Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Poitiers (Vienne). Église Sainte-Radegonde

Responsable d’opération : Patrick Bouvart
Notice rédigée avec Mathieu Linlaud
p. 208-209

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Hadès

Texte intégral

1Initialement dédiée à Sainte-Marie, l’église Sainte-Radegonde de Poitiers est réputée avoir accueilli la sépulture de la reine des Francs en 587. Reconstruit plusieurs fois, le bâtiment devint une propriété communale à la Révolution. Classé au titre des Monuments historiques en 1862, il conserve sa fonction cultuelle jusqu’à nos jours et constitue l’un des centres d’intérêt patrimoniaux de Poitiers.

2Le portail occidental se caractérise par une architecture flamboyante. Une datation des vantaux repose sur les résultats d’une expertise par dendrochronologie. Les bois auraient été abattus vers 1490. Deux portes de la première travée de la nef, l’une appelée « du cimetière », l’autre « du prieur », conservent des vantaux a prioricomparables. Leur installation pourrait donc être contemporaine. Toutefois, la datation n’est pas si évidente, car ces ouvertures semblent appartenir à des phases de construction du xiiie s. En outre, plusieurs éléments d’assemblage et diverses serrures témoignent d’une évolution des dispositifs de fermeture. Prenant en compte la complexité d’une restitution historique, la ville de Poitiers asollicité une étude archéologique préalable à la restauration des vantaux de ces deux portes. L’orientation des résultats a été donnée par Annie Brillaud, chargée de la conservation du patrimoine pour la ville de Poitiers, accompagnée d’Éric Hebert, chargé de mission « rénovation du patrimoine ». Leur demande excluait une recherche documentaire et privilégiait les relevés détaillés et normalisés.

3Les connaissances relatives aux vantaux primitifs sont très ténues. Seule l’observation d’un trou pour escamoter une barre autorise l’évocation d’un dispositif de fermeture de la porte « du prieur ». Des indices suggèrent la présence d’un vestige comparable sur la porte « du cimetière ». L’hypothèse demande néanmoins à être vérifiée.

4Concernant les vantaux actuels des deux portes, les assemblages et mécanismes de fermeture sont comparables ainsi que les évolutions enregistrées. Dans les deux cas, il s’agit d’un unique vantail intégrant une porte-guichet. La structure correspond à des planches jointives de type « porte emboîtée ». Deux montants sont assemblés à quatre traverses par un dispositif de rainures et languettes chevillées. Un troisième montant sert de bâti dormant pour la porte-guichet. Il est lui-même assemblé en tête et en pied aux traverses. L’ensemble est raidi par des écharpes ou « décharges biaises », toujours de manière à transférer la charge vers le montant qui assure la rotation. L’orientation des écharpes est donc inversée entre le vantail et la porte. Les écharpes sont assemblées à entailleaux montants et traverses. Le vantail est complété de panneaux verticaux embrevés entre eux par des rainures et languettes. Les panneaux les plus épais sont unis aux traverses par un assemblage à rainures et languettes maintenu par deux chevilles. Les façades des portes sont agrémentées par des registres d’écus sculptés sur les panneaux et montants.

5Les planches jointives formant la façade des vantaux sont fixées aux écharpes par l’intermédiaire de clous, à tête pyramidale et base carrée, qui possèdent une tige fendue formant ainsi deux branches. Ces dernières sont rivetées à angle droit et viennent consolider l’ensemble de l’assemblage.

6Les pentures sont droites, avec une section en bâtière de 5,5 cm de large. Elles sont clouées sur la face interne et contribuent à maintenir les planches jointives entre les deux montants latéraux. La porte-guichet est articulée par deux pentures plates à ramification fixées sur la face interne. Les gonds sont fixés au montant intermédiaire du vantail.

7Deux entailles dans la porte-guichet témoigneraient de l’existence d’un dispositif de fermeture primitif disparu. Le mécanisme a pu fonctionner avec une entaille située au même niveau dans le montant du vantail. Toutes ces traces laissent penser que le mécanisme disparu est une serrure dite à vertevelles. La fermeture primitive du vantail pourrait comprendre deux verrous. Celui du haut est simple. Celui du bas était initialement contrôlé par une serrure à boîtier à bosse. À défaut d’une expertise par dendrochronologie, une comparaison avec le portail occidental est favorable à une mise en œuvre de l’ensemble vers la fin du xve s.

Poitiers, porte du cimetière.

Poitiers, porte du cimetière.

Relevé P. Bouvart

Haut de page

Table des illustrations

Titre Poitiers, porte du cimetière.
Crédits Relevé P. Bouvart
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6971/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Linlaud, « Poitiers (Vienne). Église Sainte-Radegonde », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 208-209.

Référence électronique

Patrick Bouvart, Mathieu Linlaud, « Poitiers (Vienne). Église Sainte-Radegonde » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6971

Haut de page

Responsable d’opération

Patrick Bouvart

Hadès

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals