Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Saint-Hubert (Moselle). Implantation et organisation spatiale d’une abbaye cistercienne de Lorraine (xiie-xviiie s.)

Responsable d’opération : Agnès Charignon et Jean-Baptiste Vincent
p. 210

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : Inrap ; Craham

Texte intégral

1Le monastère de Villers-Bettnach est situé en Lorraine dans le département de la Moselle, à une vingtaine de kilomètres au NE de Metz sur la commune de Saint-Hubert. Le plateau Messin est formé de nombreuses vallées dont celle de la Canner qui sert de refuge aux moines cisterciens venus de l’abbaye de Morimond entre 1132 et 1134. En Lorraine, Villers-Bettnach est très certainement l’abbaye phare du duché. Elle est pourtant délaissée de la communauté scientifique. C’est en voulant développer une dynamique de recherche autour des abbayes cisterciennes de Lorraine que nous avons commencé l’étude de Villers-Bettnach, un site qui appelait à la fois à rechercher les principales caractéristiques architecturales, définir la gestion de l’espace ainsi que les aménagements du paysage indispensable pour assurer la pérennité d’une communauté religieuse. Tout d’abord, une étude hydro-géomorphologique a été réalisée sur le site, par l’intermédiaire d’un relevé topographique, des entités architecturales, fossoyées et hydrauliques. À partir de ces données, nous savons que les moines ont pris place dans une vallée à profil en « V » sans qu’ils n’aient eu besoin de terrasser massivement le milieu grâce à un phénomène d’interfluve. Effectivement, l’endroit choisi correspond à la confluence d’un second vallon créant à la fois un élargissement naturel de la vallée et une plate-forme liée au colluvionnement du vallon adjacent. Il en résulte que le cours d’eau de la vallée principale est repoussé contre le versant opposé à celui de l’interfluve, le plaçant à Villers-Bettnach, au nord. Ceci a une incidence sur l’aspect structurel de l’abbaye où l’abbatiale est placée au sud du cloître, favorisant l’adduction d’eau pour les bâtiments sanitaires. D’ailleurs, en amont de l’abbaye, des anciennes digues ont été retrouvées d’après une étude régressive des plans anciens, autorisant une restitution du réseau hydraulique utilisé pour assainir les bâtiments monastiques.

2L’étude de l’organisation spatiale et la proposition de restitution de l’abbaye ont porté sur l’analyse du bâti de l’abbatiale, de l’aile des moines et du cloître, dont l’état de conservation est très variable d’un bâtiment à l’autre. Nous avons pu proposer une restitution assez fiable de l’ensemble des vestiges au sein du carré claustral, hormis pour ceux du cloître. Ainsi, l’abbatiale disposait des principaux organes architecturaux, à savoir une nef de 60 m de long, composée d’un haut vaisseau central (30 m de long sur 24 m de large) flanquée de part et d’autre de collatéraux à six travées. Les bras du transept sont inégalement conservés, mais l’ensemble mesurait 30 m de long sur 10 m de large et sont structurellement liés avec la nef et le chœur. Ce dernier est en forme d’abside saillant de 10 m du transept sans déambulatoire ni chapelle. L’étude complète des techniques de construction de l’abbatiale définit un seul programme architectural du milieu du xviiie s., dont on peut suivre les grandes étapes. L’église primitive n’a laissé aucune trace dans les parements, et les vestiges sont probablement sous l’abbatiale du xviiie s. – la spatialisation des ensembles claustraux n’ayant pas été modifiée – et la nouvelle abbatiale ayant été largement agrandie (les nouveaux transepts ne sont pas alignés sur l’aile des moines, mais la dépassent). Pour l’aile des moines les vestiges sont très lacunaires. Ces faibles indices nous donnent tout de même le plan hors œuvre de l’édifice (60 m de long pour une largeur maximale de 13,4 m). Au centre de la construction, un réseau de caves voûtées est accessible, néanmoins, sa fonction nous échappe encore. Au-delà de l’aspect fonctionnel, une des caves est construite dans l’emprise de l’aile des moines, ses murs est et ouest correspondant aux fondations des gouttereaux. Une autre est en partie bouchée, laissant entrevoir le revers d’une sole de cheminée encadrée de montants. Cette cheminée est adossée au gouttereau extérieur ouest de l’aile des moines et se trouvait très certainement à l’intérieur du chauffoir de l’aile du réfectoire. Cet élément nous permet ainsi de positionner l’aile du réfectoire, alors qu’aucun indice n’en révélait l’emplacement. De cette manière, les grandes caractéristiques du carré claustral de l’abbaye sont aujourd’hui restituées pour le xviiie s., sachant que certains édifices telle que l’aile des moines sont des constructions médiévales, certainement du début du xiiie s.

3Aujourd’hui l’investigation menée sur l’abbaye de Villers-Bettnach renouvelle en conséquence la vision chronologique et planimétrique du site ; en perspective, une campagne de prospection géophysique achèvera notre étude, révélant, peut-être, le plan de l’église médiévale et des bâtiments gravitant autour du cloître.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Charignon et Jean-Baptiste Vincent, « Saint-Hubert (Moselle). Implantation et organisation spatiale d’une abbaye cistercienne de Lorraine (xiie-xviiie s.) », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 210.

Référence électronique

Agnès Charignon, Jean-Baptiste Vincent, « Saint-Hubert (Moselle). Implantation et organisation spatiale d’une abbaye cistercienne de Lorraine (xiie-xviiie s.) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6979

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals