Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2016
II. – Constructions et habitats ecclésiastiques
II. 1. – Opérations de terrain

Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption

Responsable d’opération : Mathias Dupuis
p. 214

Entrées d’index

Année de l'opération :

2016
Haut de page

Notes de la rédaction

Organisme responsable de la fouille : conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence

Texte intégral

1Senez est un petit village de la vallée de l’Asse, situé entre Digne-les-Bains et Castellane. Après avoir été le chef-lieu d’une agglomération antique connue sous le nom de Sanitium, rattachée à la province des Alpes Martimae, Senez est attesté comme siège d’évêché à partir de 506. Le siège épiscopal se maintient pendant tout le Moyen Âge, à la tête d’un diocèse qui s’étend sur les hautes vallées de l’Asse et du Verdon, puis disparaît après la Révolution lorsque les évêchés des Basses-Alpes sont tous regroupés sous l’autorité du siège épiscopal de Digne. L’ancienne cathédrale Notre-Dame de l’Assomption, un édifice construit à partir de la fin du xiie s., témoigne encore de ce passé. La campagne archéologique programmée conduite sur l’édifice en 2016 s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche plus large, consacré à l’ensemble du diocèse. Elle fait suite à la réalisation de deux diagnostics en 2012 et 2014, qui avaient permis de mettre au jour les vestiges conséquents de bâtiments antérieurs à l’église romane. L’opération 2016 portait sur les espaces intérieurs de la cathédrale : étude archéologique des élévations de la partie SE de l’église et fouille de la sacristie, située entre le bras sud du transept et le clocher. Les résultats sont prometteurs et permettent de mieux cerner la chronologie de l’édifice.

2La première phase d’occupation concerne la construction d’un grand bâtiment de plan rectangulaire, large de 13 m pour 23 m de long hors œuvre, qui paraît correspondre à une première église. Plusieurs sépultures de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge sont associées à cet édifice ; elles suggèrent pour celui-ci une datation haute, qui pourrait remonter aux origines du siège épiscopal. Ce premier édifice – dont des élévations sont conservées à la base de l’escalier en vis qui mène au clocher de la cathédrale actuelle – connaît une longue histoire architecturale, marquée par des transformations notables, qui concernent l’adjonction d’un édicule occidental et d’un massif méridional. La campagne de 2016 a également mis en évidence la construction d’un clocher hors œuvre, accolé contre l’angle SE de ce bâtiment au cours de l’époque romane ; clocher dont le mur nord est encore conservé sur une dizaine de mètres de hauteur dans les élévations de l’édifice actuel.

3À la fin du xiie s., la première église est entièrement arasée pour permettre la construction de la nouvelle cathédrale, nettement décalée vers le NE par rapport au premier bâtiment. L’analyse du bâti laisse apparaître une très nette étape de chantier à l’ouest du transept, qui marque sans doute une interruption durable de la construction. Le clocher est conservé et intégré au nouvel édifice, exactement comme à la cathédrale Notre-Dame du Bourg de Digne. Un escalier en vis assure la communication entre la nouvelle église et l’ancien clocher, desservi depuis le bras sud du transept, à travers un espace de communication qui se dirige sans doute aussi vers les bâtiments canoniaux. Parallèlement, des inhumations apparaissent et s’agrègent dans cette pièce. Seize sépultures ont été mises au jour au cours de la fouille de cet espace exigu, dont les niveaux inférieurs restent encore à explorer. Les inhumations, réparties sur au moins trois niveaux, sont quasi systématiquement accompagnées de dépôts secondaires regroupant de multiples individus. La pièce est également occupée par trois caveaux, dont le plus ancien est pourvu d’un dispositif de pourrissoir.

4Les volumes de la cathédrale ne sont que peu remaniés par la suite, si ce n’est après les destructions causées à la fin du xvie s. par les guerres de Religion. En effet, les documents d’archives et les observations sur le bâti nous apprennent que la charpente est reprise au cours du xviie s. et que le clocher est reconstruit au début du xviiie s., au-dessus de l’escalier. L’ancien clocher roman, qui subsiste à l’état de ruine, est définitivement démoli lors de la campagne de restauration de 1837, qui fait suite à l’effondrement de la voûte de la première travée en 1835. Son mur nord est cependant conservé, ainsi qu’une partie de son mur est. L’ensemble est enserré dans une puissante maçonnerie en glacis qui vient conforter la base du clocher moderne, ce qui explique que les élévations du clocher roman soient encore conservées sur une dizaine de mètres de hauteur, bien que presque entièrement masquées par les transformations architecturales ultérieures.

Senez, plan d’ensemble et localisation des différentes interventions archéologiques de la cathédrale.

Senez, plan d’ensemble et localisation des différentes interventions archéologiques de la cathédrale.

DAO M. Dupuis, Y. Dedonder

Haut de page

Table des illustrations

Titre Senez, plan d’ensemble et localisation des différentes interventions archéologiques de la cathédrale.
Crédits DAO M. Dupuis, Y. Dedonder
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/6988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Dupuis, « Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption », Archéologie médiévale, 47 | 2017, 214.

Référence électronique

Mathias Dupuis, « Senez (Alpes-de-Haute-Provence). Cathédrale Notre-Dame de l’Assomption » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 47 | 2017, mis en ligne le 15 février 2018, consulté le 26 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/6988

Haut de page

Auteur

Mathias Dupuis

conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence.

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mathias Dupuis

conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence.

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals