Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainReims (Marne). Cathédrale de Reims

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Reims (Marne). Cathédrale de Reims

Responsables d'opération : Philippe Dillmann et Maxime L’Héritier
p. 209

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Lapa CEA

Texte intégral

1Le chantier de restauration de la rose occidentale de la cathédrale de Reims a mis au jour un système de plusieurs chaînages dans la maçonnerie de la rose. Sur prescription de la Drac, ceux-ci ont fait l’objet d’un relevé, de prélèvements pour analyses métallographiques et datation.

2Le système se compose de trois chaînages circulaires parallèles, dans l’épaisseur de la maçonnerie de la rose. Ils sont installés à la naissance des lancettes du réseau dans le prolongement des meneaux. La mise au jour des assemblages révèle que chaque chaînage est en réalité composé de six éléments distincts, se terminant à chaque extrémité par un œil et assemblés par des goujons. Chaque chaînon mesure en moyenne 3 × 2,5 cm de section pour 4 m de long soit environ 25 kg par pièce. Au passage de chaque meneau, les chaînages sont pourvus de petites ailettes d’environ 7 cm de long encadrant le meneau. De plus, les meneaux forts sont solidarisés aux chaînages par l’intermédiaire de goujons internes. Enfin, entre les différentes pièces du réseau, un système original de platines servant de guides aux trois goujons liant les pierres du réseau dans leur épaisseur a également été mis au jour. Au total, fers à vitraux non compris, les quantités de métal nécessaires au renfort de la rose s’élèvent entre 0,5 et 1 tonne.

3Les résultats des analyses métallographiques révèlent que la totalité des vingt fers étudiés (chaînages, ailettes, goujons, platines) se compose de fer de réduction directe, compatible avec une installation au xiiie s. lors de la construction de la rose. Les datations radiocarbone des armatures sont en cours pour confirmer la date de mise en œuvre (coll. S. Leroy et LMC14). En outre, les analyses ont permis de déterminer la nature du métal, relativement aciéré par rapport à la moyenne des fers architecturaux. Au vu de la composition des inclusions non métalliques, l’origine des fournitures semble toutefois multiple, et ce pour un même chaînage. Des prospections seront menées dans le territoire champenois pour caractériser les zones d’approvisionnement potentielles.

Reims, vue des trois cerclages de la rose occidentale de la cathédrale.

Reims, vue des trois cerclages de la rose occidentale de la cathédrale.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Reims, vue des trois cerclages de la rose occidentale de la cathédrale.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 675k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Dillmann et Maxime L’Héritier, « Reims (Marne). Cathédrale de Reims »Archéologie médiévale, 47 | 2017, 209.

Référence électronique

Philippe Dillmann, Maxime L’Héritier, « Reims (Marne). Cathédrale de Reims » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6973 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.6973

Haut de page

Auteurs

Philippe Dillmann

Lapa CEA

Maxime L’Héritier

Lapa CEA

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Philippe Dillmann

Lapa CEA

Maxime L’Héritier

Lapa CEA

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search