Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont

Responsable d’opération : Philippe Racinet
p. 211-213

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : université de Picardie

Texte intégral

1La campagne de fouille 2016 a concerné principalement l’église médiévale et la partie nord du cloître de l’abbaye-chef d’ordre de Grandmont. D’une manière générale, plusieurs indices montrent l’ampleur des aménagements successifs du promontoire où furent installées les diverses constructions monastiques. En effet, les premiers constructeurs, ainsi que les suivants lors des travaux d’agrandissement, ont dû composer avec un promontoire de taille restreinte possédant des versants abrupts et étagés, avec une plate-forme accidentée et l’altération fréquente du granit. Ils ont dû mettre en place un système de terrasses pour gagner du terrain et aplanir la surface du promontoire naturel.

2L’église, dont la date de construction pose encore beaucoup de questions, se présente comme un long vaisseau peu large, sans transept saillant, qui débute par une façade épaulée par deux contreforts et qui se termine par un chevet en hémicycle. L’emplacement central des sépultures, dont l’une au moins remonte au xiiie s., indique que l’emprise de la nef est restée la même durant le Moyen Âge et une bonne partie de l’époque moderne (avant la reconstruction du xviiie s.). Les murs gouttereaux contiennent des pierres en réemploi, la plupart placées dans les assises de fondation, mais aucune trace de reconstruction d’envergure n’a été repérée dans l’emprise de la nef.

3Le mur de chevet comporte peut-être deux états : la partie haute, parfaitement appareillée avec de nombreux réemplois, repose sur une fondation débordante (dix assises) moins bien construite et sans réemploi. Cette puissante fondation est établie sur le sol géologique, recouvert par une terre noire de fond de vallée. Un remblai homogène de terres brunes à noires, volontairement apportées, vient s’accoler à la paroi orientale de la fondation jusqu’au niveau du mur de chevet proprement dit. C’est dans ce remblai qu’a été implantée une zone cimétériale avec des tombes construites. Donc, dans un premier temps, le chevet fonctionne avec ce niveau de cimetière, sur une terrasse surélevée de 4 m par rapport aux berges de l’étang situé en contrebas, à une quarantaine de mètres vers l’est. Dans un second temps, tout le secteur est remblayé sur 3 m, peut-être à cause d’un événement particulier (tremblement de terre ?). Cette opération a certainement permis de créer une nouvelle terrasse, plus haute et plus longue. Mais le chevet a connu de nouveaux désordres architecturaux, comme l’indique la présence de fissures dans son parement interne. On a creusé une tranchée tout autour du chevet jusqu’aux fondations débordantes, certainement pour vérifier l’état de la construction. Il est aussi possible de mettre en relation ces travaux avec la réfection de la grande terrasse orientale.

4La cour de cloître est recouverte d’un ensemble de dalles granitiques parfaitement appareillées, avec un joint en diagonale. D’une largeur de 3,80 m, la galerie nord est épaulée d’un large mur-bahut, qui comporte deux états successifs. Une fosse antérieure a été utilisée pour placer des assises supplémentaires de fondation. Cette fosse peut être rapprochée de celle qui a servi à la construction du mur gouttereau nord de la nef.

5Dans l’angle NE du cloître, on constate une accumulation de sépultures, qui pourrait indiquer une zone de passage particulièrement importante, avec un accès à l’église au nord et le départ du mur ouest de l’aile orientale du monastère. Ce mur comprendrait une première ouverture au nord, donnant sur une chapelle et une seconde ouverture, à côté et vers le sud, pouvant correspondre à une arcade de la salle du chapitre ou à un passage voûté vers le chevet. La présence de la chapelle (largeur dans œuvre de 3,50 m), signalée par les sources écrites, pourrait expliquer la largeur plus importante de la galerie nord du cloître (3,50 m également), puisque se situant dans son prolongement et outre, bien sûr, le fait que cette galerie devait supporter un étage en appentis. La largeur de la galerie orientale n’est que de 2,50 m. Dans ce secteur, les relations stratigraphiques montrent que certaines sépultures sont antérieures aux structures construites dégagées. Par ailleurs, l’analyse des pierres en réemploi invite à les associer à un cloître certainement construit à la fin du xiie s. et dont une partie au moins des pierres a été de nouveau réemployée. Il permettait de desservir des bâtiments contemporains dont quelques éléments lapidaires caractéristiques nous sont parvenus, tel un chapiteau triple qui devait soutenir la partie extrême de l’une des arcatures d’entrée de la salle du chapitre.

6Depuis le début des fouilles, 24 sépultures ont été identifiées : 5 dans la nef, 13 dans la galerie nord du cloître, 3 à l’est du chevet et 3 hors contexte médiéval, mais dans l’emprise de la galerie occidentale du bâtiment du xviiie s. La nef contient un faible nombre de sépultures par rapport au cloître et l’aménagement des tombes ou des pratiques telles que les crânes sciés (peut-être pour l’embaumement) suggèrent un statut privilégié des défunts. Néanmoins, celui-ci n’empêche pas des réinterventions régulières sur les inhumations, démontrées par les recoupements et les nombreux os en position secondaire, et favorisées par la petitesse de l’espace laissé libre. Dans le cloître, l’orientation particulière de la majorité des défunts (E-O) tend à identifier cet espace comme un lieu d’inhumation réservé. Le fait que cette disposition soit généralement associée à la cure pose question dans le contexte abbatial de Grandmont. Par ailleurs, deux individus orientés la tête à l’ouest présentent de nombreuses pathologies et la fosse de l’un recoupe la sépulture de l’autre. Il semble donc qu’à un moment donné, au moins une partie du cloître soit devenue un espace réservé pour des individus pathologiques et/puis pour des membres d’un groupe particulier, peut-être du clergé séculier. Les tombes sont creusées dans le substrat granitique et se trouvent en général à quelques décimètres du sol de circulation médiéval, que ce soit dans la nef ou dans la galerie nord du cloître. Certaines devaient même affleurer et disposer d’une signalétique en surface.

7Les structures fouillées à ce jour donnent l’image d’un ensemble construit cohérent, avec des remaniements souvent ponctuels et sans marqueur net de reconstruction, en dehors de la présence récurrente des réemplois. Aucune stratigraphie d’ampleur n’a été retrouvée et, dans la galerie nord du cloître, la circulation médiévale et la dernière circulation moderne, avant les travaux de 1733-1768, se trouvent à la même altitude. Du reste, l’estimation des niveaux de circulation confirme, par sa cohérence, cette impression de pérennité, renforcée par l’analyse des mortiers qui conclut à une étonnante homogénéité pour toute la période d’occupation monastique. Enfin, le mobilier céramique récolté à ce jour est presque exclusivement postérieur au xve s, ce qui interroge sur le passé médiéval du site ou, du moins, sur le caractère et l’ampleur des travaux menés à la fin de l’époque moderne.

8Les constatations archéologiques confrontées à quelques données historiques permettent de proposer un phasage provisoire des constructions de l’abbaye de Grandmont.

91. Il n’y a aucun vestige de l’implantation primitive des frères dans le second quart du xiie s. Peut-être était-elle à un autre endroit ?

102. Les pierres en réemploi retrouvées dans pratiquement toutes les structures mises au jour indiquent une construction dans le dernier tiers du xiie ou le début du xiiie s., dont il ne reste rien, à part le décalage d’une sépulture dans la nef, la présence de sépultures plus anciennes que les constructions dans l’angle NE du cloître et peut-être les fondations débordantes du chevet. Si plusieurs témoignages historiques permettent de situer la construction de l’église de Grandmont vers 1160-1170, les parties conventuelles ont très bien pu être construites plus tard et sur un temps plus long.

113. Le monastère tel qu’il se présente à l’issue des fouilles est composé d’une église avec sa nef et son chevet, et d’un cloître avec sa galerie nord et peut-être le départ de sa galerie orientale. Tous ces éléments comportent des réemplois de la construction antérieure. Ils sont donc a priori mis en place à la même époque. Cela signifie un gros chantier qu’il est difficile de documenter par les textes. Après 1453, l’abbé Guillaume de Fumel (1437-1471) engage des travaux dans l’église puis fait construire des bâtiments « magnifiques ». Cette hypothèse chronologique semble, actuellement, la plus probable. L’absence de structures complètes antérieures, tant au niveau de la nef qu’au niveau du chevet, indiquerait une purge radicale avant reconstruction, probablement à cause de l’aspect du promontoire naturel.

124. Le remblaiement de la zone orientale du chevet pourrait répondre à des désordres architecturaux provoqués par le tremblement de terre signalé en 1579.

135. La mise en place d’organes de stabilité (mur-contrefort sud et arc-boutant) pourrait être l’œuvre de l’abbé Georges Barny, entre 1635 et 1643.

146. À partir de 1733, tout est reconstruit selon un plan différent, avec l’église au nord, contre la terrasse de l’Angleterre, et un grand bâtiment de direction N-S comportant une galerie de façade.

15Le promontoire de Grandmont et plus largement les abords de l’abbaye ont fait l’objet d’aménagements de grande envergure entrepris par les religieux eux-mêmes. L’espace interne de la clôture de l’abbaye est déjà densément occupé au cours du Moyen Âge tardif et il est possible que, progressivement et peut-être au cours du xve s., les officiers de justice, les bourgeois et les clercs se soient mis à habiter le long des extérieurs de l’abbaye, dans les secteurs déjà dotés d’aménagements en terrasse et d’équipements hydrauliques, si ceux-ci n’ont pas été en partie créés pour la circonstance. Toutefois, le promontoire rocheux offrant des possibilités d’extension urbaine limitées, les flancs sud et ouest de l’abbaye ont été les premiers à être saturés par les constructions, ce qui a pu entraîner le développement précoce des faubourgs.

16Loin d’évoquer une occupation engendrée de manière spontanée aux abords de l’abbaye, les sources écrites et l’archéologie offrent l’image d’un espace urbain ou semi-urbain organisé selon un schéma extrêmement structuré et géré minutieusement par les religieux qui en tirent une rente, au moins à partir du xve s. On retrouve dans ce petit bourg des logiques et des éléments communs aux plus grandes villes, avec une codification de la gestion des ressources, une répartition différenciée des populations selon les quartiers et une gestion de l’espace urbain marquée, par exemple, par la destruction de tout un îlot bordant l’ouest de l’abbaye en 1714.

17Si la présence de plusieurs portes attestées par les sources écrites peut témoigner de l’existence d’une enceinte, on doit constater la rareté des structures archéologiques pouvant correspondre à une fortification du bourg et des faubourgs. Toutefois, l’existence des terrasses, parfois de très grande hauteur, rend le promontoire difficile d’accès. Elles pourraient avoir un rôle défensif, à plus forte raison si elles sont surmontées par des parapets ou des habitations. Il semble donc de plus en plus probable que le système défensif repose sur un ensemble constitué à la fois de murs de terrasse, de portes et de sections de murailles ponctuelles, là où le relief s’adoucit.

18Les religieux grandmontains ont aussi procédé à des travaux très importants pour tirer du territoire qui leur revenait (les franchises de Grandmont et de Muret) leurs moyens de subsistance et bien plus encore. L’impact fort de ces « frères bâtisseurs » sur le paysage des 1 070 ha de leurs deux franchises a pris la forme de nombreux chemins reliant l’abbaye à ses manses et au réseau routier régional, de 22 manses, dont une villeneuve de 12 000 m2, de 5 faubourgs, d’une grange dîmière de 1 200 m2 au sol, de 16 chaussées-digues totalisant plus de 1 300 m linéaires et plus de 100 ha d’étangs, de 22 canaux d’irrigation totalisant 2 800 m linéaires, d’au moins 11 moulins à eau, d’une adduction d’eau souterraine de 800 m de long renforcée par un second système d’adduction. Un modèle standardisé d’aménagements hydrauliques peut alors être supposé : un talweg est barré par une digue qui relève l’eau, forme un étang plus ou moins vaste et alimente une ou deux levades dotées de vannes de part et d’autre du vallon. L’eau irrigue les prés situés en bas de versant. Un moulin peut utiliser la force motrice, des bassins peuvent servir de lavoir et/ou d’abreuvoirs.

19Dans le domaine des limites, la grande murailhe de 2 740 m de développement pour 1 m de large, dotée de quatre édicules et d’une « barre » chemisée de 48 m de long (franchise de Grandmont) est complétée par la limite de la franchise de Muret, constituée d’un fossé et d’un talus relevés provisoirement sur 800 m.

20Une chronologie commence à se dessiner, notamment en ce qui concerne la déprise de la fin du Moyen Âge et la reprise en main à la fin du xvie et surtout au xviie s. (défrichements, réorientation des terres délaissées par la disparition des étangs, reconstruction de la villeneuve et de plusieurs granges et métairies…).

21L’étude de l’environnement dans le cadre du bourg de Grandmont et des limites des deux franchises va prochainement conduire à l’établissement d’un SIG qui sera l’étape nécessaire à la mise en œuvre d’un relevé Lidar.

Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, plan de masse interprétatif 2016.

Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, plan de masse interprétatif 2016.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Sylvestre, abbaye de Grandmont, plan de masse interprétatif 2016.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet, « Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 211-213.

Référence électronique

Philippe Racinet, « Saint-Sylvestre (Haute-Vienne). Abbaye de Grandmont » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6986

Haut de page

Auteur

Philippe Racinet

université de Picardie

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Philippe Racinet

université de Picardie

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals