Skip to navigation – Site map

HomeNuméros47Chronique des fouilles médiévales...II. – Constructions et habitats e...II. 1. – Opérations de terrainSaint-Quentin-sur-le-Homme (Manch...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Saint-Quentin-sur-le-Homme (Manche). Église paroissiale Saint-Quentin

Archaeological project director: Daniel Levalet
p. 211

Full text

1La commune de Saint-Quentin-sur-le-Homme est située au SO de la Normandie, dans le nouveau canton de Pontorson, à 5 km au SE d’Avranches. L’église actuelle se dresse sur une colline de 70 m d’altitude, formée de schistes briovériens et dominant la baie du Mont Saint-Michel, à l’ouest, et l’estuaire du fleuve Sélune, au sud. Elle est dédiée à un saint picard peu honoré dans cette partie de la France, le vocable devenant hagiotoponyme et remplaçant l’ancien nom d’Esgen avant le xiiie s. L’édifice actuel est composé d’une nef romane datée de la première moitié du xiie s., précédée d’un narthex ajouté au xiiie s. et d’un chœur construit du xiiie au xvie s. La partie basse de la tour qui supporte aujourd’hui deux étages supplémentaires est sans doute la trace de la première travée d’un chœur primitif disparu lors de l’agrandissement du xiiie s.

2Une occupation altomédiévale du site était plausible puisque des découvertes de sarcophages avaient été signalées au sud de l’église, à deux reprises, vers 1850 et en 1891. De nombreux fragments de calcaire coquillier dit de Sainteny sont d’ailleurs toujours visibles en réemploi dans les maçonneries de l’église. L’existence d’un édifice religieux antérieur à l’église actuelle pouvait donc être envisagée. Suite à une attaque de mérule dans le plancher de la nef et les boiseries des murs latéraux, celle-ci a dû être entièrement vidée de son mobilier. La nef ainsi entièrement dégagée laissait le champ libre à une intervention permettant de vérifier cette hypothèse.

3Malgré les perturbations stratigraphiques dues aux très nombreuses fosses correspondant à des sépultures, les cinq sondages ouverts ainsi que l’observation des niveaux mis au jour avant la pose du nouveau carrelage ont permis de dégager des portions de murs, surtout conservés au niveau des fondations. En l’absence totale de matériel archéologique datant, on ne peut que se fier à une chronologie relative : les différents murs sont tous antérieurs à l’église actuelle datée de la première moitié du xiie s. On peut donc dire qu’existe sur le site une église datant au moins du xie s. qui aurait été entièrement chemisée par la construction de l’édifice roman. Constituée d’une nef de 13 m sur 6 environ et d’un chœur formé d’une travée et d’une abside semi-circulaire d’une profondeur totale d’environ 4 m, cette église ressemble aux églises dites « de l’an mil » déjà répertoriées en Normandie, l’abside hémicirculaire étant néanmoins un élément particulier dans cette partie de la région.

Top of page

References

Bibliographical reference

Daniel Levalet, “Saint-Quentin-sur-le-Homme (Manche). Église paroissiale Saint-Quentin”Archéologie médiévale, 47 | 2017, 211.

Electronic reference

Daniel Levalet, “Saint-Quentin-sur-le-Homme (Manche). Église paroissiale Saint-Quentin” [Note of archaeological project], Archéologie médiévale [Online], 47 | 2017, Online since 15 February 2018, connection on 27 November 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/6983; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.6983

Top of page

About the author

Daniel Levalet

Top of page

Archaeological project director

Daniel Levalet

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search