle a permis l’étude de vestiges situés à l’emplacement probable du noyau primitif de la villa de Perpignan, mentionnée pour la première fois dans les sources écrites en 927. Le dégagement de l’absidiole nord de l’église Saint-Jean-le-Vieux, réalisé dans le but de permettre la reconstruction de cette partie de l’édifice, constituait l’objectif principal de cette intervention. Les données recueillies au cours de l’opération démontrent une occupation du site depuis le Moyen Âge classique jusqu’à l’époque contemporaine.

2La construction de l’absidiole nord de Saint-Jean-le-Vieux, accompagnée d’un apport de remblais, est intervenue durant le Moyen Âge classique. L’étude du mobilier recueilli dans le cadre de cette opération, la mise en œuvre du bâti et les rapports stratigraphiques observés situent l’édification de cette partie de l’édifice religieux durant le xie s., voire au début du xiie s. L’élévation de l’absidiole nord, bâtie en galets liés au mortier de chaux blanc chargé en sables fins, est conservée sur 1,16 m de hauteur. Ce mur de 1,81 m de large est doté de 3 contreforts peu saillants réalisés à l’aide de blocs de grès rouge. Ces massifs étaient vraisemblablement destinés à supporter une arcature aveugle, à l’instar de celles visibles au niveau du chevet de l’église. La fondation de l’absidiole NE débordante et atteint 2,24 m de large. Elle est bâtie en galets liés au mortier de chaux jaunâtre chargé en sables. Une maçonnerie utilisant un mortier de chaux de 1,90 m de long sur 1,40 m de large, conservée sur 0,10 m d’épaisseur, a été mise au jour au centre de l’espace intérieur de l’absidiole. En raison de son plan quadrangulaire et de son emplacement privilégié, elle est interprétée comme une probable base d’autel, très dégradée et qui repose au-dessus de remblais médiévaux (xe-xiiie s.). Alignés en bordure orientale de ce massif, deux arrachements circulaires et quatre trous de piquet marquent l’emplacement d’un second autel figuré sur un plan de 1762. Les données stratigraphiques situent son installation au plus tôt durant les xve-xvie s.

3Un espace de circulation doté d’un escalier et d’un sol en brique a été repéré à l’extérieur de l’absidiole nord. Son aménagement s’est accompagné d’un décaissement de l’ordre d’1 m, le niveau de circulation étant situé sous les fondations de l’absidiole du côté nord. La pièce créée est comblée au cours du xviiie s. afin de permettre l’installation d’un nouveau sol en brique, en partie conservé. Une ouverture est pratiquée dans l’épaisseur de l’absidiole nord à cette période. La destruction de l’absidiole provoque un nouveau surhaussement de l’espace durant la seconde moitié du xviiie s. Divers aménagements sont ensuite associés aux bâtiments du Cours Maintenon.

4À la demande du maître d’ouvrage et de l’agent du Service régional de l’archéologie en charge du dossier, un nettoyage en plan a été entrepris à l’intérieur du bras nord du transept de l’église Saint-Jean-le-Vieux. Cette opération a permis le dégagement d’une structure en brique identifiée comme les vestiges d’une cheminée de 4,60 m de diamètre reliée à un alandier voûté. Elle appartient à l’ancienne centrale électrique de Perpignan, installée dans le collatéral nord et le bras nord du transept à la fin du xixe s. par Edmond Bartissol. Sa construction s’est accompagnée d’un décaissement important de l’espace intérieur du bras nord du transept, aucun niveau antérieur au xixe s. n’ayant été appréhendé malgré la réalisation d’un sondage de 1,30 m de profondeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Guinaudeau, « Perpignan (Pyrénées-Orientales). Église de Saint-Jean-le-Vieux », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 208.

Référence électronique

Nicolas Guinaudeau, « Perpignan (Pyrénées-Orientales). Église de Saint-Jean-le-Vieux » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6970

Haut de page

Auteur

Nicolas Guinaudeau

Acter Archéologie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Nicolas Guinaudeau

Acter Archéologie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals